Aller au contenu principal

Trois conseils pour réussir la bioprotection de sa vendange

La bioprotection de la vendange implique de travailler avec des organismes vivants, moins infaillibles que le SO2. Voici trois recommandations pour favoriser leur efficacité.

récolte
Si le raisin est sur-mûr ou altéré, il est recommandé d'appliquer la bioprotection au plus tôt, à savoir dès la parcelle.
© REUSSIR SAS

Différencier blanc et rouge

Il existe plusieurs souches de levures pour réaliser une bioprotection, dont des Metshnikowia, Torulaspora ou encore Pichia. Dans le cas de vendanges en blanc, il est essentiel de choisir une souche qui soit non fermentaire, comme la Metshnikowia fructicola sélectionnée par l’IFV et commercialisée sous l’appellation Gaïa par l’IOC (Institut œnologique de Champagne), pour ne pas risquer une activité du moût avant le débourbage. Le but dans ce cas est principalement de lutter contre les levures de type Hanseniaspora uvarum, qui peuvent entraîner de l’acidité volatile. « Pour des cépages thiolés où l’on souhaite un profil aromatique, il peut être plus pertinent de protéger au SO2, car la bioprotection n’apporte pas de protection vis-à-vis de l’oxygène », avertit Philippe Cottereau, de l’IFV Occitanie. Sur rouge, il s’agit principalement de lutter contre une contamination par les Brettanomyces. Tout type de souche peut être utilisé, sauf dans le cas où l’on souhaite réaliser une macération préfermentaire, pour laquelle il faut utiliser les souches non-fermentaires.

Soigner la préparation

La grande majorité des souches de bioprotection ont besoin d’être réhydratées à des températures entre 20 et 30 °C, ce qui correspond généralement à la température ambiante pendant les vendanges. "Réhydrater est toujours préférable, cela permet de réhomogénéiser et assure une meilleure colonisation", estime Olivier Pillet, responsable du développement des biotechnologies à l’IOC. En cas d’ensemencement par saupoudrage de LSA sans réhydratation, il est conseillé de doubler les doses.

Lire aussi " Un pied de cuve opérationnel en 4 étapes "

Ensemencer au plus tôt

Dans le cas d’une vendange mécanique, les experts sont unanimes : le mieux est de commencer la bioprotection dès la machine à vendanger. « Avec la chaleur, ces engins sont de véritables petits fermenteurs », prévient Vincent Gerbaux, de l’IFV Bourgogne. Pour ne pas avoir à verser le levain régulièrement dans la trémie, il est possible d’équiper sa machine avec des injecteurs qui le répartissent petit à petit. Si la machine n’est pas équipée, il est possible de réaliser l’opération dans la benne, en arrosant la vendange au fur et à mesure du remplissage, à l’aide d’un arrosoir ou d’un pulvérisateur à dos. Pour des vendanges manuelles, la bioprotection n’est pas toujours pertinente et se raisonne au cas par cas. « Avec des raisins sains et un ramassage en caisses, on va intervenir plutôt à la cave, au chargement du pressoir pour les blancs et au conquet de réception pour les rouges », estime Arnaud Immélé, spécialiste de la bioprotection chez AEB. Si le raisin est très mûr ou altéré, qu’il est transporté en bennes et que les conditions sont chaudes, alors il est intéressant d’ensemencer dès la parcelle, à une dose plus faible (2 à 3 g/hl).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Dans le cadre d'un bail, les aménagements d'agroforesterie s'envisagent de façon variable selon que l'intention de plantation intervient alors que le bail se conclut ou si c'est en cours de bail. © J.-C. Gutner/Archives
Parcelles en fermage et agroforesterie viticole : ne plantez pas à la va-vite !
L’agroforesterie viticole fait partie des solutions agroécologiques ayant le vent en poupe. Les notaires de Jurisvin sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole