Aller au contenu principal

[Effervescents] Relever le défi de la bulle, l'exemple du domaine de la Réméjeanne

Faire de la bulle. C’est une idée qui trottait depuis longtemps dans la tête d’Olivier Klein, vigneron au domaine de la Réméjeanne, sur la commune de Sabran, dans le Gard. Il s'est lancé en 2017.

Olivier Klein s'est lancé dans l'élaboration d'une méthode traditionnelle bien qu'il soit dans une région de vins tranquilles. Cette cuvée éveille la curiosité des clients. © X. Delbecque
Olivier Klein s'est lancé dans l'élaboration d'une méthode traditionnelle bien qu'il soit dans une région de vins tranquilles. Cette cuvée éveille la curiosité des clients.
© X. Delbecque

« Nous avons de la clairette sur le domaine, et j’ai toujours pensé que c’est un cépage qui se prête aux effervescents », annonce-t-il. Pourtant, mis à part quelques muscats gazéifiés, aucune cave ne réalise de pétillant dans la région. Qu’importe s’il passe pour un original, le jeune homme franchit le pas en 2017. Il se lance dans l’élaboration d’un effervescent en méthode traditionnelle et compte bien y mettre tout son sérieux. « L’adjonction de gaz ne me plaisait pas, ça fait une bulle trop grosse, commente-t-il. Je ne voulais pas faire de méthode ancestrale car je voulais garder la maîtrise sur mon produit, ni faire sous-traiter une méthode Charmat, je suis donc parti sur la traditionnelle. »

Le vigneron décide de vendanger deux tiers de clairette et un tiers de grenache blanc, pour avoir un peu d’aromatique, le tout dès que les raisins atteignent 11 % de TAVP. « C’est une maturité faible pour extraire les arômes du grenache, je les ai donc foulés et éraflés et je n’ai sorti les peaux qu’à 1 070 de densité », explique Olivier Klein. Après une fermentation en levures indigènes à 18 °C, il tire au propre les premières lies, assemble les deux cépages, ajoute 2 g/hl de SO2 pour bloquer la malo et ne s’en occupe plus. Jusqu’à l’hiver, où il reprend son expérimentation.

« Je n’avais aucune idée de la suite du processus. J’ai donc appelé des fournisseurs et un œnologue de chambre d’agriculture en Champagne. Ils ont tous été extraordinaires : ils m’ont donné des conseils et des explications, sans préjugés ou une quelconque peur de dévoiler des secrets à un potentiel concurrent », se remémore le vigneron.

En janvier, il s’équipe d’une petite capsuleuse manuelle pour une cinquantaine d’euros, achète une palette de bouteilles champenoises et prépare son levain pour environ 300 bouteilles. Après avoir soutiré le vin et ajouté la liqueur de tirage, il met en bouteille avec sa propre chaîne et capsule le tout à la main. Le palox de bouteilles est ensuite mis en chambre froide pendant un mois à 13 °C. « J’ai eu un peu peur au moment de décapsuler la première bouteille, mais la prise de mousse avait réussi ! », confie Olivier Klein.

Il sort donc le palox de la chambre froide pour le mettre dans son chai de stockage, où les bouteilles restent sur lattes pendant un an et demi. « J’ouvrais de temps en temps mais je trouvais qu’il n’y avait pas assez de volume, explique-t-il. Au bout de dix-huit mois le résultat me semblait bien. » Pour la suite, le vigneron tente bien de dégorger lui-même à la volée, mais se résigne à passer par un prestataire, de peur de laisser la moitié de sa production par terre. Il trouve une entreprise dans le Jura, chez qui il amène ses bouteilles. Un choix qu’il ne regrette pas, d’autant plus que le tarif par col, environ 50 centimes, lui paraît raisonnable pour s’affranchir de cette étape délicate.

L’expérience est réussie mais la cuvée s’avère toutefois coûteuse

En définitive, Olivier Klein est satisfait du résultat. Depuis juin, cette cuvée est en vente au prix de 17 euros TTC, au caveau uniquement. « C’est cher, concède le vigneron, mais entre l’équipement, la création de l’étiquette, les déplacements dans le Jura et l’immobilisation, c’est une cuvée qui m’a coûté de l’argent. De plus, je n’ai que 300 bouteilles. »

Les premiers retours des clients sont plutôt positifs. « Les gens ne viennent pas ici acheter de la bulle, ils sont surpris, s’intéressent et prennent parfois une bouteille. C’est plutôt un achat cadeau pour se faire plaisir, le truc en plus », observe-t-il. Preuve de l’intérêt suscité par sa méthode traditionnelle, le sommelier d’un restaurant trois étoiles parisien qui a eu l’occasion d’y goûter vient de passer commande. Le vigneron recommence donc cette année, et table cette fois-ci sur 1 000 bouteilles. « C’est une expérience sympa, je me suis amusé l’an dernier, avoue-t-il. C’est un autre métier mais c’est justement excitant d’apprendre de nouvelles choses. En plus, ce n’est pas trop compliqué à mettre en œuvre, puisque le gros du boulot pour cette cuvée est en hiver. » Il projette d’ailleurs d’en refaire l’an prochain, en testant cette fois avec un assemblage de clairette et bourboulenc. À terme, c’est la demande qui orientera la quantité de production et fera le tarif.

" La bulle c’est un autre métier, mais c’est excitant d’apprendre de nouvelles choses "

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
La taille de la vigne se réalise à l’aide d’un sécateur.
Comment tailler la vigne ? Huit choses à savoir
Pour un bon rendement et une bonne qualité des grappes, il est indispensable de bien tailler sa vigne et à la bonne période.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole