Aller au contenu principal

Le vin de demain
En Muscadet, une association de jeunes vignerons pour faire circuler les expériences

L’évolution de la viticulture nécessite de plus en plus de technicité à acquérir rapidement. Face à cette tendance forte, l’esprit collaboratif prend racine en viticulture pour accélérer la diffusion et l’adoption de nouvelles pratiques. Exemple avec l'association Les Jeunes Vignerons Nantais.

 © F. Menard
L'association des Jeunes Vignerons Nantais s'adosse à une page Facebook privée pour échanger les informations. Mais elle prévoit aussi une réunion mensuelle en live.
© F. Menard
L’association Les Jeunes Vignerons Nantais s’est constituée en avril 2020. L’ambition de ce collectif est d’accélérer le changement en intensifiant les échanges d’expériences.

« L’évolution du monde agricole nécessite un degré d’expertise à acquérir dans un temps restreint. Nous n’avons qu’une vendange par an, donc les possibilités d’essai sont limitées. Échanger permet de les multiplier », expose Jean-Baptiste Morille, du domaine Morille-Luneau. Ce vigneron bientôt trentenaire est à l’origine de l’association Les Jeunes vignerons Nantais avec François Ménard, du domaine Ménard-Gaborit.

Échanger de façon structurée et opérationnelle

L’association se veut opérationnelle. L’outil d’échange entre les membres est une page Facebook privée. « Il y a trois thèmes : la technique, la communication, l’installation-le patrimoine-le foncier », décrit Jean-Baptiste Morille. Chaque thème a deux référents techniques. « Si un vigneron fait des essais de semis, il va en parler. Nous faisons des essais de désherbage électrique, on en parle. Nous avons planté la variété résistante floréal, nous ferons goûter le vin », détaille-t-il. Il évoque aussi des dégustations d’essais de vins sans sulfites ou des comptes rendus avec photos ou vidéos de journées techniques. Des réunions « structurées avec un ordre du jour » sont prévues une fois par mois en présentiel… quand le contexte sanitaire le permettra.

S’inscrire dans la filière viticole locale

La barre de la jeunesse est fixée à 40 ans maximum. Potentiellement, le groupe pourrait concerner « une centaine de membres », estime Jean-Baptiste Morille. L’association est ouverte aussi bien aux vignerons indépendants qu’à ceux tournés vers le négoce ou la coopération. Elle est formée d’un noyau dur de 35 à 40 personnes « motivées » dont une dizaine de femmes.

L’idée est de travailler en complémentarité avec les institutions existantes comme la Fédération des vins de Nantes ou encore la chambre d’agriculture. Les thèmes à partager ne manquent pas entre enherbement, mécanisation, alternatives au glyphosate, ZNT, sans sulfite, main-d’œuvre, stratégie commerciale… Des événements grand public ne sont pas exclus. « La force du collectif va amener quelque chose de plus », parie Jean-Baptiste Morille.

A lire aussi : Les vins du Muscadet mettent en avant leur potentiel de vieillissement.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Pascal Preys, entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur métallique en M, le Tut'M.
[Astuce] « J’ai créé un tuteur s’autoclipsant sur le fil de palissage : le Tut'M »
Pascal Preys, ancien vigneron et entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur en M,…
Les rotors à axe horizontal et fils sont les plus plébiscités par les viticulteurs pour la tonte sous le rang.
Bien choisir ses tondeuses interceps
Afin de répondre à la demande croissante de tonte du cavaillon de la vigne, les solutions techniques se multiplient. Voici les…
John Deere renouvelles ses tracteurs vignerons et fruitiers.
John Deere - Les tracteurs spécialisés plus puissants et plus confortables
John Deere dévoile la nouvelle génération de tracteurs vignerons et fruitiers. 
Florian Brusseau : « Cette solution combinant désherbages mécanique et chimique nous est apparue comme le meilleur compromis débit de chantier, efficacité et impact environnemental. »
« Je désherberai chimiquement juste autour des vignes avec mon porte-outils interceps »
Florian Brusseau compte utiliser son porte-outils comme support de désherbage chimique. Il n’appliquera ses herbicides qu’au…
Astuces viti-vinicoles : le top 10 de la rédaction
Une bêche roulante, une laveuse de caisses à vendange ou encore une station météo. Voici les dix bricolages viti-vinicoles qui…
L'oïdium se développe de façon sournoise sur les grappes. Une fois installé, il est difficile de s'en défaire, d'où l'importance de prendre en compte la lutte indépendamment de celle du mildiou.
Les bons conseils face à l’oïdium en viticulture
L’oïdium surprend toujours les viticulteurs, au Nord comme au Sud. Voici quelques retours d’expérience pour le gérer au mieux.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole