Aller au contenu principal

[Covid-19] : Mettez à jour le DUERP de votre exploitation viticole

Le document unique d’évaluation des risques professionnel (DUERP) doit être régulièrement mis à jour chaque année pour intégrer de nouveaux risques. Avec la pandémie de Covid-19, cette obligation est plus que jamais d’actualité. Les contrôles sont fréquents.

Les mesures de prévention relatives à l'épidémie de Covid-19 doivent être répertoriées dans le document unique d'évaluation des risques professionnels de l'exploitation.
© O. Ruch

Rappelons que le document unique d’évaluation des risques professionnel (DUERP) est obligatoire depuis le 7 novembre 2002, pour toutes les entreprises qui emploient au moins un salarié. Le lieu de consultation de ce document mis à la disposition des salariés fait partie des affichages obligatoires. Il est indispensable de disposer d’une édition papier et pas uniquement d’une version numérique. Ce document ayant pour but d’identifier les risques professionnels, il doit intégrer celui lié à la Covid-19.  Une mise à jour est donc indispensable pour intégrer l’ensemble des mesures de prévention mises en place sur l’exploitation pour lutter contre la transmission de l’épidémie.

Lire aussi : Une DRH externe pour rédiger le document unique d'évaluation des risques professionnels.

« Il faut désigner un référent Covid-19, qui peut être l’employeur ou le référent sécurité. Il est chargé de vérifier que les règles sont bien appliquées », indique Sylvie Morgan, collaboratrice Gestions des Ressources Humaines et intervenante en Prévention des Risques Professionnels chez Exco Languedoc, membre d’AgirAgri.

Elle précise les mesures incontournables à inscrire dans le document :

- l’affichage des affiches officielles sur les gestes barrières ;

- la désinfection régulière des locaux, vestiaires, sanitaires ou autres lieux fréquentés par les salariés ;

- l’organisation prévue si un salarié est cas positif ou cas contact, avec les mesures d’isolement ;

- la mise à disposition de gel hydroalcoolique et de masques et le rappel des règles de leur usage ;

- le rappel de la mesure de distanciation sociale de 2 m dans le travail et lors de la prise des repas.

Sylvie Morgan insiste aussi sur les règles à envisager pour l’usage des véhicules et engins agricoles :

- le port du masque est obligatoire dans un véhicule si l’on ne peut pas éviter que les déplacements se fassent à plusieurs, et donc si le véhicule est partagé. Lingettes et masques hydroalcooliques sont à prévoir à bord.

- pour les engins agricoles, si possible, il convient de dédier un engin à un salarié pour limiter les risques de contamination. A défaut, il faut s’assurer de la présence de gel et de lingettes dans chaque tracteur.

Les réflexes des gestes barrières n’étant pas acquis loin de là, voire fortement vécus comme contraignants, il ne faut pas hésiter à les rappeler inlassablement. Disposer des boîtes de masques jetables et du gel hydroalcoolique à plusieurs endroits est un plus. Ou encore faciliter au maximum le lavage des mains partout où l’accès à l’eau est possible ou disposer des bidons d’eau dans certains endroits.

Pour s’assurer de la bonne information des salariés, une solution peut être de remettre un mot d’information à chaque salarié pour qu’ils le signent.

« En cas de contrôle, si le DUERP n’est pas mis à jour, on reçoit une observation pour le mettre à jour sous 15 jours ou 1 mois. L’amende monte à 1500 € en cas de non respect », relève Sylvie Morgan. Elle souligne que l’inspection du travail repère les DUERP trop légers.

Si le DUERP n’est pas encore réalisé (bien qu'il soit obligatoire depuis 2002), c’est le moment ! Car la période est propice à la multiplication des contrôles.  Le coût d’une externalisation de sa réalisation tourne autour de 800 €.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole