Aller au contenu principal

Bien-être animal
Des matériaux manipulables par les porcs en quantité et de qualité

Les organisations professionnelles ont publié des recommandations sur l’apport de matériaux manipulables pour répondre aux besoins comportementaux des porcs et aux exigences réglementaires.

L’investigation est un comportement majeur chez le porc. Le moindre matériau mis à sa disposition est rapidement manipulé voire détruit et ingéré. Le législateur a souhaité traduire le caractère indispensable de l’expression de ce comportement en créant une exigence réglementaire. Tous les porcs doivent avoir accès à des matériaux permettant des activités de recherche et de manipulation suffisante. Dans la majorité des élevages, une chaîne métallique a alors été installée dans les cases des porcs afin de permettre l’expression de ce comportement de manipulation. Pour préciser la volonté du législateur, une recommandation européenne en 2016 a classé les matériaux selon leur intérêt comportemental pour le porc. La chaîne métallique et d’autres matériaux, ont ainsi été remis en cause sur l’expression du comportement lorsqu’ils sont installés seuls.

Des matériaux classés selon leur intérêt pour le porc

L’apport de matériaux de manipulation est aussi un moyen de canaliser le comportement des porcs lorsqu’ils sont agressifs. L’impossibilité d’exprimer leur comportement d’investigation entraîne une frustration, que les animaux expriment en manipulant et mâchant fortement certains matériaux, tandis que d’autres sont moins manipulés, voire présentent peu d’intérêt pour eux. En effet, tous les matériaux ne se valent pas. S’ils sont destructibles, ils doivent aussi être comestibles de sorte que les porcs puissent en avaler des morceaux sans danger. En se basant sur une classification de la recommandation européenne, les matériaux de manipulation sont classés dans trois catégories :

Les matériaux optimaux. Il s’agit uniquement de matériaux organiques tels que la paille ou le foin disposés en litière. Ces matériaux, idéals sur le plan comportemental et consommable par l’animal, demandent cependant des bâtiments adaptés.
Les matériaux sous-optimaux sont des matériaux de nature organique qui peuvent être détruits et ingérés par l’animal. Dans cette catégorie, on citera les blocs de bois disposés dans des supports adaptés ou fixés à une chaîne verticale ou au sol. Les bois traités ou trop durs sont cependant à proscrire, ainsi que les morceaux de bois non fixés et posés sur le sol qui ont tendance à terminer dans les déjections et ne plus être utilisés par les porcs. La paille offerte en râtelier est intéressante sur le plan comportemental, mais attention aux risques liés au bouchage des caillebotis et du système d’évacuation des lisiers. Des matériaux issus d’une transformation de la biomasse (amidon, canne à sucre) sont biodégradables, et devront être régulièrement renouvelés avec les porcs les plus gros, dès l’engraissement. Ils sont présentés sous forme d’étoiles, de disques ou de balles fixées à des chaînes. C’est également le cas des cordes naturelles en chanvre, jute ou coton, bien adaptées pour les porcelets, mais rapidement détruites en engraissement ou par les truies.
Les matériaux d’intérêt minime. La chaîne métallique ainsi que tous les objets et divers jouets en plastique sont classés dans cette catégorie. Ils offrent l’avantage d’être durables car peu ou pas destructibles. Certains de ces matériaux, même s’ils peuvent être beaucoup manipulés par les animaux, sont généralement moins attractifs que les matériaux organiques et ne peuvent pas être ingérés par les porcs.

Les conditions d’accessibilité des matériaux sont également importantes pour qu’ils puissent être utilisés par les porcs. Les animaux préfèrent les objets placés au sol ou près du sol de manière à être accessibles quand l’animal est couché. L’accessibilité est meilleure lorsqu’ils sont écartés des murs et des coins. Les matériaux doivent être distribués en quantité suffisante et régulièrement renouvelés lorsqu’ils sont dégradés pour limiter la compétition et garder l’attractivité.

Au moins un matériau sous-optimal par case

La profession porcine préconise d’adapter le nombre de matériaux à apporter au nombre d’animaux dans la case et au type de matériau. Pour les porcs élevés sur litière, la paille ou autre substrat utilisé constitue en lui-même le matériau de manipulation et aucun autre objet n’est nécessaire. Pour les autres systèmes, le principe est que tous les porcs doivent avoir accès à au moins un matériau sous-optimal. Ce qui implique que la chaîne métallique utilisée seule n’est pas suffisante, de même que l’ensemble des jouets ou objets en plastique utilisés seuls ou en complément d’une chaîne (voir tableau).

Plusieurs équipementiers proposent aujourd’hui différents matériaux de distraction pour les porcs. Le choix peut être important sur la catégorie des matériaux d’intérêt minime. Même s’ils sont attractifs et présentent un intérêt comportemental évident, ils devront être accompagnés d’autres matériaux organiques pour répondre aux exigences réglementaires et aux besoins naturels des animaux. Les possibilités sont aujourd’hui plus réduites pour les matériaux sous-optimaux. Ceci est particulièrement vrai pour les porcs à l’engrais et les truies qui ont une telle force dans la mâchoire que peu de matériaux leur résistent. Le bois disposé dans un support ou la paille apportée en râtelier permettent de répondre à ces exigences. Pour les porcelets, les cordes ou matériaux à base d’amidon présentent un intérêt comportemental avec un rythme de renouvellement peu fréquent en post-sevrage.

En savoir plus

Une fiche technique « matériaux manipulables » présente des solutions aux éleveurs dans le but d’améliorer le bien-être des animaux par l’apport d’objets manipulables. Elle présente de manière détaillée les types de matériaux et les quantités à apporter. Elle est portée par les organisations professionnelles (chambre d’agriculture de Bretagne, Ifip, FNP, Coop de France, Inaporc, Avpo, Sngtv).

Cette fiche est téléchargeable sur : www.bretagne.synagri.com/synagri/les-fiches-bien-etre

Les plus lus

Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Porcelets sous la lumière
Prix de l’électricité : les éleveurs de porcs exclus du bouclier à 280 euros s’alarment
La fédération nationale porcine demande à ce que tous les élevages de moins de 10 salariés puissent bénéficier du tarif plafonné.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)