Aller au contenu principal

Bien choisir sa conduite en bande

De plus en plus d’élevages passent d’une classique conduite en 7 bandes à une autre organisation en 4, 5, 10 ou 20 bandes. Analyse des principaux éléments de choix.

© dp

La conduite en 7 bandes avec un sevrage à 28 jours, véritable institution des années 80,marque le pas au profit d’autres conduites. Ainsi, 16 % des élevages bretons conduisent aujourd’hui en 4 ou 5 bandes, et 16 % également en 10 ou 20 bandes. Cette évolution est due à plusieurs facteurs dont la possibilité de sevrage à 21 jours sans lequel ces « nouvelles » conduites n’ont pas de sens. Aujourd’hui, en Bretagne, selon l’enquête réalisée par les chambres d’agriculture de Bretagne, quasiment un porcelet sur deux est sevré à 21 jours. Ce qui est en accord avec la réglementation bien-être, si l’on s’en réfère au Journal Officiel du 22 janvier 2003 (arrêté du 14/01/2003) qui en précise les conditions : « Les porcelets peuvent être sevrés jusqu’à 7 jours plus tôt (que 28 jours Ndlr) s’ils sont déplacés dans des locaux spécialisés qui seront vidés, nettoyés et désinfectés complètement avant l’introduction d’un nouveau groupe et qui seront séparés des locaux où les truies sont hébergées afin de réduire autant que possible les risques de transmission de maladies aux porcelets ». Un post-sevrage autrement dit. Ce sevrage à 21 jours aujourd’hui techniquement maîtrisé, le choix de la conduite est ensuite une affaire de goût. Travailler de façon régulière chaque semaine avec une conduite en 20 bandes ou, au contraire, préférer deux semaines bien chargées suivies de deux semaines de « routine »… Travailler plutôt en équipe et être plus polyvalent, ou au contraire préférer se spécialiser à un poste, gérer les congés et les week-ends… L’organisation du travail est au coeur du choix de la conduite. Mais c’est aussi une question de bâtiments et de cohérence de la chaîne, donc de possibilité de rénover, réaménager ou construire, ce qui dépendra de la trésorerie et des autorisations ! Au vu de l’enquête réalisée en Bretagne, ce sont bien des choix personnels qui doivent guider le changement de conduite. Car l’analyse sur de nombreux élevages ne met pas en évidence de supériorité d’une conduite sur une autre. Ni sur les résultats techniques, sur l’état sanitaire ou la marge par truie. Si les données laissent apparaître une meilleure marge dans les élevages qui conduisent en 10 ou 20 bandes, ce serait, selon les auteurs de l’étude, à mettre sur le compte de l’effet taille d’élevage, généralement plus importante avec ce type de conduite, que sur le nombre de bandes luimême. Au final, le prix d’équilibre de l’atelier va s’en trouver modifié. L’impact le plus fort sera lié au passage d’un sevrage à 28 jours à un sevrage à 21 jours qui permettra, à effectif truies constant, de répartir le montant des investissements en bâtiments sur un plus grand nombre de kilos de carcasse. Comme chaque étude le révèle, celle que vient de publier les chambres d’agriculture de Bretagne,montre que c’est avant tout la rigueur dans la conduite et la cohérence des bâtiments qui en fait son succès. Enfin, les éleveurs qui sont venus témoigner au cours des différentes réunions d’information sur ce sujet au cours de l’hiver, soulignent qu’un changement de conduite en bandes n’est pas une mince affaire. La mise en place qui demande évidemment plusieurs semaines doit être particulièrement bien programmée, et acceptée par tous les intervenants dans l’élevage. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arnaud Collette. « Mon objectif est d’optimiser les installations existantes et de gagner en autonomie, pas d’augmenter en taille. »
« Je construis un projet équilibré autour du porc »
Arnaud Collette s’est installé en 2017 avec ses parents sur la ferme familiale à Merdrignac, dans les Côtes d’Armor. Avec la…
Guillaume Loirat (à gauche) et Olivier Jaunet. «Il est important de réaliser régulièrement des analyses des co-produits afin de réajuster les formules.»
Fabrique à la ferme : "Nous avons mis en place deux stratégies pour maîtriser notre coût alimentaire"
Les deux associés du Gaec La Blanche ont agi sur deux aspects pour maîtriser leur coût alimentaire : l'efficacité alimentaire et…
Pierre et Romain (à droite) Le Foll. «Les truies sur paille donnent une bonne image de la production, tout en permettant des performances de haut niveau.»
« Nous voulons donner une bonne image de notre métier d'éleveurs de porcs»
Pierre et Romain Le Foll se sont installés le 1er janvier 2021 à la tête de l’élevage familial de 150 truies naisseur-engraisseur…
Les filières sans antibiotiques, un levier de valorisation et de progrèsen production porcine
Les filières sans antibiotiques, un levier de valorisation et de progrès en production porcine
En 2020, environ 15 % des porcs étaient produits en filière sans antibiotiques. Le marché est désormais considéré comme mature.
Bien-être du porc : Des réponses pratiques sur l’apport de matériaux manipulables
La Foire aux Questions sur le bien-être animal vient d'être mise à jour. Ce document vise à apporter des réponses pratiques aux…
Alimentation animale : La guerre en Ukraine déstabilise le marché des grains
Depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le 24 février, le marché des grains est désorganisé alors qu’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)