Aller au contenu principal
Font Size

Bien choisir sa conduite en bande

De plus en plus d’élevages passent d’une classique conduite en 7 bandes à une autre organisation en 4, 5, 10 ou 20 bandes. Analyse des principaux éléments de choix.

© dp

La conduite en 7 bandes avec un sevrage à 28 jours, véritable institution des années 80,marque le pas au profit d’autres conduites. Ainsi, 16 % des élevages bretons conduisent aujourd’hui en 4 ou 5 bandes, et 16 % également en 10 ou 20 bandes. Cette évolution est due à plusieurs facteurs dont la possibilité de sevrage à 21 jours sans lequel ces « nouvelles » conduites n’ont pas de sens. Aujourd’hui, en Bretagne, selon l’enquête réalisée par les chambres d’agriculture de Bretagne, quasiment un porcelet sur deux est sevré à 21 jours. Ce qui est en accord avec la réglementation bien-être, si l’on s’en réfère au Journal Officiel du 22 janvier 2003 (arrêté du 14/01/2003) qui en précise les conditions : « Les porcelets peuvent être sevrés jusqu’à 7 jours plus tôt (que 28 jours Ndlr) s’ils sont déplacés dans des locaux spécialisés qui seront vidés, nettoyés et désinfectés complètement avant l’introduction d’un nouveau groupe et qui seront séparés des locaux où les truies sont hébergées afin de réduire autant que possible les risques de transmission de maladies aux porcelets ». Un post-sevrage autrement dit. Ce sevrage à 21 jours aujourd’hui techniquement maîtrisé, le choix de la conduite est ensuite une affaire de goût. Travailler de façon régulière chaque semaine avec une conduite en 20 bandes ou, au contraire, préférer deux semaines bien chargées suivies de deux semaines de « routine »… Travailler plutôt en équipe et être plus polyvalent, ou au contraire préférer se spécialiser à un poste, gérer les congés et les week-ends… L’organisation du travail est au coeur du choix de la conduite. Mais c’est aussi une question de bâtiments et de cohérence de la chaîne, donc de possibilité de rénover, réaménager ou construire, ce qui dépendra de la trésorerie et des autorisations ! Au vu de l’enquête réalisée en Bretagne, ce sont bien des choix personnels qui doivent guider le changement de conduite. Car l’analyse sur de nombreux élevages ne met pas en évidence de supériorité d’une conduite sur une autre. Ni sur les résultats techniques, sur l’état sanitaire ou la marge par truie. Si les données laissent apparaître une meilleure marge dans les élevages qui conduisent en 10 ou 20 bandes, ce serait, selon les auteurs de l’étude, à mettre sur le compte de l’effet taille d’élevage, généralement plus importante avec ce type de conduite, que sur le nombre de bandes luimême. Au final, le prix d’équilibre de l’atelier va s’en trouver modifié. L’impact le plus fort sera lié au passage d’un sevrage à 28 jours à un sevrage à 21 jours qui permettra, à effectif truies constant, de répartir le montant des investissements en bâtiments sur un plus grand nombre de kilos de carcasse. Comme chaque étude le révèle, celle que vient de publier les chambres d’agriculture de Bretagne,montre que c’est avant tout la rigueur dans la conduite et la cohérence des bâtiments qui en fait son succès. Enfin, les éleveurs qui sont venus témoigner au cours des différentes réunions d’information sur ce sujet au cours de l’hiver, soulignent qu’un changement de conduite en bandes n’est pas une mince affaire. La mise en place qui demande évidemment plusieurs semaines doit être particulièrement bien programmée, et acceptée par tous les intervenants dans l’élevage. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Le système Spotmix mélange et distribue séparément la ration de chaque case. © Ferme des Trinottières
Retour gagnant pour l'alimentateur de précision Spotmix à la ferme expérimentale porcine des Trinottières
À la station expérimentale des chambres d’agriculture des Pays de la Loire, le système d’alimentation Spotmix permet une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)