Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bio
Près de 2 800 exploitations ovines engagées dans l’agriculture biologique

Les derniers chiffres publiés par l’Agence bio montrent, une fois de plus, la croissance insolente de la consommation et de la production biologique, en élevage ovin comme dans les autres productions.

8 % des brebis françaises sont conduites en bio ou en cours de conversion.
8 % des brebis françaises sont conduites en bio ou en cours de conversion.
© I. Heeren

En 2019, 2 516 exploitations ovines (620 en lait et 1 933 en viande) sont certifiés bio, soit 8 % de plus qu’en 2018. A cela s’ajoute 282 élevages en conversion (30 en brebis laitières et 253 en viande). Selon les derniers chiffres compilés par l’Agence bio, ces élevages totalisent plus de 238 000 brebis viande et 138 000 brebis laitières, ce qui représente 7 % du cheptel allaitant et 10 % du cheptel laitier. En 2010, ce n’était que 3 % du cheptel allaitant et 3,5 % du cheptel laitier...

Cette croissance observée sur la production ovine se retrouve dans toute l’agriculture. Ce sont désormais 47 200 producteurs qui sont certifiés bios en France, 13 % de plus qu’en 2018. Avec 8,5 % de la surface agricole nationale en bio, l’espace consacré au bio a doublé en cinq ans, atteignant 2,3 millions d’hectares et plaçant la France au deuxième rang européen après l’Espagne.

Cette production est tirée par une forte demande. « A quasiment à 12 milliards d’euros en 2019, le marché bio représente environ quatre fois le marché des smartphones ou deux fois le montant des exports de céréales de la France », compare Philippe Henry, le président de l’Agence bio. Pour mémoire, le marché de la bio n’était que de 6,4 milliards d’euros en 2015. La grande distribution est de plus en plus présente avec 55 % des ventes contre 49 % en 2019, laissant 11 % à la vente directe, 28 % aux magasins spécialisé bios et 6 % aux commerçants et artisans. Chaque Français a dépensé en moyenne 178 euros dans le bio en 2019.

Estimé à 72 millions d'euros en 2019, le marché de la viande d'agneau est également en croissance de 9 %. L'agneau bio a été vendu chez les bouchers (30 %), les grandes surfaces (29 %), les magasins spécialisés bio (22 %) et la vente directe (19%).

 

La croissance du lait bio
Le dernier dossier Économie de l’élevage sur Les filières laitières biologiques françaises publié par Idele confirme cette croissance. La production de lait de brebis biologique, qui fournit près de 9 % de la collecte nationale de lait de brebis, est valorisée pour beaucoup au travers de produits ultrafrais. Cette production a connu une dynamique importante ces dernières années, bénéficiant d’un double engouement des consommateurs pour le lait de brebis d’une part, et pour le mode de production biologique d’autre part. Son développement reste très centré sur le Nord-Occitanie (départements de l’Aveyron et de la Lozère) et se caractérise par la part élevée d’opérateurs indépendants, c’est-à-dire non membres des interprofessions régionales.
Le dossier est à télécharger sur idele.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre