Aller au contenu principal

Coronavirus
[Les éleveurs ovins face au Covid-19 – 6] Succès de la vente à la ferme

Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus, les filières agricoles tentent de s'organiser. La filière ovine ne fait pas exception à la règle et nous avons donné la parole aux éleveurs qui font part de leur quotidien dans cette situation exceptionnelle. Témoignage d'une éleveuse de brebis allaitantes en Indre-et-Loire.

ODILE CANON : "Nous arrivons à combiner vie de famille et élevage, les enfants nous aident à la surveillance pendant les mises-bas et travaillent avec nous l'été. Et nous arrivons à partir en vacances et à nous déconnectés vraiment de la ferme." © B. Morel
Odile Canon, éleveuse de 550 brebis allaitantes en Indre-et-Loire
© B. Morel

« Après beaucoup de stress, Pâques s’est mieux passé que ce que nous envisagions dans les semaines qui l’ont précédé. En effet, nous vendons une partie de notre production dans un magasin de producteurs à Tours et dans les premiers temps du confinement le chiffre d’affaires global de celui-ci a grimpé en flèche… Dommage pour nous, seul l’agneau ne s’est pas bien vendu. Pour compenser cette perte de vente, j’ai tout d’abord mis à la reproduction une bonne vingtaine de femelles qui auraient pu être vendues à la coopérative si les prix avaient été bons.

Beaucoup de succès pour la vente à la ferme

D’autre part, j’ai mis en place deux ventes à la ferme. J’ai fait de la pub en amont et les clients ont passé commande par mail. Les ventes se sont déroulées sur deux week-ends, du vendredi au samedi et nous avons mis en place des mesures pour respecter les gestes barrières. Par exemple, nous avons installé une table pour respecter la distanciation sociale entre les clients et nous. Nous avons aussi mis du gel hydroalcoolique à disposition et j’ai un terminal bancaire ce qui évite la manipulation d’argent. En tout cas, la vente directe a eu beaucoup de succès, j’ai même dû faire une liste d’attente ! Et pour les clients qui n’ont pas pu se déplacer, nous avons fait deux tournées de livraison. Tout cela m’a permis de ne mettre que 35 agneaux contre 55 habituellement à la vente au magasin de producteurs pour la période de Pâques. Même si au final, je pense que nous aurions pu tout vendre…

Difficile de travailler et d'aider les enfants pour leurs cours

Avec le confinement, nous expérimentons aussi la présence en continu de nos cinq enfants à la maison. Pour ceux qui sont en études supérieures et au lycée, cela n’a pas posé de problème particulier car ils se gèrent. Mais le petit dernier qui est au collège a beaucoup plus de mal à suivre les cours et je me suis rendue compte qu’il avait des difficultés à travailler, or ni moi ni mon mari n’avons trouvé beaucoup de temps pour l’aider. Néanmoins, nos enfants nous aident pour les tâches ménagères quotidiennes et c’est un soutien très appréciable ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre