Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Coronavirus
[Les éleveurs ovins face au Covid-19 – 6] Succès de la vente à la ferme

Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus, les filières agricoles tentent de s'organiser. La filière ovine ne fait pas exception à la règle et nous avons donné la parole aux éleveurs qui font part de leur quotidien dans cette situation exceptionnelle. Témoignage d'une éleveuse de brebis allaitantes en Indre-et-Loire.

ODILE CANON : "Nous arrivons à combiner vie de famille et élevage, les enfants nous aident à la surveillance pendant les mises-bas et travaillent avec nous l'été. Et nous arrivons à partir en vacances et à nous déconnectés vraiment de la ferme." © B. Morel
Odile Canon, éleveuse de 550 brebis allaitantes en Indre-et-Loire
© B. Morel

« Après beaucoup de stress, Pâques s’est mieux passé que ce que nous envisagions dans les semaines qui l’ont précédé. En effet, nous vendons une partie de notre production dans un magasin de producteurs à Tours et dans les premiers temps du confinement le chiffre d’affaires global de celui-ci a grimpé en flèche… Dommage pour nous, seul l’agneau ne s’est pas bien vendu. Pour compenser cette perte de vente, j’ai tout d’abord mis à la reproduction une bonne vingtaine de femelles qui auraient pu être vendues à la coopérative si les prix avaient été bons.

Beaucoup de succès pour la vente à la ferme

D’autre part, j’ai mis en place deux ventes à la ferme. J’ai fait de la pub en amont et les clients ont passé commande par mail. Les ventes se sont déroulées sur deux week-ends, du vendredi au samedi et nous avons mis en place des mesures pour respecter les gestes barrières. Par exemple, nous avons installé une table pour respecter la distanciation sociale entre les clients et nous. Nous avons aussi mis du gel hydroalcoolique à disposition et j’ai un terminal bancaire ce qui évite la manipulation d’argent. En tout cas, la vente directe a eu beaucoup de succès, j’ai même dû faire une liste d’attente ! Et pour les clients qui n’ont pas pu se déplacer, nous avons fait deux tournées de livraison. Tout cela m’a permis de ne mettre que 35 agneaux contre 55 habituellement à la vente au magasin de producteurs pour la période de Pâques. Même si au final, je pense que nous aurions pu tout vendre…

Difficile de travailler et d'aider les enfants pour leurs cours

Avec le confinement, nous expérimentons aussi la présence en continu de nos cinq enfants à la maison. Pour ceux qui sont en études supérieures et au lycée, cela n’a pas posé de problème particulier car ils se gèrent. Mais le petit dernier qui est au collège a beaucoup plus de mal à suivre les cours et je me suis rendue compte qu’il avait des difficultés à travailler, or ni moi ni mon mari n’avons trouvé beaucoup de temps pour l’aider. Néanmoins, nos enfants nous aident pour les tâches ménagères quotidiennes et c’est un soutien très appréciable ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose entre le début du confinement et le week-end de Pâques, le principal…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au Coronavirus – 3] Abattoir à l'arrêt, hausse du prix de l'aliment
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre