Aller au contenu principal

Contenu partenaire
McDonald’s veut rester un acteur des territoires

Pour la dernière étape de l’AgriTour, McDonald’s fait étape dans la région Est. Dans cette zone de polyculture-élevage, McDo veut aujourd’hui mettre l’accent sur une approche systémique et valoriser les synergies entre éleveurs et céréaliers.

« Notre département est représentatif de l’agriculture française, avec des grandes cultures, de l’élevage, des vignes. Nous sommes des acteurs des territoires et nous en sommes fiers », résume Jean-Luc Pelletier, président de la Chambre d’agriculture de la Meuse. A Montiers-sur-Saulx, McDonald’s a réuni ses partenaires des filières agricoles et agroalimentaire, avec la volonté de co-construire sa stratégie filières durables 2030. Dans le grand Est, le lien du restaurateur au terroir n’est pas nouveau. « Le premier contrat McDo a été signé ici, il y a 20 ans. Ce genre de rencontre, nous permet de renouer le contact et de mettre en avant les synergies possibles dans notre zone de polyculture-élevage », rappelle Franck Bellaca, directeur d’Interbev Grand Est.

Des contrats avec les agriculteurs inscrits dans la durée

  Dans l’Est, 266 éleveurs sont sous contrats et fournissent 654 tonnes de viande. 49 agriculteurs produisent également 40 000 tonnes de pommes de terre. 58,2 millions d’euros de produits agricoles et agroalimentaires sont ainsi achetés dans la région. Cet engagement s’accompagne d’engagements environnementaux. « Nous souhaitons accentuer notre effort avec la baisse de 35 % d’émissions de gaz à effet de serre, par transaction sur le périmètre élargi en comparaison à 2005 date de notre premier bilan carbone. Nous sommes persuadés que les solutions se trouvent au sein de l’agriculture et des territoires », insiste Eloi de la Celle, directeur Achats Qualité Logistique et Environnement de McDonald’s France.

« Un contrat à l’écosystème agricole ? »

  Pour son AgriTour, McDonald’s a ouvert le débat. « C’est un des premiers acheteurs de viande bovine en France et il souhaite communiquer sur un élevage durable. McDo devra proposer une contractualisation, non pas à l’animal acheté, mais à l’écosystème pour faire la démonstration que ses engagements environnementaux sont respectés. On ne peut plus réfléchir à l’échelle d’une exploitation, mais d’un territoire », estime Yves Leroux, enseignant chercheur à l’ENSAIA. L’enjeu de la contractualisation est également au cœur de la synergie entre éleveurs et céréaliers : « il faut des engagements écrits pour l’élevage, les grandes cultures et tendre vers des contrats tripartites avec McDo ». Des pistes existent localement avec le programme Arpeege (Autonomie en Ressources Protéiques et Énergétiques des Élevages du Grand Est).

Construire dans le temps

La contractualisation déconnecté des marchés et qui prend en compte les coûts de production n’est pas nouvelle chez McDonald’s. « Nous continuerons à nous inscrire dans le temps long pour sécuriser les agriculteurs. Nous devrons aller plus loin et contractualiser à plusieurs partenaires de l’aval pour avoir une approche systémique », conclut Eloi de la Celle. Avec son AgriTour, McDonald’s a écouté. Place maintenant à l’action.

« L’AgriTour accueille l’agritech »

Alexandre Bougeant,PDG Enerpro Biogaz

« Nous proposons une méthanisation de petite centrée sur les effluents d’élevage de l’exploitation. Il n’est pas nécessaire de produire des matières spécifiquement dédiées au méthaniseur. C’est une méthanisation, au cœur du territoire, en circuit ultra-court, qui s’adapte à la ferme d’élevage et pas le contraire. »

Les plus lus

Ce qui change pour les agriculteurs depuis le 1er janvier 2023
Tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales, fiscales et nouveaux règlements qui s’imposent aux agriculteurs, ou tout du…
Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
Publicité