Aller au contenu principal

Des saisonniers étrangers victimes d'abus dans les Fermes Larrère

Médiapart dénonce le 18 juillet des abus faits à des saisonniers étrangers dans les Fermes Larrère. Le directeur général des fermes bio landaises, Patrick Larrère reconnait certains dysfonctionnements et compte mettre en vigueur des axes d'amélioration. Une charte éthique est en construction. 

Carotte des Fermes Larrère
Patrick Larrère, directeur général des Fermes Larrère, se dit prêt à assumer les points d'amélioration à traiter. Une charte éthique est actuellement en cours d'élaboration.
© Les fermes Larrère

La main d’œuvre saisonnière représente près de 70 % de l’ensemble des salariés agricoles en nombre, selon l'ANEFA (Association Nationale pour l'Emploi et la Formation en Agriculture). Les exploitations agricoles et la ressource humaine étrangères ont besoin l'une de l'autre, alors autant le faire dans des conditions de travail décentes.

Mediapart dénonce des abus chez le «champion des carottes bio»

Des saisonniers étrangers victimes d’abus chez le «champion» landais des carottes bio: les Fermes Larrère. C’est ce que rapporte une enquête de Mediapart publiée le 18 juillet dans le cadre de l’investigation collective européenne «Travailleurs invisibles».

Le compte Twitter "Mediapart in english" partage l'enquête de l’investigation collective européenne des « travailleurs invisibles ».

D’après Mediapart, une douzaine de saisonniers majoritairement sud-américains, salariés d’un groupement d’employeurs dont Larrère fait partie, accusent un rythme de travail difficile à tenir, des violences verbales, des conditions d’hébergement rudimentaires et une «maigre paie». Ainsi une saisonnière affirme avoir été déclarée «pour 70 heures dans les champs et payée 660€» alors qu’elle aurait travaillé «plus du double». Toujours selon Mediapart, plusieurs salariés passés par Larrère ont saisi l’Inspection du travail, laquelle aurait émis un signalement «pour entrave» au Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) au procureur de la République de Mont-de-Marsan. Ceci alors qu’avec ses 1300 ha de cultures légumières, dont une bonne partie en bio, une unité de méthanisation et des panneaux photovoltaïques, «les Fermes Larrère font figure d’exploitation modèle» souligne le media français d'investigation.

A lire aussi : "Dans les Landes, des saisonniers révèlent des abus chez le champion des carottes bio"

Larrère se défend, promet une «charte» et des améliorations

Interrogé par Médiapart sur des abus concernant les conditions de travail et de logement de saisonniers travaillant pour les Fermes Larrère, dans les Landes, le directeur général Patrick Larrère a répondu dans un email le 8 juillet que chacun des prestataires chargés du recrutement «est tenu de respecter les obligation légales» et que «les salariés sont soumis au droit français». Il a toutefois reconnu des dysfonctionnements identifiés à l’issue d’un récent sondage «neutre et confidentiel» auprès des équipes. «Nous avons relevé des points à traiter que nous sommes prêts à assumer ou allons demander à nos partenaires d’assumer également», a-t-il déclaré. Patrick Larrère a précisé «travailler à l’élaboration d’une charte éthique basée sur les piliers de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE)» et vouloir veiller au bon respect de cette charte grâce à des contrôles «inopinés» menés par un cabinet d’audit. Sur les conditions d’hébergement rudimentaires dénoncées par certains salariés, il a reconnu que «la question du logement est très difficile à résoudre» car «en période estivale, avec l’arrivée massive de saisonniers en agriculture et en restauration, les Landes manquent cruellement de logements».

Les plus lus

[Covid-19] Agriculteurs : attestation obligatoire à télécharger pour se déplacer sur et en dehors de l'exploitation
Pendant toute la durée du reconfinement, une attestation permanente de déplacement pour l’exploitant et les salariés est…
[Confinement] Les chasseurs demandent l’autorisation de chasser le grand gibier pour « mission de service public »
Le confinement est en vigueur depuis le 30 octobre mais peut-on chasser ou pendant cette période ? La Fédération nationale des…
Une réserve d’eau individuelle de 10 000 m3 chez un agriculteur irrigant en Limagne
Chez Mathieu Daim, agriculteur dans le Puy-de-Dôme, la construction d’une réserve d’eau de 10 000 m3 s’est achevée récemment. Une…
Confinement - une éleveuse refait le clip des « inconnus » sur sa ferme
Julie, étudiante et fille d’éleveur, aime rire et le fait savoir sur les réseaux sociaux. Depuis le confinement du mois de mars,…
Plan de relance : 1,2 milliard d’euros destiné à l'agriculture
Les agriculteurs vont être concernés par le Plan de relance du Gouvernement. Le volet « Transition agricole, alimentation et…
[VIDEO] "Ecologie de la diffamation, incantation et contre-vérités" : la coup de gueule du ministre de l'Agriculture sur les néonicotinoïdes
Le projet de loi sur la réintroduction des néonicotinoïdes de façon temporaire dans les cultures de betteraves a provoqué mardi…
Publicité