Aller au contenu principal

Les prix mondiaux des produits alimentaires au plus haut depuis dix ans

L’indice des prix mondiaux des produits alimentaires publié par la FAO a atteint en mai 2021 son plus haut niveau depuis septembre 2011. En cause : la flambée des prix des huiles, du sucre et des céréales, ainsi que le raffermissement des prix de la viande et des produits laitiers.

Prix mondiaux
© Pixabay

« Les prix mondiaux des produits alimentaires ont enregistré en mai leur plus forte hausse mensuelle depuis plus d’une décennie, bien que la production mondiale de céréales soit en voie d’atteindre un nouveau record », alerte ce jour l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 127,1 points en mai, soit 4,8 % de plus qu’en avril et 39,7% de plus qu’en mai 2020.

Lire aussi : Vers une facture record des importations alimentaires mondiales en 2021

Il s'agit de la plus forte progression mensuelle de l'indice depuis octobre 2010. Et l’indice qui mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de produits alimentaires de base atteint son plus haut niveau depuis septembre 2011, ne se situant plus qu’à 7,6% de son record historique en valeur nominale.

La nette hausse enregistrée en mai s'explique par la flambée des prix des huiles, du sucre et des céréales, ainsi que par le raffermissement des prix de la viande et des produits laitiers, explique la FAO.

Lire aussi : Hausse structurelle des importations chinoises de maïs , selon Louis Dreyfus Company

L'Indice FAO des prix des céréales a gagné 6% depuis avril, sous l'effet d'une hausse des prix internationaux du maïs, qui enregistrent une valeur moyenne supérieure de 89,9% à celle de mai 2020. « Toutefois, les prix du maïs ont commencé à reculer à la fin du mois de mai, principalement en raison de l'amélioration des perspectives de production aux États-Unis d'Amérique », souligne la FAO. Les prix internationaux du blé ont eux aussi baissé en fin de mois, mais ont progressé en moyenne de 6,8 pour cent par rapport à avril, tandis que les cours internationaux du riz sont restés stables.

De leur côté les huiles végétales ont vu leurs prix grimper de 7,8% en mai, principalement sous l’effet de la hausse des cours des huiles de palme, de soja et de colza. Une hausse s’expliquant par la faible croissance de la production dans les pays d'Asie du Sud-Est, tandis que la forte demande mondiale prévue, en particulier dans le secteur des agrocarburants, a tiré les prix de l'huile de soja vers le haut, pointe la FAO.

Lire aussi : Prix des Oléoprotéagineux le 2 juin : légère hausse des cours du colza, flambée de l'huile de soja à Chicago

L'Indice FAO des prix du sucre a aussi progressé de 6,8% par rapport à avril, une hausse principalement imputable à des retards de récolte et à des craintes concernant une baisse des rendements des cultures au Brésil, même si les exportations abondantes de l'Inde ont contribué à atténuer la flambée des prix, rapporte la FAO.

La FAO pointe aussi une progression de 2,2% des prix de la viande du fait de l'accélération des achats à l'importation en Chine, ainsi que de la hausse de la demande interne de viande de volaille et de viande de porcins dans les principales régions de production.

Lire aussi : Viande bovine : hausse des prix mondiaux

Du côté des produits laitiers, les prix ont enregistré une hausse mensuelle de 1,8% affichant une valeur moyenne supérieure de 28 pour cent à celle de l'année dernière à la même période. « Cette hausse est due à la vigueur de la demande à l'importation de lait écrémé en poudre et de lait entier en poudre », pointe la FAO.

Les plus lus

Quel que soit le scénario envisagé, tous les secteurs connaîtront une diminution de leur production oscillant entre 5 et 15%, l’élevage étant le secteur le plus durement touché, selon l'étude.
Agriculture en Europe : les prédictions funestes d’une étude cachée
L’étude du centre commun de recherche européen, sortie sans aucune promotion en plein été, fait couler de l’encre en cette…
Océane Future agricultrice : « Il y a beaucoup trop de préjugés sur les femmes en agriculture »
A 19 ans, Océane est agricultrice et active depuis déjà 5 ans sur les réseaux sociaux. Elle se destinait à ce métier depuis…
Eric Piolle, actuel maire de Grenoble, et candidat aux primaires écologistes souhaite que la filière de l’élevage se transforme pour aller davantage vers des fermes de petites tailles.
Eric Piolle : « Je propose de créer 25 000 fermes communales et agroécologiques »
Eric Piolle, actuel maire de la ville de Grenoble, se présente aux primaires écologistes (premier tour du 16 au 19 septembre…
Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll : « le seul problème du monde agricole c'est de penser qu’il faut produire plus »
Ex-ministre de l’Agriculture et actuel maire du Mans, Stéphane Le Foll a annoncé se présenter à une primaire socialiste qu’il…
Constance, jouée par Diane Rouxel, veut reprendre la ferme de son père, incarné par Olivier Gourmet, et la sauver de la faillite.
[Film] « La Terre des hommes » : élevage, pouvoir et domination
Constance, fille d’éleveur charolais, veut reprendre, avec son fiancé, l’exploitation agricole de son père et la sauver de la…
Le prix de la coque d'un bâtiment d'élevage aurait augmenté de 31% depuis 2018.
La flambée des prix des matériaux de construction leste les coûts de l’élevage
Bois, acier, isolants, tôles… Les matériaux de construction voient leurs prix s’envoler depuis l’automne dernier et cela pèse sur…
Publicité