Aller au contenu principal

« Nos prairies évoluent vers des mélanges complexes »  

Dans le Morbihan, l’EARL de la vallée privilégie désormais les mélanges complexes au RGA-TB. Ils les trouvent plus rapides à s’installer et plus adaptés à leur contexte.

Tiphaine Chatal. « Échanger en groupes sur les espèces et les variétés que chacun a testées nous aide à faire évoluer nos choix. » © DR
Tiphaine Chatal. « Échanger en groupes sur les espèces et les variétés que chacun a testées nous aide à faire évoluer nos choix. »
© DR

« Quand je me suis installée il y a six ans, nous avons repris du foncier et la surface accessible aux 80 laitières est passée de 15 à 30 hectares », décrit Tiphaine Chatal. Les éleveurs ont découpé les prairies temporaires en paddocks de 1,5 à 2 hectares, et réfléchi aux espèces à implanter sur les 15 hectares repris. « Nous connaissions les limites des prairies en RGA-TB que nous semions traditionnellement et nous avons cherché des mélanges plus diversifiés et plus couvrants, adaptés au pâturage et pérennes. »

Pâturer la fétuque élevée à un stade jeune

Le secteur est très vallonné, avec certaines zones très séchantes et d’autres, au contraire, très humides dans le bas des vallées. Sur les buttes, les éleveurs ont d’abord semé en 2014 un premier mélange suisse à base de fétuque élevée (47 %), fléole (31 %), RGA (9 %) et trèfle d’Alexandrie (13 %). « La fétuque élevée est rustique et ultra-résistante au sec. C’est impressionnant, même en juillet-août, dans des conditions difficiles, les parcelles restent vertes ! Par contre, elle se révèle assez agressive par rapport au trèfle et durcit vite, ce qui la rend peu appétente pour les vaches. Il faut vraiment la faire pâturer à un stade jeune, insiste Tiphaine. Avec les vaches, il faut y revenir tous les dix jours. Sinon, on gère en multipliant les passages de tondeuse de prairie pour maintenir l’appétence. C’est plus compliqué à gérer que du dactyle ! » Le second mélange (14 % dactyle, 8 % fétuque rouge, 8 % fléole, 28 % pâturin des prés, 28 % RGA, 11 % TB, 6 % TV) s’est très bien implanté et le trèfle blanc est aujourd’hui encore bien en place. « Ce mélange dure dans le temps, même s’il a tendance à mieux se développer dans le bas des parcelles, moins sec. Le pâturin est encore présent ; le trèfle violet a duré deux ans comme la fléole. » Dans les paddocks humides, les éleveurs sont satisfaits du mélange suisse semé (16 % fétuque rouge, 9 % fléole, 31 % paturin, 32 % RGA, 9 % TB, 3 % TV). « Ce mélange est top pour ce type de parcelle. La fétuque rouge est rustique et plus appétente que la fétuque élevée. »

« Nous avons expérimenté les mélanges suisses »

Chaque automne, parmi les paddocks encore en RGA-TB, une prairie est resemée, mais avec des mélanges moins onéreux. Sur deux parcelles particulièrement séchantes, l’association du ray-grass anglais au ray-grass hybride, fétuque élevée, trèfle blanc et trèfle hybride donne de bons résultats. « Elle s’est montrée très rustique dès l’implantation. » Et pour les parcelles très humides, les éleveurs semblent avoir également avoir trouvé un mélange qui leur convient bien à base de fétuque des prés, RGA, TB, et fléole. « L’implantation est bonne et la prairie résiste bien au piétinement malgré des conditions de pâturage difficiles. Nous avons essayé sans la fléole, mais la couverture est moins intéressante et l’implantation prend plus de temps. »

« Avant, je me contentais de faire confiance aux vendeurs, témoigne l’éleveuse. Aujourd’hui, le fait de se former, d’échanger en groupes(1) sur ce que chacun a testé, de faire aussi des tours de prairies chez les uns et les autres pour comparer les contextes, nous aide à savoir dans quelle direction aller et faire de meilleurs choix d’espèces et variétés. »

(1) Au sein de Rés'agri (60 groupes dans le Morbihan).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière