Aller au contenu principal

Le bleu d’Auvergne accède à une vraie plus-value

Depuis la reconnaissance de son nouveau cahier des charges, l’hiver dernier, le bleu d’Auvergne bénéficie du même niveau de valorisation que les autres AOP auvergnates.

Le nouveau cahier des charges de l’AOP bleu d’Auvergne a été publié fin 2017. Il a eu pour effet de recentrer la zone d’appellation sur le massif volcanique, réduisant sa superficie de 40 %. Ce renforcement du lien au territoire a permis de mieux coller à la zone réelle de production du lait et du fromage. Peu de producteurs engagés dans l’appellation ont été impactés et la plus-value était jusqu’alors très faible. Le bleu d’Auvergne partage une grande partie de son territoire avec les autres appellations laitières d’Auvergne (cantal, fourme d’Ambert, saint-nectaire). En 2017, il représentait un volume de 5 000 tonnes.

Le lait qui entre dans sa fabrication est désormais soumis à des conditions de production assez proches de celles qui régissent les autres AOP. Ainsi, comme pour le cantal, l’herbe doit constituer au minimum 70 % de la ration des vaches laitières en moyenne annuelle (50 % pour la fourme d’Ambert et 100 % pour le saint-nectaire). Il partage avec la fourme d’Ambert une même durée obligatoire de pâturage (150 jours et 30 ares/vache), alors que le cantal se limite à 120 jours mais avec une part de 70 % d’herbe dans la ration. Les troupeaux de l’appellation saint-nectaire doivent pâturer durant 160 jours. Les quatre AOP ont en commun de limiter l’apport de concentré à 1 800 kg par vache et par an.

S’orienter vers un prix du lait déconnecté

Le bleu d’Auvergne bénéficie depuis cette année des mêmes modalités de plus-value que le cantal et la fourme d’Ambert. Elle s’applique sur les taux d’utilisation du lait en AOP, qui varient selon les entreprises et les appellations (de 7,7 à 20 % pour le bleu) et se cumulent lorsque deux ou trois AOP cohabitent sur la même zone. En additionnant les trois appellations, la plus-value peut porter sur la totalité du lait. Pour la percevoir, le producteur doit avoir signé la déclaration d’identification de tous les cahiers des charges existant sur sa zone. Le saint-nectaire a sa propre gestion car la plupart des entreprises utilisent 100 % du lait de la zone pour cette appellation.

Pour 2018, chaque entreprise applique sa propre plus-value (45 €/1 000 l sur l’ensemble des AOP pour Sodiaal, 50 € pour Lactalis...). Mais, l’association des producteurs de lait AOP Auvergne demande aux entreprises de s’orienter vers un prix du lait AOP déconnecté du prix du lait conventionnel. Certaines ont déjà franchi le pas pour certains fromages. Ainsi, en est-il de Lactalis (Walchli) pour le saint-nectaire ; les discussions sont en cours pour les autres AOP. Dischamp a également un prix déconnecté pour le lait destiné à la fourme d’Ambert et au bleu d’Auvergne, respectivement 366 €/1 000 l (pour 40 % de taux d’utilisation) et 354 €/1 000 l (10 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière