Aller au contenu principal

Le bleu d’Auvergne accède à une vraie plus-value

Depuis la reconnaissance de son nouveau cahier des charges, l’hiver dernier, le bleu d’Auvergne bénéficie du même niveau de valorisation que les autres AOP auvergnates.

Le nouveau cahier des charges de l’AOP bleu d’Auvergne a été publié fin 2017. Il a eu pour effet de recentrer la zone d’appellation sur le massif volcanique, réduisant sa superficie de 40 %. Ce renforcement du lien au territoire a permis de mieux coller à la zone réelle de production du lait et du fromage. Peu de producteurs engagés dans l’appellation ont été impactés et la plus-value était jusqu’alors très faible. Le bleu d’Auvergne partage une grande partie de son territoire avec les autres appellations laitières d’Auvergne (cantal, fourme d’Ambert, saint-nectaire). En 2017, il représentait un volume de 5 000 tonnes.

Le lait qui entre dans sa fabrication est désormais soumis à des conditions de production assez proches de celles qui régissent les autres AOP. Ainsi, comme pour le cantal, l’herbe doit constituer au minimum 70 % de la ration des vaches laitières en moyenne annuelle (50 % pour la fourme d’Ambert et 100 % pour le saint-nectaire). Il partage avec la fourme d’Ambert une même durée obligatoire de pâturage (150 jours et 30 ares/vache), alors que le cantal se limite à 120 jours mais avec une part de 70 % d’herbe dans la ration. Les troupeaux de l’appellation saint-nectaire doivent pâturer durant 160 jours. Les quatre AOP ont en commun de limiter l’apport de concentré à 1 800 kg par vache et par an.

S’orienter vers un prix du lait déconnecté

Le bleu d’Auvergne bénéficie depuis cette année des mêmes modalités de plus-value que le cantal et la fourme d’Ambert. Elle s’applique sur les taux d’utilisation du lait en AOP, qui varient selon les entreprises et les appellations (de 7,7 à 20 % pour le bleu) et se cumulent lorsque deux ou trois AOP cohabitent sur la même zone. En additionnant les trois appellations, la plus-value peut porter sur la totalité du lait. Pour la percevoir, le producteur doit avoir signé la déclaration d’identification de tous les cahiers des charges existant sur sa zone. Le saint-nectaire a sa propre gestion car la plupart des entreprises utilisent 100 % du lait de la zone pour cette appellation.

Pour 2018, chaque entreprise applique sa propre plus-value (45 €/1 000 l sur l’ensemble des AOP pour Sodiaal, 50 € pour Lactalis...). Mais, l’association des producteurs de lait AOP Auvergne demande aux entreprises de s’orienter vers un prix du lait AOP déconnecté du prix du lait conventionnel. Certaines ont déjà franchi le pas pour certains fromages. Ainsi, en est-il de Lactalis (Walchli) pour le saint-nectaire ; les discussions sont en cours pour les autres AOP. Dischamp a également un prix déconnecté pour le lait destiné à la fourme d’Ambert et au bleu d’Auvergne, respectivement 366 €/1 000 l (pour 40 % de taux d’utilisation) et 354 €/1 000 l (10 %).

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière