Aller au contenu principal
Font Size

Le bleu d’Auvergne accède à une vraie plus-value

Depuis la reconnaissance de son nouveau cahier des charges, l’hiver dernier, le bleu d’Auvergne bénéficie du même niveau de valorisation que les autres AOP auvergnates.

Le nouveau cahier des charges de l’AOP bleu d’Auvergne a été publié fin 2017. Il a eu pour effet de recentrer la zone d’appellation sur le massif volcanique, réduisant sa superficie de 40 %. Ce renforcement du lien au territoire a permis de mieux coller à la zone réelle de production du lait et du fromage. Peu de producteurs engagés dans l’appellation ont été impactés et la plus-value était jusqu’alors très faible. Le bleu d’Auvergne partage une grande partie de son territoire avec les autres appellations laitières d’Auvergne (cantal, fourme d’Ambert, saint-nectaire). En 2017, il représentait un volume de 5 000 tonnes.

Le lait qui entre dans sa fabrication est désormais soumis à des conditions de production assez proches de celles qui régissent les autres AOP. Ainsi, comme pour le cantal, l’herbe doit constituer au minimum 70 % de la ration des vaches laitières en moyenne annuelle (50 % pour la fourme d’Ambert et 100 % pour le saint-nectaire). Il partage avec la fourme d’Ambert une même durée obligatoire de pâturage (150 jours et 30 ares/vache), alors que le cantal se limite à 120 jours mais avec une part de 70 % d’herbe dans la ration. Les troupeaux de l’appellation saint-nectaire doivent pâturer durant 160 jours. Les quatre AOP ont en commun de limiter l’apport de concentré à 1 800 kg par vache et par an.

S’orienter vers un prix du lait déconnecté

Le bleu d’Auvergne bénéficie depuis cette année des mêmes modalités de plus-value que le cantal et la fourme d’Ambert. Elle s’applique sur les taux d’utilisation du lait en AOP, qui varient selon les entreprises et les appellations (de 7,7 à 20 % pour le bleu) et se cumulent lorsque deux ou trois AOP cohabitent sur la même zone. En additionnant les trois appellations, la plus-value peut porter sur la totalité du lait. Pour la percevoir, le producteur doit avoir signé la déclaration d’identification de tous les cahiers des charges existant sur sa zone. Le saint-nectaire a sa propre gestion car la plupart des entreprises utilisent 100 % du lait de la zone pour cette appellation.

Pour 2018, chaque entreprise applique sa propre plus-value (45 €/1 000 l sur l’ensemble des AOP pour Sodiaal, 50 € pour Lactalis...). Mais, l’association des producteurs de lait AOP Auvergne demande aux entreprises de s’orienter vers un prix du lait AOP déconnecté du prix du lait conventionnel. Certaines ont déjà franchi le pas pour certains fromages. Ainsi, en est-il de Lactalis (Walchli) pour le saint-nectaire ; les discussions sont en cours pour les autres AOP. Dischamp a également un prix déconnecté pour le lait destiné à la fourme d’Ambert et au bleu d’Auvergne, respectivement 366 €/1 000 l (pour 40 % de taux d’utilisation) et 354 €/1 000 l (10 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière