Aller au contenu principal

« L’autonomie protéique est notre cheval de bataille »

Le Gaec de l’Ouchette, dans les Deux-Sèvres, travaille depuis longtemps sur l’autonomie protéique, tout en cherchant à maintenir un niveau de production élevé du troupeau de 150 laitières. Un défi relevé grâce au pâturage et la culture de légumineuses.

Le lait est une passion qui se partage entre frères au Gaec de l’Ouchette. À 30 ans, Émilien Renaud s’est installé en janvier dernier sur l’exploitation en reprenant les parts sociales de son père. Il rejoint son frère Mathieu, installé quatre ans plus tôt, et ses deux oncles Lionel et Francis sur une exploitation de 224 hectares de SAU et un troupeau de 150 prim’Holstein à 9 600 kilos. Un renouvellement de génération bienvenu dans cette zone de déprise laitière où le nombre d’élevages laitiers à quinze kilomètres à la ronde se compte sur les doigts de la main.

La motivation pour l’élevage et l’envie d’aller de l’avant ont toujours été le leitmotiv ici, depuis déjà trois générations. Aujourd’hui encore, les associés ont à cœur d’évoluer et de s’adapter aux nouvelles contraintes et aux enjeux de demain. À commencer par la quête d’autonomie protéique. « Nous voulons allier performances technique et économique en recherchant le plus d’autonomie possible », dépeignent de concert les quatre associés.

Les vaches passent le plus de temps possible dehors

Pour cela, l’un des leviers a été de maximiser le pâturage dont la surface a doublé en 2020 pour atteindre 29 hectares pour les laitières. « Le pâturage offre beaucoup d’avantages. Il a toujours été pratiqué sur la ferme mais nous sommes passés à la vitesse supérieure ces trois dernières années », avance Lionel. Il débute en février dès que l’herbe pousse, stoppe quasiment de mi-juin à fin août et reprend jusqu’à début décembre. « Tout ce que les vaches prennent au pâturage, ce sont des coûts de production gagnés par rapport à des fourrages distribués à l’auge et du travail en moins », poursuit Émilien. Fort de son expérience du pâturage tournant dynamique, découvert lors d’un stage dans une exploitation de 700 vaches en Nouvelle-Zélande, le jeune éleveur était confiant pour le mettre en pratique à Melleran avec 150 vaches.

De nouvelles prairies multi-espèces ont été implantées et la gestion du pâturage a été repensée avec un découpage en 36 paddocks de 75 ares, tous équipés au minimum d’un bassin à eau. Pour simplifier le travail, un système d’abreuvement automatique a été installé grâce à une cuve tampon et un surpresseur permettant un débit adapté aux besoins du troupeau, pour un coût d’aménagement de 15 000 euros.

 

 
chemin pâturage vaches prim'Holstein
De nouvelles prairies ont été implantées à base de RGA demi-tardif, fétuque élevée, RGH, un peu de dactyle, fléole et trèfles violet, hybride, blanc et squarrosum. © M. Renaud
Autre point essentiel travaillé : l’accès aux parcelles. Le chemin principal de 5-6 mètres de large a été empierré, sablé et bombé. « Nous resablons et cylindrons tous les deux ans pour prévenir les problèmes de boiteries, précise Émilien. L’entretien nous revient à 2 000 euros pour le sable et 500 euros de location de matériel. Nous sommes vigilants quant à la qualité du sable pour éviter de fragiliser les pattes. » L’entrée et la sortie des paddocks sont distinctes pour limiter le piétinement.

 

Diversifier et sécuriser la production fourragère

En général, les vaches sortent après la traite du matin, reviennent dans le bâtiment en tout début d’après-midi et ressortent la nuit. « Elles courent vers les prairies le matin et courent vers l’auge à midi ! », plaisante Lionel. Les vaches reviennent sur les parcelles toutes les trois semaines (tous les 15 jours en mai). « Lorsqu’il y a beaucoup d’herbe, nous pratiquons le topping notamment sur les parcelles où le dactyle est plus présent, pour mieux gérer les refus », précise Émilien.

La valorisation de l’herbe s’est bien améliorée. Le pâturage constitue 50 à 60 % du régime à la belle saison. La quantité de tourteau de colza se limite alors à 1,5 kg, contre 2,7 kg en hiver. « Nous ne voulons pas le réduire davantage à l’herbe car nous ne sommes pas prêts à voir baisser la production. Surtout qu’une fois que le lait est descendu, c’est compliqué de le faire remonter », considèrent les associés.

Remplacement d’une partie du RGI par des méteils

« Ce qui coûte le plus cher dans l’alimentation, ce sont les protéines. C’est pourquoi nous essayons également de cultiver le plus de légumineuses possible », expose Mathieu. La luzerne occupe une quinzaine d’hectares, en veillant à apporter des amendements calciques suffisants. La priorité va à la qualité de la première coupe ensilée et les suivantes sont récoltées en foin.

 

 
méteil prairies
Le méteil (ici le 12 avril) à base de féverole, pois fourrager, vesce, avoine blanche et trèfle squarosum est systématiquement ensilé avec un conservateur pour une bonne acidification. © M. Renaud

 

Depuis une dizaine d’années, des méteils remplacent aussi une partie du ray-grass italien en dérobée pour obtenir un ensilage de qualité (0,8-0,9 UFL/kg MS et 14 à 18 % MAT). Le rendement atteint 6 t MS/ha avec 15 tonnes de fumier par hectare, sans autre fertilisation. « Comme les semences coûtent cher, nous essayons de produire nous-mêmes la féverole, le pois et l’avoine blanche. » Les achats se cantonnent au trèfle squarrosum et à la vesce. La féverole fournit l’azote à l’avoine et apporte de la MAT et de la fibre au mélange. « Elle ne pose pas de problème d’appétence bien qu’elle noircisse », observe Mathieu.

Le méteil est semé mi-octobre après un travail simplifié avec un outil à disques ou à dents. « Nous semons d’abord les féveroles au semoir monograine, à 8 cm de profondeur, puis nous semons les autres graines au combiné à 2 cm. » Le trèfle, quant à lui, est semé à la volée en surface au quad, avant le passage du rouleau. La récolte intervient fin avril avec un conservateur. « L’objectif est de récolter au début de la floraison du pois et de la féverole pour avoir le meilleur compromis qualité-rendement. Or, si tout est semé ensemble, la féverole arrive à un stade trop avancé lorsque le pois fleurit », poursuit Mathieu. Le méteil est moins gourmand en eau que le ray-grass italien, par contre il libère la parcelle plus tard pour les semis de maïs ou de sorgho. « Mais comme le terrain se montre bien plus souple à la reprise, cela compense. »

Le lupin se substitue à une partie du correcteur

Le lupin d’automne a aussi été réintroduit dans l’assolement. « Nous avions déjà cultivé du lupin blanc doux dans les années 2000 mais les rendements se montraient décevants, se souvient Francis. L’aide PAC pour les protéagineux nous a motivés à reprendre cette culture que nous avions abandonnée. » Le Gaec dispose de terres bien adaptées, argileuses, profondes, pas trop calcaires : un atout pour le lupin, qui atteint aujourd’hui 25 q/ha de moyenne. « L’autoproduction d’une partie des semences, l’aide aux protéagineux perçue et l’aplatissage à la ferme rendent le lupin intéressant économiquement », considèrent les éleveurs.

Ils ont opté pour la variété Orus, riche en acides aminés essentiels et en oméga 3, qu’ils sèment au semoir à céréales en plein (40 g/m2) fin septembre, suivi d’un traitement de prélevée. « La difficulté de la culture tient au désherbage car le lupin s’implante lentement et il y a peu de produits homologués », souligne Mathieu. Stockées dans une cellule de stockage, les graines sont aplaties à la ferme. « Il ne faut pas en aplatir trop d’un coup, car elles deviennent assez vite rances. » Les associés veulent continuer le lupin avec un objectif de 30 quintaux par hectare. « Potentiellement, nous pourrions en distribuer davantage aux vaches. » Aujourd’hui, ils en introduisent 1 kilo dans la ration en hiver, ce qui limite un peu la quantité de tourteau. « Mais au-delà des quantités, ce qui est intéressant, c’est aussi de varier les sources de protéines dans la ration pour avoir de bons résultats techniques », estime Émilien.

Une autonomie protéique de 59 % sur l’exploitation

La ration complète mélangée est diversifiée. La quantité d’ensilages de maïs et de sorgho varie entre 6,5 et 8,5 kg MS/VL selon la saison, et le méteil est distribué à hauteur de 4,5 kg MS en hiver et 2 kg au printemps. « En été, nous le remplaçons par de l’ensilage de RGI qui chauffe moins. » Le pâturage et la culture des légumineuses permettent d’avoir toute l’année une ration équilibrée autour de 32 kg de lait par vache et par jour. En plus du tourteau de colza, les laitières reçoivent du maïs grain, de l’orge et en hiver des graines de lin extrudées.

 

 
hangar stockage concentrés alimentation vaches laitières
Le hangar de stockage des concentrés abrite aussi la ration mélangée des prépa vêlage préparée pour trois jours (ensilages de maïs et sorgho, foin broyé, tourteau et chlorure de magnésium). © E. Bignon

 

Le bilan Devautop affiche une autonomie protéique de l’exploitation de 59 %. Si le pâturage, les méteils, le lupin et la diversification fourragère contribuent à limiter la dépendance protéique, la quantité de concentrés azotés par vache (1 390 kg/VL/an) reste non négligeable en raison du niveau de productivité animale élevé.

Choisir ses priorités et saisir les opportunités

Fiche élevage

SAU : 224 ha dont 66 ha de céréales à paille, 40 ha de maïs, 29 ha de sorgho monocoupe, 13 ha de lupin, 61 ha de prairies, 15 ha de luzerne, 30 ha de méteil et 22 ha de RGI en dérobée

Cheptel : 150 prim’Holstein à 9 600 kg

Lait livré : 1 450 000 l

Chargement : 1,45 UGB/ha

Main-d’œuvre : 5,5 UMO dont 4 associés

 

Avis d’expert : Anne-Laure Gomas, de la chambre d’agriculture Charente Maritime Deux-Sèvres

« Une organisation du travail bien rôdée »

 

 
Anne-Laure Gomas, chambre d’agriculture Charente Maritime Deux-Sèvres
Anne-Laure Gomas, chambre d’agriculture Charente Maritime Deux-Sèvres © E. Bignon
« Le collectif de travail est l’une des forces du Gaec de l’Ouchette. La transition entre associés s’est faite en douceur, avec des responsabilités redéployées. Chacun dispose d’un domaine de compétences spécifique, mais les décisions se prennent collégialement. Le grand bureau aménagé favorise les échanges et les associés y tiennent une réunion hebdomadaire. L’organisation du travail est bien rodée avec un roulement sur quatre semaines concernant le travail d’astreinte (traite, alimentation, paillage, raclage), ce qui permet la polyvalence des associés, une répartition des tâches équilibrée et une qualité de vie appréciable. Chaque associé bénéficie de trois week-ends sur quatre et de cinq semaines de congés par an, dont deux l’été. En outre, si la qualité des terres du Gaec et la surface accessible autour des bâtiments sont des atouts, le système actuel est aussi le fruit d’objectifs clairement définis et de moyens mis en œuvre pour les atteindre. »

 

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière