Aller au contenu principal

" La facilité de nettoyage est un de nos objectifs "

À la ferme du lycée La Touche, dans le Morbihan, le nouveau bâtiment a mixé caillebotis et sol plein avec et sans tapis, sans marche, avec un robot aspirateur de lisier.

" Notre objectif est que le travail en stabulation demande peu de main-d'œuvre. Nous avons donc robotisé beaucoup de tâches. Le petit dernier est le robot Lely aspirateur de lisier ", indique Daniel Le Ruyet, gérant de la ferme du lycée La Touche, dans le Morbihan. La stabulation toute neuve, avec 120 logettes, a accueilli les vaches au mois d'août dernier. La ferme est en système lisier pur car il y a un méthaniseur en voie liquide, avec pompage automatique du lisier pour alimenter le digesteur.

Pour que le robot puisse passer partout, les passages de logette sont au même niveau que les couloirs d'exercice. " Il n'y a aucune marche pour les animaux, que ce soit dans les passages de logettes ou pour l'accès au robot. " La cohabitation entre les vaches et le robot se passe très bien.

" Nous n'avons pas mis du caillebotis partout pour une raison de coût et d'image. Et il y a le problème des émanations d'ammoniac ", remarque Daniel Le Ruyet. Le caillebotis a été installé aux deux extrémités du bâtiment, où se trouvent les abreuvoirs et la zone de rechargement du robot en eau et électricité. Le robot décharge le lisier aspiré à l'une ou l'autre extrémité. Cela limite ses déplacements sans aspiration. Son rendement est ainsi mieux optimisé. 

Limiter les déplacements sans aspiration

Les quatre couloirs d'exercice sont recouverts de tapis. Les passages de logette sont sans tapis pour une raison économique et pour conserver une zone d'usure des onglons.

La zone à aspirer fait 35 mètres sur 30 mètres avec quatre couloirs d'exercice, soit 700 m2 de surface à aspirer. Cette disposition choisie pour pouvoir conduire les vaches en deux lots, permet aussi d'optimiser les déplacements avec aspiration du robot. Sur un cycle de 24 heures, le robot est en charge 55 % du temps et au travail 45 % du temps, soit 10 heures 45. " J'adapte ses trajets au niveau de saleté et de densité des effluents. Les zones les plus souvent aspirées sont l'arrière des logettes : toutes les deux heures. "

" Il faut encore faire des ajustements pour un entretien optimum des sols ", précise Daniel Le Ruyet. Après le passage du robot aspirateur, le sol est propre, mais il reste un peu de mélange lisier et asséchant au pied des logettes. " Aujourd'hui, nous mettons 200 à 300 grammes de farine de paille par logette. Nous allons baisser à un peu moins de 200 grammes. Nous réfléchissons pour nous équiper d'un matériel automoteur qui brosse l'arrière de la logette, épand la litière et racle au pied de la logette en même temps, jusqu'au canal de récupération des effluents. Ca allègera le robot. Et peut-être faudra-t-il acheter un deuxième robot. "

Un coût équivalent à des racleurs classiques

Le prix catalogue d'un robot aspirateur est d'environ 25 000 euros. " Avec quatre couloirs, le robot a coûté deux fois moins cher que si la ferme s'était équipée d'un système avec des racleurs classiques. Mais la ferme acquerra peut-être un autre robot. Dans ce cas, les coûts d'investissement seront comparables. En frais de fonctionnement, il n'y a pas de raison que le robot soit plus cher ", estime Hervé Josselin, de BCEL Ouest.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière