Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

" La facilité de nettoyage est un de nos objectifs "

À la ferme du lycée La Touche, dans le Morbihan, le nouveau bâtiment a mixé caillebotis et sol plein avec et sans tapis, sans marche, avec un robot aspirateur de lisier.

" Notre objectif est que le travail en stabulation demande peu de main-d'œuvre. Nous avons donc robotisé beaucoup de tâches. Le petit dernier est le robot Lely aspirateur de lisier ", indique Daniel Le Ruyet, gérant de la ferme du lycée La Touche, dans le Morbihan. La stabulation toute neuve, avec 120 logettes, a accueilli les vaches au mois d'août dernier. La ferme est en système lisier pur car il y a un méthaniseur en voie liquide, avec pompage automatique du lisier pour alimenter le digesteur.

Pour que le robot puisse passer partout, les passages de logette sont au même niveau que les couloirs d'exercice. " Il n'y a aucune marche pour les animaux, que ce soit dans les passages de logettes ou pour l'accès au robot. " La cohabitation entre les vaches et le robot se passe très bien.

" Nous n'avons pas mis du caillebotis partout pour une raison de coût et d'image. Et il y a le problème des émanations d'ammoniac ", remarque Daniel Le Ruyet. Le caillebotis a été installé aux deux extrémités du bâtiment, où se trouvent les abreuvoirs et la zone de rechargement du robot en eau et électricité. Le robot décharge le lisier aspiré à l'une ou l'autre extrémité. Cela limite ses déplacements sans aspiration. Son rendement est ainsi mieux optimisé. 

Limiter les déplacements sans aspiration

Les quatre couloirs d'exercice sont recouverts de tapis. Les passages de logette sont sans tapis pour une raison économique et pour conserver une zone d'usure des onglons.

La zone à aspirer fait 35 mètres sur 30 mètres avec quatre couloirs d'exercice, soit 700 m2 de surface à aspirer. Cette disposition choisie pour pouvoir conduire les vaches en deux lots, permet aussi d'optimiser les déplacements avec aspiration du robot. Sur un cycle de 24 heures, le robot est en charge 55 % du temps et au travail 45 % du temps, soit 10 heures 45. " J'adapte ses trajets au niveau de saleté et de densité des effluents. Les zones les plus souvent aspirées sont l'arrière des logettes : toutes les deux heures. "

" Il faut encore faire des ajustements pour un entretien optimum des sols ", précise Daniel Le Ruyet. Après le passage du robot aspirateur, le sol est propre, mais il reste un peu de mélange lisier et asséchant au pied des logettes. " Aujourd'hui, nous mettons 200 à 300 grammes de farine de paille par logette. Nous allons baisser à un peu moins de 200 grammes. Nous réfléchissons pour nous équiper d'un matériel automoteur qui brosse l'arrière de la logette, épand la litière et racle au pied de la logette en même temps, jusqu'au canal de récupération des effluents. Ca allègera le robot. Et peut-être faudra-t-il acheter un deuxième robot. "

Un coût équivalent à des racleurs classiques

Le prix catalogue d'un robot aspirateur est d'environ 25 000 euros. " Avec quatre couloirs, le robot a coûté deux fois moins cher que si la ferme s'était équipée d'un système avec des racleurs classiques. Mais la ferme acquerra peut-être un autre robot. Dans ce cas, les coûts d'investissement seront comparables. En frais de fonctionnement, il n'y a pas de raison que le robot soit plus cher ", estime Hervé Josselin, de BCEL Ouest.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
« Le passage au bio a sauvé mon exploitation robotisée »
Nicolas Roybin a mené sa conversion au bio de main de maître, tout en maintenant la productivité du troupeau et en atteignant son…
Vignette
Les négociations sur les contrats laitiers aboutiront-elles d'ici juillet ?
L'intégration d'un indicateur coût de production dans les formules de prix des contrats pose des difficultés.
Vignette
La France, pas une terre de lait ?

«On est face à un paradoxe français. Nos produits laitiers ne sont pas portés par…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière