Aller au contenu principal

Installation : Alterfixe, une autre voie pour installer des jeunes

Faciliter l’installation de jeunes, pour la plupart non issus du milieu agricole, et la reprise de fermes pour qu’elles ne partent pas à l’agrandissement, tel est l’objectif du projet Alterfixe créé dans le bocage ornais il y a deux ans.

Quelque quatre-vingts jeunes ont participé aux deux camps d’été Alterfixe organisés en juillet 2022 et 2023 au Gaec du Mont Hardy, à Saint-Hilaire-de-Briouze dans l’Orne. L’idée pour les participants n’est évidemment pas de passer deux ou trois semaines de vacances dans le bocage ornais, même si le lieu s’y prête. L’objectif des organisateurs est de permettre à des porteurs de projets d’installation en agriculture (production laitière, maraîchage…), en grande majorité non issus du milieu agricole, de rencontrer des agriculteurs qui souhaitent transmettre et/ou créer un nouvel atelier sur leur ferme. De les faire se rencontrer pour qu’ils échangent sur leur projet.

Les jeunes peuvent aussi s’inspirer de projets existants et bénéficier de conseils à travers plusieurs ateliers organisés par des partenaires d’aide à l’installation : Terre de liens, Safer, Civam, Bio en Normandie, Ardear Normandie et chambre d’agriculture de l’Orne.

« Une soixantaine de fermes du bocage gravitent autour d’Alterfixe, dont la moitié de façon très active : visite de l’exploitation, échanges avec les porteurs de projets lors des camps, prêt de matériel, etc. », expose Karine Troilo, coordinatrice d’Alterfixe. Avec un tel programme, organiser un camp d’été avec seulement trois salariés (1,5 équivalent temps plein) serait impossible sans l’aide d’une trentaine de bénévoles.

Des camps d’été complétés par un accompagnement

 

 

 

Venus de différentes régions, les candidats à l’installation ont des profils et parcours très variés. « Ces jeunes se sont bien renseignés ou formés avant de venir participer au camp d’été pour mûrir leur projet », confirme Karine Troilo.

Parmi eux, certains sont attirés par l’élevage laitier. C’est notamment le cas d’Emeline Arnaud et de son conjoint, Antoine Soulier, tous les deux ingénieurs en mécanique. « Nous travaillons depuis de nombreuses années sur notre projet. Il est carré », affirme Emeline sur un ton qui ne laisse pas de place au doute.

« Nous souhaitons nous associer avec deux ou trois autres personnes dans une ferme de polyculture élevage en système bio et créer un atelier de transformation pour le lait et les céréales produits sur l’exploitation. Le volet environnemental nous tient à cœur. Selon les opportunités, cela se fera soit en apportant une diversification au sein d’un Gaec existant, soit en trouvant d’autres personnes et la ferme qui convient, décrit-elle. Les nombreux liens créés grâce à Alterfixe complètent nos visites d’élevages, notre formation et mon expérience comme salariée dans une exploitation laitière. » Alterfixe propose en complément des camps, un accompagnement sur cinq mois pour des collectifs en cours de création.

S’installer à plusieurs

Alterfixe est une initiative née d’un double constat. D’un côté, le renouvellement des générations dans les fermes est de plus en plus problématique. De l’autre, de plus en plus de jeunes, non issus du milieu agricole, désirent s’installer. « L’accès au foncier est difficile. Beaucoup de terres partent à l’agrandissement. C’est donc très compliqué pour un jeune de s’installer seul », décrit Karine Troilo. D’où l’idée de créer un lien entre les porteurs de projet et les futurs cédants ou associés, en vue d’une installation en collectif. Le projet bénéficie d’un soutien financier de l’Europe et de la région via la Coop des Territoires : 80 % du budget total.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière