Aller au contenu principal

Installation en élevage laitier : « Installée hors cadre familial en Gaec, je travaille à mi-temps »

L’élevage laitier a été un nouveau souffle pour Alexandrine Bastien. Après un parcours du combattant, elle est désormais installée en Gaec avec son mari et un tiers dans la zone de l’AOP Beaufort. Afin de concilier ses objectifs de vie, elle travaille à mi-temps sur la ferme.

Si elle n’est pas originaire du coin mais des Ardennes à 800 km de là, Alexandrine Bastien a répondu à « l’appel de la montagne, de l’altitude ». Installée dans la zone de l’AOP Beaufort, elle s’affiche fièrement devant son troupeau de 65 tarines qui vivent tous les ans l’emmontagnée, la montée en alpage. « Nous nous devons de conserver la race locale et l’identité de la région », estime-t-elle.

Retrouvez le témoignage de Clément Nédellec dans le Gers  : « J’ai monté mon atelier lait de toutes pièces »

Investie dans la vie locale, elle a pris la présidence du groupement intercommunal de développement agricole (Gida) de Tarentaise qui agit pour le renouvellement des générations et l’a aidée dans son parcours. En plus de la ferme où elle travaille à mi-temps, elle exerce le métier de masseuse pour garder du lien humain.

Une longue reconversion

Ancienne aide-soignante en hôpital public, son parcours à l’installation réalisé avec son mari Cyril, poseur menuisier mais avec un bac agricole en poche, n’a pas été simple. Loin de là. Une première chance malgré tout. À la suite d’un burn-out, en 2016, son employeur accepte de financer son BPREA d’une durée de dix mois.

Je ne voudrais pas d’un autre parcours. J’apprécie ce que j’ai. Il ne faut pas être pressé pour s’installer.

Commence les démarches auprès du Répertoire Départ Installation de la Chambre d’agriculture Savoie-Mont-Blanc. Une exploitation dans la vallée de la Maurienne attire leur attention. Cyril part y réaliser un stage de pré-installation financé par la région. Le courant passe bien tant à la ferme qu’aux alentours. Au bout de huit mois, c’est la désillusion : malgré ses 68 ans et son inscription au RDI, le cédant n’a pas l’intention de partir. « Ses vaches, c’était sa vie. »

Rebondir malgré les échecs

Retour à la case départ et feuilletage du RDI. De l’autre côté du col, dans le Beaufort, une exploitation semble correspondre. La chambre d’Agriculture y croit aussi. Cyril repart pour neuf mois de stage de pré-installation grâce à une dérogation (la durée est normalement limitée à 12 mois au totale). Alexandrine est alors en congé maternité. La situation de l’exploitant et de son entourage est confuse. Rien ne se passe comme prévu. La famille préfère couper court à l’expérience.

Retour dans les Ardennes. « Nous nous sommes demandé si nous n’allions pas reprendre nos vies d’avant ou se tourner vers le salariat agricole », se souvient Alexandrine Bastien.

 

 

De retour en Savoie, le couple apprend l’existence du Gida et de son parcours cédant-repreneur. S’ils avaient en tête de reprendre à eux deux une exploitation, ils acceptent de tenter l’expérience de l’association en Gaec. « Avec Bruno, nous avons découvert une exploitation qui tournait bien, avec une bonne santé financière. » Depuis de nombreux mois, l’éleveur fait tourner avec un salarié, sa ferme suite au départ en retraite de ses deux associés. Un an et demi après, le couple s’installe en mai 2018.

 

 
Alexandrine et Cyril Bastien avec leur associé Bruno en zone AOP Beaufort : « Nous gagnons moins qu’avant mais on vit bien mieux »
Alexandrine et Cyril Bastien avec leur associé Bruno en zone AOP Beaufort : « Nous gagnons moins qu’avant mais on vit bien mieux » © A. Bastien

L’achat des parts sociales s’élève à 58 000 euros pour chacun des deux nouveaux associés. « Nous avons eu de la chance. Cette somme n’est pas du tout représentative des prix d’ici, se réjouit Alexandrine. Mais il faut que les cédants y mettent du leur, sinon ils ne trouveront jamais de repreneur. Une exploitation n’a de valeur que si quelqu’un veut bien la reprendre. »

Quelques investissements sont réalisés : un DAL pour les veaux, le remplacement de la chaîne du racleur et un nouveau tracteur plus adapté à la pente. Les DJA sont assez élevées en hors cadre et zone de montagne : presque 50 000 euros chacun.

Un travail à mi-temps et une double activité

Pour Alexandrine, il était important de garder un équilibre de vie et du lien humain. Alors, elle travaille à mi-temps à la ferme pour pouvoir exercer son autre métier de masseuse. « Nous partageons le bénéfice selon le temps de travail effectif et non les parts sociales, à 40 %, 40 % et 20 % pour moi », explique-t-elle. Cette double activité est un choix personnel. « Quand nous nous sommes installés, nous avons dû justifier de trois revenus. Nous sommes capables de les faire. Je pourrais travailler à temps plein sur la ferme. »

Fiche élevage

3 associés

AOP Beaufort

65 vaches et leur suite

70 hectares de pâture ou fauche

Le saviez-vous ?

Le parcours cédant-repreneur du groupement intercommunal de développement agricole de Tarentaise comprend deux phases. Une première de six mois de découverte lors de laquelle le potentiel repreneur parcourt plusieurs fermes du territoire. Une seconde phase, où le repreneur se positionne sur une exploitation à reprendre où il effectue six mois de stage. Le financement est assurée par le Gida et la coopérative laitière de Moutier.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière