Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

4 solutions pour garder les sols propres

L'entretien des aires d'exercice est primordial pour que les vaches gardent les pieds propres et sains. Mais la conception des sols et la ventilation interviennent aussi.

Avoir des sols propres et secs répond à l'objectif de ne pas voir ses vaches glisser, et de réduire au maximum les problèmes de pattes. Mais aussi de réduire l'exposition de ses animaux, et la sienne, aux émanations d'ammoniac. On cherche également à conserver les qualités d'un sol au fil du temps, donc à l'user le moins possible. Le système doit conserver un coût raisonnable. L'aspect travail compte de plus en plus dans les choix.

" Il faut aussi une bonne ambiance générale du bâtiment, avec une bonne ventilation pour bien évacuer l'humidité au sol. Le nettoyage du sol n'est pas le seul facteur clé ", rappelle François Gervais, de l'Institut de l'élevage.

Une pente longitudinale suffisante, voire des pentes transversales

Parmi les facteurs qui influencent la propreté des sols, il y a la qualité de réalisation des couloirs, pour éviter les flaques et une usure prématurée à certains endroits : qualité du béton, régularité, pentes, finitions... " En élevage, on constate souvent des défauts de régularité des sols, avec des flaques qui restent après le passage du racleur. Faire un sol bien régulier est plus difficile en l'absence de pente. Or, on voit encore des sols plats ", pointe Bertrand Flament, de la chambre d'agriculture des Hauts de France. Effectivement, sur 87 élevages enquêtés dans le cadre du programme Sol VL en 2015, " la moitié des élevages avait une pente longitudinale inférieure à 0,5% ", rappelle François Gervais.

Des pentes suffisantes en sol plein et des rainures facilitent l'évacuation des jus. La première recommandation est d'avoir une pente longitudinale d'au moins 1 %, idéalement de 1,5 %. Ensuite, à cette pente peut s'ajouter une double pente transversale de 2,5 % vers le rail du racleur afin de récupérer les jus dans un drain central. " Les pentes transversales sont encore peu pratiquées, car plus techniques à réaliser et plus coûteuses. Mais elles donnent de très bons résultats pour évacuer l'humidité ", souligne Bertrand Flament. L'inconvénient est que le risque d'asséchement des couloirs en été, et donc le phénomène de croûtage, est accru.

Dans les bâtiments existants, quand il reste des flaques et des morceaux de bouse après le passage du racleur, " il vaut mieux refaire un sol que de changer de racleur, qui ne fonctionnera pas bien à cause des défauts du sol ", pointe Dominique Le Ruyet, de la chambre agriculture du Morbihan.

Sur caillebotis, le problème des émanations d'ammoniac

Caillebotis, béton plein rainuré, avec empreintes sur béton frais, asphalte, avec tapis... Chaque type de sol a ses avantages et inconvénients. Leur aptitude au nettoyage dépend de la qualité de réalisation du sol ainsi que du choix du type de racleur, et plus généralement des conditions d'entretien (fréquence et vitesse de raclage, aspersion d'eau...).

" Les caillebotis présentent un avantage de taille pour des pieds propres, car les effluents sont évacués rapidement. Mais il faut quand même racler les caillebotis ! La propreté des sols et donc celle des pieds des vaches observée dans les élevages sans raclage des caillebotis n'était pas satisfaisante ", rappelle François Gervais. Autre inconvénient : ce n'est pas le sol le moins cher. " Ce n'est pas non plus le plus confortable pour les vaches. Et les déjections sont stockées sous les animaux, avec des émissions d'ammoniac qui ont un impact sur la santé des animaux et des hommes, et sur la corrosion du matériel à long terme ", explique François Gervais. Les tapis pour caillebotis avec des clapets pour réduire les remontées d'ammoniac tentent de pallier ces inconvénients. " Il n'y a pas de sol parfait. Il faut toujours trouver un équilibre entre le type de sol choisi, la conception du bâtiment et le matériel d'entretien, pour optimiser le résultat. "

Racler le lisier toutes les deux heures sur sol plein

La qualité du raclage laisse souvent à désirer, d'après les conseillers bâtiment contactés. " Les fréquences de raclage sont souvent insuffisantes. Cela peut être lié à un manque de main-d'œuvre quand on racle au tracteur, par exemple. Ou à un mauvais choix de racleur. Comme un racleur hydraulique en système lisier ", pointe Hervé Josselin, conseiller bâtiment BCEL Ouest.

Le système de raclage doit être adapté au type d'effluent et donc à la fréquence optimale de raclage.

En système lisier, il faut racler douze fois par 24 heures, autrement dit toutes les deux heures. L'objectif est que la vague de lisier mesure moins de 1 m ce qui permet à la vache d'éviter d'y mettre les pieds lorsqu'elle l'enjambe. Si on racle toutes les quatre heures, la vague atteint 1,5 m ; donc si la vache décide de l'enjamber, elle mettra un pied sur deux dans la vague de lisier. Une forte densité animale et/ou de longs couloirs augmentent la taille des vagues de lisier en bout de course. Ainsi, il n'est pas rare de voir de grandes vagues de lisier en bout de couloir même avec des raclages toutes les deux heures. " Une possibilité pourrait être de scinder les aires de raclage en plaçant un canal à lisier en central ", suggère l'Institut de l'élevage.

En système fumier, on peut racler moins souvent car le sol est moins humide. " Il faut raisonner le couple propreté-humidité. Certes, la propreté des pieds des vaches est moindre en système fumier, mais le sol est moins humide, rappelle François Gervais. Le raclage est moins fréquent car l'objectif est de constituer un fumier compact où paille et effluent sont bien mélangés. Si on veut du fumier compact, il ne faut pas dépasser quatre passages par 24 heures. Plus on augmente la fréquence de raclage, plus on obtient un fumier mou qui nécessite du coup une grille d'égoutage en bout de couloir pour trier le fumier des jus. "

Des pièces d'usure sur les rabots pour le lisier

Pour un nettoyage efficace, les racleurs doivent bien épouser le sol. En système fumier, le nettoyage est plus efficace grâce à la paille qui agit comme une brosse. En système lisier, il faudrait systématiquement mettre une pièce d'usure en caoutchouc et/ou une brosse sur les racleurs pour améliorer l'adhérence entre le racleur et le sol. En outre, cette pièce de lien permet de moins user les sols. Les conseillers déplorent que peu de marques proposent systématiquement des caoutchoucs sur les racleurs. Enfin, " les racleurs ne sont jamais nettoyés. Un jet d'eau de temps à autre sur les volets serait pourtant très bénéfique ".

En lisier, l'efficacité de nettoyage augmente lorsque le béton est recouvert d'un tapis, si le racleur est équipé d'une pièce d'usure adaptée. Le tapis est une solution en rénovation car il compense en partie les défauts de planéité du sol, après un ragréage. " À condition que le sol soit pentu, insiste François Gervais. Nous déconseillons les tapis standard dans les bâtiments qui ont moins de 1% de pente, car sur un sol sans pente l'humidité s'évacue difficilement. Or, les tapis n'ont pas un bon effet sur les pattes dans ces conditions humides ; la corne des onglons est plus molle. "

Rarement pratiqué en bovin lait, le nettoyage en profondeur, voire la désinfection en cas de maladie infectieuse avérée, peut être réalisé par une entreprise. Il s'agit de retirer complètement les croûtes des sols, d'améliorer la propreté et l'ambiance dans le bâtiment.

Éviter le croûtage

Le problème de croûtage concerne différents types de sol, surtout en période estivale, notamment en bout de couloir. Quand le piétinement n'est plus suffisant, il se forme un film d'effluent glissant comme du beurre. " Si, malgré un raclage fréquent, les éleveurs constatent ce film glissant, c'est que le nettoyage n'est pas suffisamment efficace. Soit il manque une pièce de caoutchouc et/ou une brosse qui épouse bien le sol. Soit, malgré la présence d'une pièce d'usure, le sol est trop sec pour être bien nettoyé. J'ai vu des éleveurs humidifier le sol, avec un système d'asperseur, ou le passage d'un jet d'eau, avec un bon résultat ", indique Stéphane Coutant, de la chambre d'agriculture des Pays de la Loire.

Attention aux passages de logettes

passage de logette
Les passages de logettes sont au même niveau que les couloirs.

Zones à forte densité animale, les logettes sont souvent sales. À la conception d'un bâtiment, il faudra éviter les culs de sac ou les surfaces insuffisantes dans certains passages, qui peuvent être particulièrement souillés et difficiles à nettoyer. Surtout si l'on y met des abreuvoirs ou des brosses, où les vaches stationnent.

" On préconise de mettre les abreuvoirs dans les couloirs d'exercice, dans le prolongement des logettes par exemple. Dans des bâtiments existants, déplacer des abreuvoirs peut être compliqué. Une solution est de sacrifier deux logettes pour y installer un abreuvoir. Il faut réaliser un muret pour éviter de mouiller les logettes voisines et pouvoir amener l'eau ", indique Bertrand Flament, de la chambre d'agriculture des Hauts de France.

Ne pas stationner dans les passages

Une autre piste est de pouvoir automatiser le nettoyage. " À la conception du bâtiment, le passage de logette peut être moins haut que le seuil de logette, en vue d'y passer plus facilement un matériel automoteur, avec une pente de 3 à 6 % pour évacuer l'humidité, expose Dominique Le Ruyet, de la chambre d'agriculture du Morbihan. Ou le passage peut être fait au même niveau que le couloir pour pouvoir automatiser le raclage, avec un robot ou un racleur à chaîne qui prend les angles. En plus, c'est mieux pour les vaches ; elles n'aiment pas les marches. Même avec un racleur droit classique, on peut réaliser un passage de logette au même niveau que le couloir, si le racleur passe toutes les deux heures, et en disposant des ailettes sur le racleur pour éviter que le lisier ne "déborde" sur le passage de logette. "

Dans les bâtiments existants, " il existe des petites astuces, comme disposer une raclette dans le passage pour le nettoyer quand on y passe ", indique Dominique Le Ruyet.

L'asphalte, idéal en sol plein ?

couloir d'exercice sol en asphalte
Ici, le sol est en asphalte, avec pentes transversales et un racleur en W.

" La propreté des pieds des vaches est meilleure par rapport aux sols de référence (béton raclage lisier et fumier), ce qui montre que les sols en asphalte s'entretiennent correctement. Les résultats sur la locomotion des animaux, la qualité des aplombs et les anomalies de pousse des onglons sont au moins équivalentes à ceux des sols de référence, voire meilleurs ", expose François Gervais, de l'Institut de l'élevage, en résumé de l'étude Sol VL sur trois élevages suivis avec des sols en asphalte. 

" L'avantage par rapport à un béton rainuré est que c'est un sol facile à racler correctement. Même mouillé, même usé, il conserve ses qualités antidérapantes, résume Stéphane Coutant, de la chambre d'agriculture des Pays de la Loire. C'est une bonne solution en rénovation. De par sa faible épaisseur nécessaire (2,5 à 3 cm), il n'est pas besoin de changer les racleurs, ni de modifier la hauteur des logettes. " Comme l'asphalte épouse les irrégularités du sol support, le ragréage est une étape importante de la préparation du chantier.

Plus coûteux à l'investissement, mais durable

Le point de vigilance avec ce type de sol est un phénomène de croûtage en période estivale qui semble plus marqué que sur béton rainuré, d'après les éleveurs enquêtés. Il semble donc important d'installer des pièces de lien sur les racleurs.

Ce sol est plus coûteux à l'investissement mais il a une durée de vie de plus de vingt ans, à condition qu'il soit bien réalisé : ragréage, grille de renfort dans les zones à fort piétinement... " Il est encore peu courant, en rénovation comme en neuf, sans doute à cause de la confusion entre l'asphalte et l'enrobé (mélange de granulats 0/6 mm ou 0/10 mm, avec 5 à 6 % de bitume). De nombreux éleveurs ont en effet connu des déboires avec l'enrobé utilisé pour les aires d'exercice ", explique Stéphane Coutant. L'asphalte est aussi un mélange, mais de granulats plus fins avec plus de bitume.

Pour en savoir plus: brochure de 35 pages de l'Institut de l'élevage " L'asphalte pour les aires d'exercice des bovins ".

Les critères d'évaluation

L'observation des vaches permet d'évaluer si elles glissent, se blessent, si elles sont stressées par le passage du racleur. On peut aussi évaluer le pourcentage de pieds sales (côté et arrière), recenser les cas de dermatite.

Le test de la botte (une vraie botte en bon état) permet aussi d'évaluer la glissance du sol : " avancer la jambe d'arrière en avant et poser son pied de manière appuyée sur le sol avec l'intention de le bloquer instantanément. Selon le mouvement de la botte, on qualifiera la glissance du sol " , détaille l'Institut de l'élevage.

L'observation du sol après le passage du racleur permet de constater s'il reste de la croûte, des morceaux de bouse, des flaques.

La propreté en bout de couloir est vérifiée pour contrôler que l'évacuation est efficace.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
« Le passage au bio a sauvé mon exploitation robotisée »
Nicolas Roybin a mené sa conversion au bio de main de maître, tout en maintenant la productivité du troupeau et en atteignant son…
Vignette
Les négociations sur les contrats laitiers aboutiront-elles d'ici juillet ?
L'intégration d'un indicateur coût de production dans les formules de prix des contrats pose des difficultés.
Vignette
La France, pas une terre de lait ?

«On est face à un paradoxe français. Nos produits laitiers ne sont pas portés par…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière