Aller au contenu principal
Font Size

ESB: "pas de risque accru dans la réalisation des farines animales"!

Réaction de Jeanne-Brugère-Picoux, professeur honoraire de l’école nationale vétérinaire d’Alfort, spécialiste de la tremblante du mouton et de l'ESB, après la publication d’une étude publiée par des chercheurs de l’Inra et de l'école nationale vétérinaire de Toulouse.

Dans l’étude publiée le 16 décembre dans la revue Pnas (1), des chercheurs de l’Inra indiquent avoir trouvé une « explication expérimentalement étayée » à l’apparition de l’ESB dans les années 80. Ces résultats posent selon eux « la question de la ré-émergence »  de l’ESB via la tremblante atypique. Et plaident pour « le maintien des mesures les plus fondamentales » comme l’interdiction des farines animales.

Des propos alarmistes auxquels réagit Jeanne Brugère-Picoux, professeur honoraire de l'École nationale vétérinaire d'Alfort. Voici sa réaction :

Jeanne Brugère_Picoux

« Depuis longtemps les chercheurs ont démontré les variations pouvant être observées lors des essais de transmission des prions d’une espèce à l’autre, la barrière d’espèce pouvant expliquer les échecs souvent observés. Très tôt, il avait été démontré que, lors de ces essais de transmission, le prion d’une espèce s’adaptait à la nouvelle espèce inoculée. Des passages aveugles étaient souvent nécessaires du fait que la maladie était subclinique (pas de symptômes ni de mortalité) et l’adaptation à la nouvelle espèce s’accompagnait après plusieurs passages d’une diminution des temps d’incubation de la maladie avec une mortalité pouvant atteindre un taux de 100%. Le prion s’était alors adapté à la nouvelle espèce cible. La diversité des souches de prions rencontrées dans les maladies à prions animales peut aussi expliquer l’émergence d’un nouveau type de prion au cours de ces expérimentations.

Ce fut le cas pour les travaux réalisés par des chercheurs à l’école nationale vétérinaire de Toulouse en association avec d’autres laboratoires européens. Dans une étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences, le 16 décembre (1), ces chercheurs ont montré que la transmission d’isolats provenant de 5 cas européens de tremblante atypique peut conduire à l’émergence d’une souche d’encéphalopathie spongiforme classique (ESB-c = agent bovin responsable des cas de variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob) .

Ce n’est pas pour autant que l’on peut considérer de façon formelle que la tremblante atypique peut être à l’origine des cas d’ESB-c, car il est vraisemblable que la maladie existait sous une forme rare avant la crise de l’ESB et ce dans de nombreux pays dont la France ou les Etats-Unis.

De même, il ne faut pas considérer que ce travail démontre un risque accru dans la réutilisation des farines animales (ou protéines animales transformées -PAT) dans l’alimentation des porcs et des volailles (espèces omnivores que nous avons transformées en végétaliens depuis 2001). Car les précautions préconisées depuis la crise de la vache folle ont permis de prévenir tout risque de recyclage des prions dans l’alimentation animale (les PAT sont utilisés dans l’alimentation des animaux de compagnie). L’important est surtout d’éviter tout « cannibalisme » dans la distribution de ces aliments, en particulier en maintenant leur interdiction chez les ruminants. »

(1) The emergence of classical BSE from atypical/Nor98 scrapieº; Alvina Huor et al.º; PNASº; first published December 16, 2019 en pièce jointe

https://www.reussir.fr/lait/les-equarrisseurs-acteurs-de-leconomie-circulaire

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière