Aller au contenu principal

Les ventes de lait de consommation sont en déclin malgré le succès des laits différenciés

Les ventes de laits de consommation marquent en 2018 une nouvelle baisse en volume de -3,3 %. En valeur le recul est limité à -0,3 % grâce à la montée en gamme. 

Les laiteries françaises ont conditionné 3,2 milliards de litres en 2018  sur les 23,4 milliards de litres de lait produits dans notre pays. L' activité est en repli depuis plusieurs années. En 2018, les ventes en grande distribution (79 % du lait proposé sur le marché français) marquent une nouvelle baisse en volume de -3,3 %. Mais -0,3 % en valeur car les laits dits « spécifiques » (enrichis, bio, aromatisé, laits de chèvre, etc.) ont de plus en plus de succès. Leurs ventes ont augmenté de 4 % en volume et 4,4 % en valeur. Elles représentent désormais 26 % du marché des laits conditionnés. En 2018, les ventes de lait bio (11,2 % des laits vendus en grande distribution) ont même augmenté de 19,4 %.

Pourtant, l’engouement pour les laits différenciés ne suffit pas à enrayer la baisse de la consommation. Une baisse que les professionnels réunis au sein de Syndilait imputent notamment à la désaffection pour le petit déjeuner. C’est pourquoi a été lancée la Semaine nationale du petit déjeuner, en octobre 2018.  Aujourd’hui, chaque Français boit en moyenne 45 litres de lait par an. Mais pour Emmanuel Vasseneix, vice-président de Syndilait, le chiffre le plus inquiétant est que désormais moins d’un Français sur deux (65 %) est consommateur de lait liquide.

Une reconquête du marché national

Au chapitre des bonnes nouvelles, on notera que 97 % du lait liquide consommé en France est français. Un signal positif si l’on admet que 67 % des Français font confiance à l’origine France. En 2018, les importations ne portent plus que sur 95 millions de litres soit 58 % de moins qu’en 2015. Une reconquête du marché national engagée avec le logo Lait collecté et conditionné en France. La filière peut même s’enorgueillir en 2018 d’un excédent commercial de 112 millions d’euros pour 225 millions de litres exportés vers l’Italie, l’Espagne et ponctuellement vers la Chine.

À l’heure où la transparence est un gage de réassurance du consommateur, dans le cadre de la Journée mondiale du lait, du 24 mai au 5 juin, sept sites de conditionnement du lait acceptent d’ouvrir leurs portes et espèrent recevoir plus de 10 000 visiteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
L’installation de méthanisation du Gaec Le Sablonné est constituée d’un petit digesteur de 560 m3 et d’un séparateur de phase à tamis. Entre les deux, le local de cogénération. © F. Gervais
La petite méthanisation trouve sa place
L’Idele a suivi pendant un an deux unités de petite méthanisation. Les résultats montrent la pertinence de ce modèle, à condition…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière