Aller au contenu principal

Chouchoutez vos vaches taries

Le tarissement mérite rigueur et attention. Les résultats de lactation, la santé du veau et la capacité de la vache à se reproduire en dépendent. Adopter une conduite spécifique vaut la peine, même si ce n’est pas la solution de facilité.

Arriver avec des vaches en forme et toniques au vêlage
Arriver avec des vaches en forme et toniques au vêlage
© S. Roupnel

"Les vaches taries sont souvent considérées comme des animaux improductifs sur les élevages », regrette Philippe Arzul, vétérinaire consultant Vitalac. Les éleveurs estiment généralement qu’elles méritent moins d’attention que les animaux en lactation. Et il n’est pas rare qu’elles se trouvent reléguées sur des parcelles éloignées, sans surveillance, ni conduite spécifique.

« Quand on interroge les éleveurs sur la ration des vaches taries, le plus souvent, il n’y a pas de ration calculée, constate Lionel Reisdorffer, vétérinaire consultant Obione. Et même s’il y a une préparation au vêlage, celle-ci ne dure pas suffisamment longtemps ou n’est pas abordée comme une phase importante. » Or, le tarissement est un moment-clé de la carrière de la vache. Et il doit faire l’objet d’une attention particulière car les animaux sont fragilisés et sensibles aux stress les semaines précédant le vêlage.

« Un élevage laitier sans conduite spécifique au tarissement, c’est comme une maison sans fondation. La question n’est pas de savoir si elle va s’effondrer, mais quand », commente François Derot, directeur de Keenan, en soulignant même que « la vache tarie doit se positionner comme l’animal le plus important de l’élevage ».

Le tarissement ne se limite ni à un simple arrêt de la traite, ni à une période où il est possible de réaliser des économies en termes d’alimentation, en proposant beaucoup de fourrages grossiers, les refus des laitières, un pâturage de faible qualité… Au contraire, le tarissement doit se concevoir comme la préparation à la lactation suivante et la prévention de nombreux risques sanitaires pour la vache et son veau.

« Toute erreur au tarissement sera sanctionnée après le vêlage, insiste Philippe Arzul. Si les vaches taries sont délaissées, pas étonnant de se retrouver avec des bêtes peu toniques au vêlage. » Avec le cortège de pathologies associées au début de lactation : oedèmes mammaires, mammites, cétoses, métrites, déplacements de caillette, non-délivrances, fièvres de lait… Sans oublier les problèmes sur les veaux naissants. « Les éleveurs ne font pas toujours le rapprochement entre des pratiques inadaptées au tarissement et les problèmes rencontrés deux mois plus tard. Les deux sont pourtant fortement corrélés. »

Au vêlage, on veut une vache dotée d’un rumen fonctionnel, avec un volume conséquent, une flore microbienne adaptée, et dont les besoins en minéraux, oligoéléments et vitamines sont couverts. Facile à dire, mais dans la pratique, ce n’est pas toujours évident de gérer un lot de vaches taries. Surtout en cas d’effectifs limités, de vêlages étalés. Mais le jeu en vaut la chandelle. Nul doute qu’une bonne gestion du tarissement et de la transition au moment du vêlage contribuent à un bon démarrage en lactation.

Lire l'article Pourquoi bichonner les vaches taries ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière