Aller au contenu principal

Récolte 2022 : « Il nous faudra bien anticiper les besoins de trésorerie »

Alexandre Bachotet, agriculteur à Lux (Côte-d’Or), anticipe des évolutions de marge qui pourraient être défavorables malgré un chiffre d'affaires élevé, et sera particulièrement vigilant sur sa trésorerie. 

« Avec les cours actuels, il faut être vigilant et ne pas confondre chiffre d’affaires et résultat, et il est important de quantifier les effets en termes d’impôts et de MSA », estime Alexandre Bachotet.
« Avec les cours actuels, il faut être vigilant et ne pas confondre chiffre d’affaires et résultat, et il est important de quantifier les effets en termes d’impôts et de MSA », estime Alexandre Bachotet.
© A. Bachotet

« Avec les cours actuels, il faut être vigilant et ne pas confondre chiffre d’affaires et résultat, et il est important de quantifier les effets en termes d’impôts et de MSA. Pour notre part, nous avons vendu du blé à 400 euros la tonne et du colza à 800 €/t, ce qui fait exploser le chiffre d’affaires, mais celui-ci pourrait retomber dès l’an prochain. Les charges opérationnelles, elles, vont probablement continuer à augmenter et pourraient atteindre 1 000 euros l’hectare, en raison principalement du coût des engrais.

Pour la récolte 2021, la marge va être bonne car il y a un décalage entre la hausse du coût des engrais azotés achetés à 250 euros en juin 2021 et le prix du blé et du colza qui ont atteint des sommets. Mais attention à la récolte 2022, pour laquelle on pourrait avoir des prix des grains bien plus bas, avec de l’azote à 800 euros : la marge ne sera pas la même, avec en plus des craintes pour les rendements.

La gestion de la trésorerie sera très variable entre exploitations, selon que l’on a vendu au prix moyen ou au prix ferme, et à quel moment on a vendu. Malheureusement, une grande partie des agriculteurs ne va pas avoir vendu au prix fort. En cas de bon résultat, il va falloir garder en tête que l’impact sur les prélèvements sociaux et donc sur les besoins de trésorerie va être décalé d’un an. C’est à anticiper, notamment en raisonnant ses investissements, pour ne pas être confronté à un manque de trésorerie quand il faudra payer les impôts et la MSA.

Pour marquer ses marges, certains vendent une partie de la récolte pour acheter des camions d’engrais. Cela ne doit pas conduire à engager de trop gros volumes avant récolte, car on n’est jamais à l’abri d’une contre-performance pour le rendement. Et aux prix actuels, cela peut faire très mal si on s’est trop engagé. »

400 ha en grandes cultures, dont blé, colza, orge d’hiver et de printemps, soja, moutarde.

Les plus lus

Parcelles avec des infrastructures agroécologiques dans le lointain
Suppression des 4 % de jachère : quel impact sur ma télédéclaration PAC 2024 ?

Dès cette campagne 2024, il n’est plus nécessaire de mettre en place de la jachère, cultures fixatrices d’azote ou …

Installation de stockage de céréales de Jean-Christophe Dupuis, agriculteur à Mancey, en Saône-et-Loire
Stockage des céréales : « Mon installation simple me permet d’atteindre un coût de stockage de 8 €/t »
Jean-Christophe Dupuis est agriculteur à Mancay, en Saône-et-Loire. Depuis 2021, il stocke 1 200 tonnes de grains sur son…
Epandage d'engrais sur champ de blé
Engrais azotés : quelle stratégie d'achat adopter pour la prochaine campagne ?
La nouvelle campagne d’achats d’engrais azotés par les agriculteurs pour 2025 démarre à peine. C’est le moment de réfléchir à sa…
Parcelles agricoles au printemps, colza au premier plan, champ de blé et de colza au deuxième plan
PAC et DPB : les six points à retenir avant de faire un transfert

Le transfert des droits à paiement de base (DPB) est une démarche qu’il ne faut pas prendre à la légère puisqu’elle…

parcelles de blés au printemps
Blé tendre et orge d’hiver : quel impact du froid ces derniers jours ?
Le froid de ces derniers jours est arrivé sur des céréales à des stades sensibles localement. Le point sur le risque de dégâts…
Clément Savouré, agriculteur en Eure-et-Loir
Achat d’engrais : « Nous arbitrons entre l’ammonitrate et la solution liquide en fonction du prix de l’unité d’azote »

Clément Savouré, agriculteur à Le Gué-de-Longroi, en Eure-et-Loir, privilégie les achats d’engrais à la morte-saison pour…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures