Aller au contenu principal

Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »

Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction d’Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire.

Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
© G. Omnès

« En tant qu’exploitant agricole, je suis marqué par la brutalité de cette décision d’interdire les néonicotinoïdes. À moins de deux mois des semis de betteraves, on se retrouve dans la panade. Nous sommes orphelins de solutions, comme en 2020. Même si je fais partie du comité scientifique et de suivi du PNRI (plan national de recherche et innovation, ndlr), on ne s’attendait pas du tout à ça. Nous pensions obtenir une nouvelle dérogation, le temps que la phase d’expérimentation se poursuive. Un plan de recherche sur trois ans, c’est déjà très court en agriculture.

Lire aussi | Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves

L’arrêt de la CJUE, qui fait suite à une action lancée en 2021 en Belgique par deux associations et un apiculteur, tombe au mauvais moment. 50 % des planteurs ont réservé les semences enrobées, on était bien avancés. On utilise ce produit à 97 % sur notre secteur. Il faut dire qu’en 2020, nous avons été la région la plus impactée. Or, en Centre-Val de Loire et dans le Bassin parisien, on dénombre 2 000 producteurs de betteraves, et 50 000 hectares consacrés à cette culture. C’est tout une filière qui est impactée : l’industrie du sucre, les pulpes pour les éleveurs… Les réservoirs viraux dans les porte-graines font que nous sommes inquiets.

Beaucoup de producteurs nous disent que dans ces conditions, ils ne vont pas semer des betteraves. À ce jour, on ne peut pas prédire le niveau de risque de jaunisse. Les NNI en enrobage de semences faisaient figure d’assurance face à cette maladie. Il faut que l’État couvre ce risque, et que ce soit fait rapidement. En 2020, les indemnités étaient plafonnées par les minimis, la franchise était de 35 %. En cas d’infestation moyenne, les insecticides pourront prendre le relais. La période sensible se situe en début de végétation. »

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Dans le nouveau référentiel HVE, le durcissement du barème de points de l'item "bilan azoté" et la vulnérabilité aux impacts de la météo renforcent le risque de ne pas obtenir les points nécessaires pour le volet fertilisation.
HVE : qu’est-ce que change le nouveau référentiel ?
Le nouveau référentiel HVE est plus exigeant mais diversifie les possibilités d’obtenir les points nécessaires à la certification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures