Aller au contenu principal

Moisson 2023 et revenus : quelles stratégies ont été payantes ?

En 2023, les décisions de commercialisation vont avoir un impact fort sur les résultats des exploitations. Voici des exemples pour illustrer cette situation.

main d'homme avec un ordinateur dans un champ
Dans le contexte de grande volatilité des prix, les décisions de gestion ont toute leur importance.
© Freepik

Les rendements obtenus et des décisions de commercialisation vont avoir des conséquences sur le revenu de la culture du blé. Voici trois exemples pour illustrer cette situation.

- Le seuil de commercialisation des exploitations de Paul, de Jeanne et de Yoan s’établit à 250 €/t (en retenant leur rendement prévisionnel). Dans leur assolement, le blé tendre est cultivé sur 60 hectares (ha).

- Les exploitations de Paul et de Yoan étaient « situées au bon endroit » car elles ont bénéficié d’orages fin mai, ce qui leur a permis d’avoir des rendements au-dessus de leurs moyennes.

- Jeanne et Paul ont vendu 50 % de leur rendement prévisionnel avant noël 2022 à 300 €/t. La production non vendue des trois agriculteurs est valorisée au cours du jour, soit 215 €/t.

Les chiffres de la récolte de blé tendre 2023 de Jeanne

Récolte de blé 2023 : 60 q/ha, soit 5 q/ha de moins que la moyenne de ses rendements depuis 10 ans. L’absence de pluies d’orage au printemps sur des sols superficiels se traduit par une perte de récolte de 10 %, entraînant un rehaussement du seuil de commercialisation de la production de 250 à 271 €/t. Comme Jeanne a vendu 3,25 t/ha de blé avant noël 2022, il ne lui reste plus que 2,5 t/ha à vendre. Ainsi, la valorisation de sa production atteint 261 €/t/. La perte s’établit à 10 €/t par rapport au seuil de commercialisation effectif, soit 60 €/ha. Si Jeanne avait attendu la moisson pour tout vendre, la perte aurait atteint 56 €/t, soit 336 €/ha.

Moisson 2023 et revenus : quelles stratégies ont été payantes ?

Les chiffres de la récolte de blé tendre 2023 de Paul

Récolte de blé 2023 : 75 q/ha, ce qui est au-dessus de la moyenne de ses rendements réalisés depuis 10 ans (70 q/ha). Ce résultat lui permet de voir son seuil de commercialisation diminuer de 250 à 225 €/t.  Comme Paul a vendu 3,5 t/ha de blé avant noël 2022, il lui reste 4 t/ha à vendre. La valorisation de sa production atteint 255 €/t. Le revenu de Paul s’établit ainsi à 21 €/t, soit 160 €/ha. Si Paul avait attendu la moisson pour tout vendre, la perte aurait atteint 18 €/t, soit 135 €/ha.

Moisson 2023 et revenus : quelles stratégies ont été payantes ?

Les chiffres de la récolte de blé tendre 2023 de Yoan

Récolte de blé 2023 : 100 q/ha, soit 10 quintaux au-dessus de la moyenne de ses rendements réalisés depuis 10 ans (90 q/ha). Le seuil de commercialisation diminue de 250 à 225 €/t. Yoan a pour habitude d’attendre la moisson pour vendre. La valorisation de la production s’établit à 215 €/t. La perte atteint ainsi 10 €/t soit 100 €/ha. Si Yoan avait engagé 50 % de son potentiel avant Noël 2022, son revenu se serait établi à 40 €/t soit 400 €/ha.

Moisson 2023 et revenus : quelles stratégies ont été payantes ?
Source : Sylvain Jessionesse, Piloter sa ferme

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

septembre 2021, plaine de Versailles. Couvert d'interculture, mélange multiespèce
Jachère 2024 et PAC : questions/réponses pour ne pas se faire avoir

La réglementation de la PAC concernant les infrastructures agroécologiques ne s'appliquera pas en 2024. L'implantation de…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures