Aller au contenu principal

Philippe André (agriculteur sur 110 ha à Saint-Caradec, 22)
« Je cultive de nouveau de la féverole grâce à une marge améliorée »

Après avoir arrêté la féverole pendant quinze ans, Philippe André, agriculteur dans les Côtes-d’Armor, en a remis 10 hectares en 2020 dans le cadre du GIE SVP, qui vise à relancer ces cultures. Marge et impacts agronomiques retrouvent de l’intérêt.

Après avoir cultivé 10 hectares de féverole en production de semences en 2020, Philippe André va y ajouter 10 hectares pour de la culture de vente en 2021. © V. Bargain
Après avoir cultivé 10 hectares de féverole en production de semences en 2020, Philippe André va y ajouter 10 hectares pour de la culture de vente en 2021.
© V. Bargain

« Quand je me suis installé, il y avait des primes PAC intéressantes pour la féverole et le pois protéagineux, explique Philippe André. J’ai longtemps cultivé de la féverole, qui est une très bonne tête d’assolement. Puis les primes ont diminué et la culture n’est plus devenue rentable. J’ai recommencé en 2020 dans le cadre du GIE SVP. » En 2020, sur une surface totale de 110 ha, environ la moitié a été consacrée au blé, le reste à la production de semences de ray-grass et trèfle violet, aux légumes industrie (haricot vert, petit pois) et, pour la première fois depuis quinze ans, à la production de semences de féverole.

« Comme je produis du petit pois pour l’industrie de la conserve, je ne voulais pas cultiver de pois protéagineux, précise Philippe André. J’ai donc choisi la féverole. Et comme il faut lancer la production, j’ai choisi de faire de la multiplication pour alimenter la filière en semences. » Dix hectares ont été implantés avec une variété de féverole de printemps récente, précoce, à fort potentiel de rendement et teneur élevée en protéines.

Un rendement satisfaisant de 5,5 tonnes à l’hectare en 2020

« Le semis a été un peu tardif, car il y avait eu beaucoup d’eau pendant l’hiver, indique l’agriculteur. Mais la culture s’est bien passée. Il y a eu un peu de pucerons pendant les stades précoces et une attaque de rouille en fin de cycle, mais sans préjudice pour la culture. Au final, j’ai récolté 5,5 tonnes à l’hectare, sur des terres où j’obtiens en général 100 quintaux à l’hectare en blé. »

En 2021, Philippe André a donc projeté de cultiver 10 ha de féverole. « En plus de la marge sur la culture, la féverole présente des intérêts agronomiques, souligne-t-il. Le sol est bien structuré après la culture, ce qui simplifie les semis. Le reliquat azoté va permettre de réduire la fertilisation azotée. Et la récolte se fait à la moissonneuse-batteuse et n’implique donc pas de faire appel à un prestataire comme pour le maïs grain. »

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Thierry Royer et Bruno Bremenson, agriculteurs dans l'Orne."Avec une prestation de coupe et déchiquetage assurée par Bois négoce énergie, les haies nous rapportent 12 euros la tonne de bois plaquette." © C. Gloria
Les haies, des atouts agronomiques et une source de revenu
Au-delà de l’intérêt environnemental et agronomique, deux producteurs de grandes cultures de l’Orne valorisent économiquement…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures