Aller au contenu principal

« Le changement climatique m'interroge sur l'avenir des cultures de printemps dans mon assolement »

Plus de la moitié de la sole de Benjamin Janssen, agriculteur à Quaëdypre dans le Nord, est composée de cultures de printemps (pommes de terre, lin, betteraves et pois de conserve). Après l’été caniculaire, il s’interroge sur son assolement futur. Témoignage.

Benjamin Janssen est agriculteur dans le Nord où il cultive 110 hectares de grandes cultures dont plus de la moitié en cultures de printemps.
Benjamin Janssen est agriculteur dans le Nord où il cultive 110 hectares de grandes cultures dont plus de la moitié en cultures de printemps.
© B. Janssen

« Cette campagne va marquer les esprits tant au niveau du climat que des hausses de charges. En betteraves, mes rendements sont plutôt corrects. En pommes de terre, au fil des prélèvements, on s’est rendu compte que la végétation souffrait des fortes températures et du manque d’eau. J’évite la catastrophe avec des rendements situés entre 35 et 38 tonnes/hectare.

Dans mon secteur, je n’ai pas la possibilité d’irriguer, la nappe est trop profonde et il n’y a pas de cours d’eau à proximité. Il faudrait une réflexion à l’échelle du territoire car en hiver des terres sont régulièrement inondées à cause des excès de pluie. Une année comme 2022 pose question : dans un coin de ma tête, je m’interroge sur mon assolement futur.

La pomme de terre est une culture historique sur l’exploitation, je ne me vois pas arrêter. D’autant que j’ai investi récemment dans un bâtiment de stockage ventilé. Je considère que tout le monde doit jouer le jeu, notamment les industriels qui doivent prendre en compte le risque pris par les producteurs à travers une revalorisation des contrats.

L’an prochain, je vais rester sur un assolement similaire mais en baissant un peu la surface en lin. Je me laisse encore deux ou trois ans pour voir si la situation reste compliquée pour mes cultures de printemps et apporter des changements si nécessaire. »

*110 ha de SAU, dont 45 de céréales, 25 de pommes de terre, 15 de lin, 10 de betteraves, 10 de pois de conserve.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures