Aller au contenu principal

Circuits de proximité
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts

La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit de proximité.

promus box
La Promus Box est un conteneur frigo, entièrement automatisé et dans lequel les producteurs déposent leurs commandes afin de faciliter la livraison aux restaurateurs et à la distribution.
© Promus

Créée en 2017, la start-up Promus s’est spécialisée dans le développement des circuits de proximité en développant un réseau logistique basé sur la PromusBox, un conteneur frigo, entièrement automatisé et dans lequel les producteurs déposent leurs commandes afin de faciliter la livraison aux restaurateurs. Celle-ci est assurée par des partenaires logistiques. Promus est installé en régions nantaise et lyonnaise.

La philosophie de Promus est double. D’une part, le système permet d’éviter au producteur de prendre en charge la livraison (ce qui peut l’occuper en moyenne entre deux et trois demi-journées par semaine). D’autre part, il permet de renforcer l’approvisionnement local de la restauration (et aussi de la distribution), ce qui in fine participe à la relocalisation de la production alimentaire. Bien évidemment, massifier et centraliser la fonction de commandes et de livraison offre un impact positif sur l’environnement (limitation des déplacements). 

Le Covid-19 comme révélateur

La période de la crise du Covid-19, avec ses conséquences (développement des livraisons directes, fermeture des restaurants), a été l’occasion pour Promus de réfléchir sur son modèle.

« La crise sanitaire a fait effet de révélateur, se souvient Charles Raymond, cofondateur de Promus, nous travaillons avec des producteurs engagés dans les circuits de proximité pour approvisionner la restauration, commerciale ou collective régionale. En développant la livraison à domicile, leur activité a été bonne compte tenu des circonstances. En revanche, nous avons été frustrés de ne pouvoir pas aider les producteurs en filière longue qui souvent ont été obligés de soit brader, soit mettre au rejet leurs produits non commercialisés. L’offre était là, la demande aussi de la part de la GMS mais la passerelle ne pouvait pas être jetée entre les deux, simplement parce que les outils pour le faire manquaient ».

De fait, la GMS et la RHF, témoins de la demande de plus en plus affirmée en produits locaux par le consommateur, rencontrent parfois des difficultés à s’approvisionner par manque d’une offre adaptée. Et de l’autre côté, les coûts de logistique et le poids des démarches administratives découragent souvent les producteurs.

Une offre à tous les producteurs

Fort de son expertise logistique et parce que la sauvegarde des producteurs est un élément important, Promus adapte son offre pour permettre à tous les agriculteurs qui ne vendent pas encore localement de le faire facilement, pour répondre aux besoins d’approvisionnements locaux des citoyens. « Nous proposons qu’une partie des volumes de ces producteurs soit conservée pour bâtir une offre territoriale à destination de partenaires de la distribution sur le territoire, grossistes et grande distribution, explique Charles Raymond, ces volumes peuvent être massifiés dans nos Promus Box, que l’on peut aisément grouper ».

Pour accomplir cela, Promus a développé une interface qui reprend l’ensemble des informations nécessaires à une enseigne ou un grossiste pour sourcer auprès d’un producteur (variété, calibre, numéro de lot, expédition, litige…) : « Cette standardisation de l’information nous permet d’être reconnus par les différents systèmes d’informations de nos clients distributeurs », précise Charles Raymond. Avec ses partenaires logistiques, Promus opère le processus de livraison soit au départ des Promus Box, soit directement depuis l’exploitation.

Une plateforme digitale à l’automne

Cette nouvelle offre sera lancée en septembre prochain. Une plateforme digitalisée est en cours de développement pour orchestrer l’ensemble. Les premiers développement sont prévus dans les régions Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes, où Promus est déjà implanté. Suite à de premiers retours positifs, l’Occitanie pourrait être concernée ensuite. 

Confinement : Promus a livré temporairement les particuliers

Au moment du confinement, les restaurateurs ont été dans l’obligation de fermer leur établissement. Dans ce contexte, Promus a décidé d’adapter son modèle, fondamentalement BtoB, à la livraison directe de paniers aux particuliers, ceci afin de soutenir l’activité des producteurs locaux dans les régions où l’entreprise est implantée. Ainsi sur la zone de Nantes, Promus a assuré 904 livraisons, correspondant à plus de 5 t de fruits et légumes commandés.

Un total de 38 269 € a pu être reversé aux producteurs nantais. Sur la région de Lyon, c’est plus de 3 t de fruits et légumes qui ont été vendues à travers 543 livraisons. 23 481 € ont été reversés aux producteurs lyonnais. Le 26 juin, alors que les restaurants rouvraient leurs portes, Promus a suspendu ce service. 

 

 

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes