Aller au contenu principal
Font Size

Le Caté sous le signe du développement durable

Moins de phytos, moins d’engrais, moins d’énergie… les légumiers bretons ont déjà fait évoluer leurs pratiques vers plus d’agroécologie, et souhaitent le faire savoir jusqu’aux consommateurs.

« Agriculture durable, agroécologie, protection de l’environnement… quel que soit le nom qu’on leur donne, les attentes sociales et sociétales rendent le développement durable incontournable », estime Jean-Denis Crenn, le président du Caté, lors de son assemblée générale, en avril dernier, à Saint-Pol de Léon (Finistère). Depuis plusieurs années déjà, la station expérimentale de Saint-Pol de Léon travaille sur différentes thématiques. Ainsi, l’obtenteur OBS propose aux producteurs un outil capable d’identifier les maladies du feuillage de l’échalote, afin de traiter à bon escient. Toujours en échalote, un aspirateur à spores est en cours de test avec le laboratoire Végénov. Positionné dans les parcelles, il permettra à terme de quantifier les spores présentes et de déterminer plus précisément quand déclencher, ou non, un traitement. Et l’OBS a mis sur le marché la variété Molène, résistante au mildiou, ce qui réduit d’autant l’IFT, l’indice de fréquence de traitement de la culture. De même, le programme Equiterre date de la fin des années 1980 et porte sur des mesures régulières de l’azote du sol de parcelles témoins de chou-fleur. Il a permis une très nette diminution des achats d’engrais azotés dans la zone légumière. « Il se poursuit aujourd’hui par le programme Etap’N, sur le BV de l’Horn, cette fois pour toutes les cultures », mentionne Thierry Merret, vice-président du Caté.

Pour recréer du lien avec le consommateur

« En tomate, nous utilisons le biocontrôle depuis plus de 30 ans », rappelle Daniel Le Duff, membre du Bureau du Caté, en évoquant la lutte intégrée, une pratique qui s’est généralisée au point que les insecticides ne sont plus appliqués en serre que localement. « Et les quatre OP bretonnes viennent de lancer l’alliance saveurs et nature, garantissant une culture sans pesticides de synthèse ». Une démarche qui s’applique aussi au brocoli ou au potimarron. « En chou-fleur, pourtant peu traité, il reste le souci de Mycosphaerella, souligne Jean-Denis Crenn. Si quelques variétés sont aujourd’hui tolérantes, elles ne suffisent pas à couvrir toute la saison de production ». « Des producteurs volontaires expérimentent à l’échelle de leur exploitation, ce qui paraît prometteur en station de recherche », indique Michel Le Roux, le directeur du Caté. Ainsi, la zone légumière compte quatre de groupes Dephy Ecophyto ferme, groupe des 30 000, en tomate sous serre, salade, échalote et pépinière ornementale. « Diminution de la fertilisation et des phytos, maîtrise des coûts énergétiques : les producteurs ont fait des efforts et continuent à chercher des solutions. Il faut maintenant le faire savoir au consommateur, qui a besoin d’être rassuré. C’est aussi une bonne occasion pour la production de recréer du lien avec lui », conclut Jean-Denis Crenn.

Des nouveautés

Une variété d'artichaut Petit violet issue de semis semble prometteuse. Elle permet une reprise plus facile à la plantation quand le drageon, peu raciné, a parfois du mal à reprendre en mai. Il faudra encore attendre un peu pour les gros calibres, les variétés étant, pour l’instant, trop sensibles aux maladies. La variété d’échalote Molène, Obtention OBS, est résistante au mildiou.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
 © RFL
Moins travailler les sols agricoles pour une meilleure fertilité
La conservation des sols fait des émules. De plus en plus de producteurs, chercheurs et conseillers préconisent de ne pas…
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes