Aller au contenu principal

Le Caté sous le signe du développement durable

Moins de phytos, moins d’engrais, moins d’énergie… les légumiers bretons ont déjà fait évoluer leurs pratiques vers plus d’agroécologie, et souhaitent le faire savoir jusqu’aux consommateurs.

« Agriculture durable, agroécologie, protection de l’environnement… quel que soit le nom qu’on leur donne, les attentes sociales et sociétales rendent le développement durable incontournable », estime Jean-Denis Crenn, le président du Caté, lors de son assemblée générale, en avril dernier, à Saint-Pol de Léon (Finistère). Depuis plusieurs années déjà, la station expérimentale de Saint-Pol de Léon travaille sur différentes thématiques. Ainsi, l’obtenteur OBS propose aux producteurs un outil capable d’identifier les maladies du feuillage de l’échalote, afin de traiter à bon escient. Toujours en échalote, un aspirateur à spores est en cours de test avec le laboratoire Végénov. Positionné dans les parcelles, il permettra à terme de quantifier les spores présentes et de déterminer plus précisément quand déclencher, ou non, un traitement. Et l’OBS a mis sur le marché la variété Molène, résistante au mildiou, ce qui réduit d’autant l’IFT, l’indice de fréquence de traitement de la culture. De même, le programme Equiterre date de la fin des années 1980 et porte sur des mesures régulières de l’azote du sol de parcelles témoins de chou-fleur. Il a permis une très nette diminution des achats d’engrais azotés dans la zone légumière. « Il se poursuit aujourd’hui par le programme Etap’N, sur le BV de l’Horn, cette fois pour toutes les cultures », mentionne Thierry Merret, vice-président du Caté.

Pour recréer du lien avec le consommateur

« En tomate, nous utilisons le biocontrôle depuis plus de 30 ans », rappelle Daniel Le Duff, membre du Bureau du Caté, en évoquant la lutte intégrée, une pratique qui s’est généralisée au point que les insecticides ne sont plus appliqués en serre que localement. « Et les quatre OP bretonnes viennent de lancer l’alliance saveurs et nature, garantissant une culture sans pesticides de synthèse ». Une démarche qui s’applique aussi au brocoli ou au potimarron. « En chou-fleur, pourtant peu traité, il reste le souci de Mycosphaerella, souligne Jean-Denis Crenn. Si quelques variétés sont aujourd’hui tolérantes, elles ne suffisent pas à couvrir toute la saison de production ». « Des producteurs volontaires expérimentent à l’échelle de leur exploitation, ce qui paraît prometteur en station de recherche », indique Michel Le Roux, le directeur du Caté. Ainsi, la zone légumière compte quatre de groupes Dephy Ecophyto ferme, groupe des 30 000, en tomate sous serre, salade, échalote et pépinière ornementale. « Diminution de la fertilisation et des phytos, maîtrise des coûts énergétiques : les producteurs ont fait des efforts et continuent à chercher des solutions. Il faut maintenant le faire savoir au consommateur, qui a besoin d’être rassuré. C’est aussi une bonne occasion pour la production de recréer du lien avec lui », conclut Jean-Denis Crenn.

Des nouveautés

Une variété d'artichaut Petit violet issue de semis semble prometteuse. Elle permet une reprise plus facile à la plantation quand le drageon, peu raciné, a parfois du mal à reprendre en mai. Il faudra encore attendre un peu pour les gros calibres, les variétés étant, pour l’instant, trop sensibles aux maladies. La variété d’échalote Molène, Obtention OBS, est résistante au mildiou.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes