Aller au contenu principal

Vaucluse
La coopérative Coopfruit Luberon (cerises d'industrie) se diversifie dans les fruits à coque

Après le Brexit, la crise du Covid-19 et la mouche de l’olive, la coopérative Coopfruit Luberon cherche une diversification plus adaptée vers les fruits à coque.

Les tonnages de cerises d'industrie baissant d'année en année, la coopérative a décidé de miser sur la culture de l'amande et de la pistache.  © Pierre-Louis Berger - FLD
Les tonnages de cerises d'industrie baissant d'année en année, la coopérative a décidé de miser sur la culture de l'amande et de la pistache.
© Pierre-Louis Berger - FLD

Coopfruit Luberon (153 producteurs pour 750 ha de cerises d’industrie et de consommation) poursuit sa recherche de partenaires forts dans l’industrie de la transformation et sur d’autres filières. « Nous avons une demande importante de nos adhérents d’engager de nouvelles contractualisations avec des clients potentiels dans les fruits à coque comme la pistache et l’amande. La filière amande a été initiée en 2015 et reste un emblème fort de la Provence », explique Nathalie Nevoltris, directrice de Coopfruit Luberon. La coopérative propose un accompagnement technique, logistique et commercial aux nouveaux producteurs, notamment pour la filière pistache.

« Devenir un des pionniers de la pistache en France »

« Notre volonté : devenir un des pionniers en France car il y a un engouement fort pour la pistache. Nous travaillons en partenariat avec la chambre d’agriculture du Vaucluse. De nouveaux producteurs vont nous rejoindre », affirme la directrice. En 2019-2020, Coopfruit Luberon a planté 6 ha de pistachiers avec la collaboration de la chambre d’agriculture du Vaucluse et, pour l’hiver 2020-2021, elle va planter 6 ha d’amandiers. Elle a rejoint l’association Pistache en Provence chargée de promouvoir sa culture de pistaches et France Amandes.

Pourquoi ce choix de la diversification ? « Les producteurs ont de grandes inquiétudes sur la filière cerise. Le Brexit, le coronavirus ont mis à mal nos clients. On a eu des impacts phytosanitaires liés à la mouche de l’olive. On perd des tonnages importants en cerise d’industrie, soit 10 % de nos volumes (environ 500 à 600 t/an) à cause du Drosophila suzukii. La perte est régulière depuis cinq ans. La pistache est un marché de niche avec des débouchés sérieux. La transformation pourrait être assurée par la coopérative », indique Nathalie Nevoltris.

Seules 1 000 t d’amandes sont produites en France contre 30 000 t consommées. « Nous voulons valoriser des petits volumes auprès des confiseurs, des chocolatiers, des pâtissiers de la Provence, souligne Nathalie Nevoltris. Le processus de récolte est identique à celui de la cerise d’industrie. On va utiliser le même matériel. Le coût sera donc réduit ».

La coopérative (6 074 t de cerises d’industrie en 2020) perd des tonnages chaque année depuis cinq ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Emballages plastique : vers l’annulation de l’interdiction pour les fruits et légumes ?
Le Conseil d’Etat a recommandé l’annulation du décret instituant l’interdiction de ventes des fruits et légumes dans un emballage…
La Cité maraîchère est implantée dans le quartier Marcel Cachin, composé de grands ensembles HLM des années 1960, rénové récemment.
Seine-Saint-Denis : la Cité maraîchère de Romainville au cœur de la ville
En Seine-Saint-Denis, la Cité maraîchère de Romainville est une expérimentation agricole urbaine unique. Propriété de la…
conditionnements pommes de terre Pomliberty
Pomme de terre : Vitalis entre au capital de Pomliberty
Le réseau Vitalis vient de prendre une participation minoritaire dans Atipic, la holding qui chapote Pomliberty et la Ferme Neuve 
Le prix des palettes et des emballages bois n’est pas près de baisser
Si le prix de matière première est en baisse, celui de l’énergie et d’autres intrants, comme la main d’œuvre, va toujours…
Biomonde : « Les fruits et légumes bio sont un des moteurs de la distribution bio », selon Sönam Walterspiler
Dans une période troublée pour la filière bio, Biomonde se veut au plus près de ses adhérents et soutient les magasins qui…
Chou romanesco blanc de Prince de Bretagne Véronique Bargain
Comment Prince de Bretagne entend diversifier sa gamme de choux
Soucieuse d’innover, Prince de Bretagne lance deux nouveautés en choux : un chou plat, à consommer cru ou cuit, et un chou…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes