Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Start-up
Dans le Nord, Orchid capte les besoins des plantes et les saveurs des fruits

Une jeune entreprise lilloise a posé ses capteurs dans une serre de 6000 m2 de fraises. Des besoins en eau au taux de sucre, tout est mesuré et analysé. Pour piloter au plus juste. Présentation dans Terres et Territoires.

© DR

Orchid. En anglais, cela veut dire orchidée. Peut-être est-ce parce que ces plantes se plaisent bien dans les serres que la start-up porte ce nom. Car la jeune entreprise conçoit et commercialise des solutions technologiques pour la culture sous serre. Outils connectés, analyse de données… pour rester dans les termes anglais, disons qu’on est dans la « greentech ». Basée à Lille, l’équipe de 5 personnes expérimente son concept chez les professionnels horticulteurs et maraîchers du Nord et les accompagne dans l’optimisation de leur production hors sol.

Exemple à Godewaersvelde. Dans Terres et Territoires, visite des serres des Vergers de Viveterres, en compagnie de Yoann Merlier, fondateur d’Orchid et d’Elie Vasseur, patron des vergers. « Sous les touffes de feuilles dentelées qui débordent des bacs s’accroche un énigmatique petit boîtier blanc. » Au premier abord, la balade semble poétique. Mais très vite, le récit devient plus technique. « Quelques mètres plus loin, un jeu de dispositifs de mesure de l’eau posé au sol est, lui aussi, raccordé à des câbles électriques, tandis qu’au centre de la serre, un cylindre blanc attaché à un poteau a l’air de jouer les tours de guet. »

Tout un itinéraire de culture scruté et mesuré

La solution développée par la start-up est testée dans une serre de 6000 m2 où sont cultivées des fraises remontantes, qui donnent des fruits de mai à octobre.  « Nos capteurs sont mis en place pendant la saison des fraises. Nous les enlevons l’hiver pour les réétalonner », explique Yoann Merlier dans le journal.  « Ils mesurent tout l’itinéraire de culture : les cycles d’eau, les apports d’engrais, le pH, la température, l’humidité relative, le taux d’ensoleillement, le rayonnement photosynthétique actif… »

Pendant que le fondateur de la jeune pousse surveille ses capteurs, Elie Vasseur contrôle « la bonne pousse de ses plants ». La production de fraises sous serres a été lancée en 2010, lorsqu’il a rejoint l’exploitation familiale, avec une partie en cueillette libre-service. « Yoann Merlier a essayé de cerner nos besoins en production » , explique -t-il dans l’article.

« Avant, je devais comparer, dans des bidons, les volumes d’eau à l’entrée et à la sortie des bacs pour savoir ce que les plantes avaient bu », précise le producteur. « Maintenant, c’est automatisé. »

« La commercialisation de ses capteurs pour fraises est prévue pour la fin de l’année », précise encore le journal. Ensuite, la prochaine étape va consister à « mesurer la qualité du fruit tant d’un point de vue biochimique (qualités gustative, nutritionnelle) que d’un point de vue hédoniste (la façon dont il sera perçu par le consommateur) ».

Et après la fraise, les capteurs de goût devraient s’attaquer aux tomates. Un fruit qui aurait perdu ses qualités gustatives au fil des évolutions culturales et que la start-up ambitionne de réintroduire dans le monde des saveurs.

Les plus lus

Vignette
Le suicide des agriculteurs, réalité dans la vie et sur les écrans
La profession agricole est la plus touchée par le phénomène dramatique du suicide. Un fléau contre lequel des mesures de…
Vignette
Julia Landrieu interprète sa version agri de « Balance ton quoi »
Des cheveux longs blonds et une voix douce, comme la chanteuse Angèle. Alors pourquoi ne pas se lancer ? Sur Twitter, Julia…
Vignette
Trois poulaillers incendiés dans l'Orne et l'ombre des activistes anti-élevage
Ils étaient vides, heureusement. Trois poulaillers ont été incendiés dans la nuit du 16 au 17 septembre et les inscriptions…
Vignette
Sophie-Elodie, maraîchère candidate à « L’Amour est dans le pré »
Karine Le Marchand a rechaussé ses bottes et « L’Amour est dans le pré » est reparti pour un tour. Le très médiatique show…
Kverneland - Le cultivateur à dents Enduro travaille à toutes les profondeurs.
Machinisme
Le groupe Kverneland, qui célèbre cette année ses 140 ans, lance le cultivateur à dents polyvalent Enduro à l’occasion du salon…
Vignette
L'autoconsommation photovoltaïque est rentable en particulier en élevages laitier et porcin

Avec les hausses du prix de l’électricité, autoconsommer l’énergie photovoltaïque permet de plus en plus de réaliser des…

Publicité