Aller au contenu principal

Sia 2022 : salon des retrouvailles pour les caprins

L’édition 2022 du SIA a été riche en évènements caprins. Autant sur le ring que dans les allées, petits et grands ont pu redécouvrir la filière dans tout son dynamisme.

Ambiance festive dans les allées du Salon de l’agriculture pour l’édition 2022. Enfants aux yeux ronds de curiosité, ou endormis dans leur poussette d’avoir trop couru pour voir enfin tous ces jolis animaux. Adultes ravis de circuler dans la plus grande ferme de France le temps d’une journée, de poser des questions, de déguster aussi. Les échanges sont nombreux avec les éleveurs venus expliquer leur métier à travers des quiz, des dégustations, des animations…

À l’image de Germain et Séverine, venus du Cantal et de l’Indre, les éleveurs se sont relayés toute la semaine pour parler de leur métier, échanger avec les visiteurs sur le stand des fromages de chèvre de l’Anicap. « C’est important de prendre le temps d’expliquer notre métier. Ici au salon de l’agriculture, les gens sont curieux et surpris, ils s’aperçoivent que nous travaillons bien et que nous n’avons pas un métier simple. Ils sont à l’écoute », témoignent-ils.

« C’est important de faire la promotion de notre métier, que les gens comprennent mieux »

Sur l’espace des fromages de chèvre, trois animations sont proposées toute la journée. Une dégustation animée par des passionnés permet à petits et grands de découvrir ou redécouvrir les fromages de chèvre dans toute leur diversité. Et l’auditoire est captivé. Un atelier cuisine propose de mettre en valeur les fromages de chèvre et chacun repart avec un petit cahier de recettes. Enfin, un espace quiz jouxte l’aire paillée des chèvres, parisienne d’une semaine, pour tester les connaissances des visiteurs. Et le travail est énorme…

Des visiteurs nombreux et curieux

La guerre en Ukraine et ses conséquences ainsi que les négociations commerciales ont également animé les allées du salon côté professionnels, ces inquiétudes côtoyant l’insouciance et la fête sur la plus grande ferme de France. Les visites des ministres ont pu être plus courtes qu’à l’accoutumée. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a été très présent tout au long du salon : table ronde sur l’attractivité des métiers de l’agriculture, sur la sécurité des biens et des personnes, et bien sûr négociations commerciales… Les rencontres ont été nombreuses entre éleveurs, industriels et représentants de la grande distribution aux dernières heures des négociations commerciales. Au menu, augmentation nécessaire du prix des produits pour faire face aux hausses de coûts de production (voir p.10).

Plus de 60 médailles au concours général agricole

Rendez-vous incontournable du Salon de l’agriculture, il distingue depuis 150 ans le savoir-faire et l’excellence du terroir français. Fromages affinés, frais et yaourts au lait de chèvre ont été récompensés au concours général agricole 2022. Cette année, plus de 60 médailles leur ont été décernées. Retrouvez le palmarès complet sur www.concours-general-agricole.fr

Le chevreau mis en avant

 

 
© V. Hervé-Quartier
Plusieurs animations ont permis de valoriser la viande de chevreau tout au long du salon : sur les stands de la Drôme, de l’Ardèche notamment, mais aussi d’Interbev, qui ont proposé des dégustations.

 

Les caprins sur le ring !

 

 
tLes trophées Gènes Avenir de Capgènes ont été remis au salon : l'alpine d'or pour le Gaec Limousalpes (42) et le saanen d'or à Natacha et Denis Olivier (79). © V. Hervé-Quartier
Dès l’ouverture, les chèvres ont investi le ring ovins-caprins pour une présentation de la race angora et un défilé de créations en mohair. La journée du mercredi, animée par CapGènes, a été rythmée par le concours de jeune pointeur, remporté par Mathieu Rousset, du lycée agricole de Poisy (Haute-Savoie), le concours inter-lycées, gagné par le lycée Naturapolis de Chateauroux (Indre) et la remise des trophées Gènes Avenir. L’alpine d’or a été remis au Gaec Limousalpes (Loire) et le saanen d’or à Natacha et Denis Olivier (Deux-Sèvres).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Alain et Léo Drochon travaillent en parfaite entente sur l'exploitation familiale.
« Produire les meilleurs fourrages pour nos chèvres »
Dans les Deux-Sèvres, Alain et Léo Drochon forment un binôme efficace sur l’exploitation familiale. Ils s’adaptent aux terres…
Christophe Lizot est lauréat 2021 du prix de la Fondation pour une Agriculture Durable de Nouvelle-Aquitaine grâce à son méteil qui améliore son autonomie alimentaire.
« J’ai remplacé toutes mes cultures de vente par du méteil »
À l’EARL des trois fermes, un couple d’éleveurs charentais améliore son autonomie alimentaire en remplaçant ses cultures de vente…
Les associations de défense des races, accompagnées par l’Institut de l’élevage, ont souhaité créer des références pour montrer que s’installer en race locale et vivre de ce type d’élevage c’est possible !
S’installer en races locales c’est possible !
Des références technico-économiques sont en cours de construction afin d’accompagner les porteurs de projet et éleveurs installés…
Les boucs vasectomisés permettent de détecter les chaleurs, une alternative aux tabliers, pas toujours simples à gérer au quotidien.
Tous gagnants avec le progrès génétique en filière caprine
La génétique est parfois vue comme réservée aux grands troupeaux livreurs ou résumée à la seule pratique de l’insémination.…
Temanuata Girard, vice-présidente de la région Centre-Val de Loire déléguée à l'agriculture et à l'alimentation, et Olivier Denis, président de l'AOP Pouligny Saint-Pierre ont signé le plan de filière local 2022-2026 à l'occasion des 50 ans de l'appellation.
Pour ses 50 ans, le Pouligny Saint-Pierre a mis les petits plats dans les grands
Premier fromage de chèvre à avoir obtenu une AOC en 1972, le Pouligny Saint-Pierre a réuni producteurs, affineurs,…
Isabelle Dubrion adhère depuis trois ans seulement et a déjà un accouplement programmé cet automne pour Rosée, avec à la clé peut-être un futur bouc inscrit au catalogue CapGènes.
Plus de fromages avec le même nombre de chèvres grâce au progrès génétique
En Saône-et-Loire, Isabelle et Baptiste Dubrion font progresser leur troupeau pour améliorer le rendement fromager et la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre