Aller au contenu principal

Seuils de contractualisation obligatoire : arbitrage du ministère à 10 000 euros de chiffre d’affaires

Les éleveurs réalisant plus de 10 000 euros de chiffre d'affaires sur la vente de produits laitiers fermiers, les chèvres de réforme, les reproducteurs, ou encore les chevreaux sont concernés par la contractualisation obligatoire selon les dispositions prévues par un décret paru au journal officiel le 28 décembre.

© B. Morel

Le décret (n° 2022-1669 du 26 décembre 2022) précisant les seuils de chiffre d’affaires annuel en-dessous desquels la contractualisation obligatoire prévue par la loi EGAlim ne s’applique pas est paru au journal officiel le 28 décembre.

Les différentes filières qui n’avaient pas encore de décret avec des seuils spécifiques ou d’accord interprofessionnel attendaient avec impatience cette parution et avaient chacune fait part de leurs souhaits tout au long de l’année. Les trois syndicats d'éleveurs de ruminants laitiers (Fnec, FNPL et FNO) avaient notamment fait front commun pour réduire la contrainte administrative des producteurs fermiers, tout en sécurisant les relations commerciales pour ceux qui en auraient eu besoin. Le ministère de l'Agriculture et de la souveraineté alimentaire a arbitré en faveur d’un seuil générique 10 000 € en dessous duquel la contractualisation écrite n’est pas obligatoire. Il s’agit d’un seuil de chiffre d’affaires annuel pour le produit agricole concerné

Producteurs fermiers concernés

Seuls les ovins de moins de 12 mois, pommes à cidre et poires à poiré ont obtenu un seuil spécifique en plus de ceux existants.

Cela concerne donc les chèvres de réforme, les reproducteurs, les chevreaux, les produits laitiers fermiers. Des éléments pratiques pour l'application de ces dispositions seront communiqués début 2023.

Pour le lait cru de chèvre livré, la contractualisation s’applique depuis le 1er janvier 2022 et a fait l'objet d'un accord interprofessionnel.

Les plus lus

Chèvrerie vue d'avion
« On veut travailler dans de bonnes conditions et que les chèvres soient bien »
L’EARL des Tilleuls a investi dans un bâtiment tout confort pour travailler dans de bonnes conditions. Salle de traite, stalle de…
Bouc de race saanen
Quels boucs choisir en 2024 ?
Le catalogue Capgènes des semences de boucs alpins et saanen vient de paraître. Le meilleur de la génétique caprine française est…
Elise, Jérôme et leurs deux filles, de 8 et 11 ans, vivent au milieu des animaux. Lapins, cochons, chèvres, chevaux, vaches, oies, ânes et chiens cohabitent à la ferme ...
« Mon mari boucher vend de la viande de porc et de chevreau de la ferme »
Élise et Jérôme Happel élèvent des chèvres et des porcs en Alsace. Boucher de métier, Jérôme valorise la viande caprine issue de…
Répartition régionale du cheptel français de chèvres au 1er novembre 2023 et évolution par rapport à 2022
Recul du cheptel caprin quasi généralisé en 2023
Le cheptel caprin français est en recul dans quasiment toutes les régions. Analyse et graphique de l’Institut de l’élevage.
Émilien Retailleau et ses chèvres poitevines
« Je vends des chevreaux élevés sous la mère »
Émilien Retailleau, éleveur d’une cinquantaine de chèvres poitevines à la ferme de la Bonnellerie dans la Vienne, commercialise…
Améliorer le bien-être des chèvres via l’aménagement des bâtiments
Un mini-guide pour enrichir l'espace de vie des chèvres
L'Anicap édite une plaquette qui montre quatre types d'aménagements à installer facilement dans une chèvrerie.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre