Aller au contenu principal

De la souplesse pour les fromagers fermiers

Les réglementations pour vendre des fromages ou du lait cru sont assouplies le temps de la crise du Covid-19.

Le recours à d'autres circuits de vente est possible pour les fromagers fermiers en dérogation.
Le recours à d'autres circuits de vente est possible pour les fromagers fermiers en dérogation.
© D. Hardy

Dans le contexte sanitaire actuel lié au Covid-19, de nombreux producteurs laitiers fermiers se retrouvent dans des situations extrêmement compliquées pour assurer la vente de leurs produits laitiers fermiers. La Fnec et la FNPL ont demandé des adaptations au ministère de l’Agriculture.

Suite à ces demandes, une instruction technique du ministère de l’Agriculture parue le 3 avril détaille plusieurs mesures temporaires d’adaptation pendant la période d’urgence sanitaire, tout en rappelant la responsabilité du producteur vis-à-vis des produits qu’il met sur le marché.

Tout d’abord, une simple déclaration suffit pour passer du statut sanitaire « vente directe » à celui de « dérogataire à l’agrément ». Cela permet de pouvoir temporairement vendre ses produits par des intermédiaires dans la limite de 80 km (200 km dans les communes reculées). Or, avec la fermeture des marchés et les perturbations liées au Covid-19, les circuits commerciaux ont parfois dû être réorganisés dans l’urgence. L’instruction du ministère suspend aussi les limitations de volumes de vente hebdomadaire pour les fermiers en dérogation. L'exploitant doit cependant adresser aux autorités sanitaires un bilan des quantités vendues. En fin de crise, une demande d’agrément sanitaire devra être faite si le producteur souhaite conserver des volumes plus élevés que ce que permet le statut de dérogation en temps normal.

De même, en temps normal, toute création d'une nouvelle catégorie de produits (des pâtes pressées par exemple) ou d’activité (congélation, mise sous vide) doit faire l’objet d’une nouvelle demande d’agrément. Afin de ne pas entraîner de lourdes procédures administratives temporaires, il est possible de n’envoyer qu’une fiche d’information simplifiée à sa DDPP. Une simplification bienvenue alors que de nombreux fromagers se sont mis à fabriquer des tommes ou congeler du caillé pour reporter du lait.

Moins développé en caprin qu’en bovin, la vente de lait cru est désormais accessible par simple déclaration. Rappelons qu’en temps normal, le producteur de lait doit demander une autorisation à sa DDPP pour pouvoir effectuer de la vente de lait cru, suivie d’une inspection. La vente de lait cru doit respecter de strictes conditions d’hygiène.

« Ces mesures constituent une grande avancée pour les producteurs fermiers, apprécient la Fnec et la FNPL dans un communiqué. Elles simplifient les démarches administratives et permettent une adaptation temporaire des conditions de vente selon le statut sanitaire ».

Dans une note du 10 avril, la Fnec rappelle par ailleurs qu’il n’y a pas d’obligation d’agrément pour vendre à un intermédiaire. Indépendamment des mesures temporaires d’adaptation, les producteurs en dérogation à l’agrément sanitaire ont toujours pu vendre leurs produits à des grandes surfaces dans un rayon de 80 km, voire 200 km dans les communes reculées. 

Plus d’informations sur fnec.fr

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

[Juridique] Intrusion dans une parcelle agricole : s’interposer n’est pas la bonne réaction
Portail réussir
Les intrusions dans les parcelles agricoles ont alimenté l’actualité ces dernières années. Mais ces intrusions ne constituent pas…
Les bâtiments loués par le gaec Denis-Van Hasselaar n'étaient à l'origine pas du tout fonctionnels ni adaptés à l'élevage caprin. © S. Van Hasselaar
Une chèvrerie moderne dans un vieux bâtiment
Dans l’Indre, Philippe Denis et Séverine Van Hasselaar ont remodelé un vieux bâtiment pour en faire une chèvrerie bien équipée. …
Avec le pâturage des mûriers, les chèvres peuvent exprimer leur comportement naturel pour la cueillette. © C. Boyer
L’arbre fourrager, une solution pour nourrir les chèvres face aux changements climatiques
Des expérimentations ont débuté au Pradel pour évaluer l’intérêt du pâturage des arbres par les chèvres. Les premiers résultats…
Élevages caprins (ayant déclaré un recensement) © BDNI 2020/Idele
​Les commandes d’identifiants dessinent la France caprine
En 2019, plus de 20 000 exploitations, détenant 1,1 million de reproducteurs caprins, ont déclaré leurs animaux à la base de…
Les constructeurs de bâtiments agricoles que vous auriez pu voir à Capr’inov
Malgré l’annulation partielle de Capr’inov 2020, les constructeurs de bâtiments agricoles font part de leurs offres de service et…
L'enquête d'Agrocampus Ouest met en lumière les limites ressenties pour développer le pâturage caprin : dépendance à la météo, sensibilité au parasitisme, gestion des lots, fluctuation de la qualité et la quantité, crainte de la listériose… © D. Hardy
Encore des freins à l’utilisation de l’herbe dans les systèmes caprins du Grand Ouest
La complexe gestion de l’herbe et du pâturage des chèvres rebute les éleveurs qui craignent des fluctuations et du travail…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre