Aller au contenu principal

[ Covid-19 ] L’interprofession appelle à réduire la production de lait de chèvre

Au vu du chamboulement provoqué par le Covid-19, les laiteries peuvent vite se retrouver avec un excès de lait. L’Anicap demande aux éleveurs de chèvre de réduire leur production.

L'épidémie de Covid 19 impacte sévèrement les filières agricoles et la filière laitière caprine n'est pas épargnée.
L'épidémie de Covid 19 impacte sévèrement les filières agricoles et la filière laitière caprine n'est pas épargnée.
© D. Hardy

L’excès de lait de chèvre menace. Dans une note du 26 mars adressée aux acteurs de la filière lait de chèvre, l’Anicap observe des pertes de marchés importantes et brutales suite à la fermeture des établissements scolaires, de la restauration hors foyer et des marchés. Les ventes de fromages sont par ailleurs en baisse dans la grande distribution, notamment pour le segment haut de gamme (AOP, fromages au rayon coupe, fromages fermiers). Enfin, les laiteries sont confrontés à de l’absentéisme (20% en moyenne) qui réduisent leur capacité de production.

L’interprofession caprine note que cette situation est « d’autant plus problématique qu’elle survient dans une période de forte production de lait de chèvre, avec une collecte actuellement en hausse de 5 à 10 % par rapport à l’année dernière selon les zones, et alors que le pic de production annuel est attendu dans les prochaines semaines ».

Dans ce contexte instable et dégradé, l’interprofession appelle les producteurs de lait de chèvre à modérer leur production. L’Anicap indique aussi solliciter l’aide des pouvoirs publics pour le stockage ou la destruction de lait.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

La valorisation des chevreaux est toujours au cœur des inquiétudes de toute la filière avant le début de la campagne.
Incompréhensions sur les chevreaux
Alors que la campagne 2021-2022 va débuter, les relations entre naisseurs, engraisseurs et abatteurs ne semblent pas apaisées.
Les acteurs de la filière caprine ont jusqu'au 1er janvier 2022 pour mettre en œuvre la contractualisation écrite entre producteurs et laiteries.
L’accord sur la contractualisation en lait de chèvre étendu par les pouvoirs publics
2 600 éleveurs caprins sont concernés par cet accord interprofessionnel mettant en conformité la filière caprine avec la loi…
La distribution du fourrage est homogène et régulière le long de l’auge. © D. Hardy
Le robot distribue fourrages et concentrés à 750 chèvres
Au Gaec Verdon en Vendée, le robot d’alimentation de Lucas G est un investissement que les deux frères associés ne regrettent pas.
Les produits primés à découvrir au Space et au Sommet de l’Élevage
Les produits caprins primés à découvrir au Space et au Sommet de l’Élevage
Les salons reprennent, et avec eux l’occasion de découvrir les nouveautés côté équipement et services pour les caprins. Voici…
La Fnec veut sécuriser la rémunération des éleveurs caprins avec la loi EGAlim 2
La Fédération nationale des éleveurs de chèvres espère pouvoir sécuriser le revenu des producteurs de lait de chèvre avec la non…
Augmentation de la production laitière par chèvre en 2020 à 989 kg en moyenne
En moyenne en 2020, 989 kg de lait ont été produits par lactation, soit une augmentation de la production laitière brute de 26 …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre