Aller au contenu principal

Pas d'avancée significative vers un accord entre le Mercosur et l'UE

Une rencontre entre l’UE et le Mercosur s’est tenue en mars. Au terme de cinq jours d’échanges, les négociations ne semblent pas être beaucoup plus avancées.

© C. Deloume

Les délégations de l’Union européenne et du Mercosur se sont retrouvées du 14 au 18 mars à Bruxelles, pour la quatrième fois depuis la reprise des négociations en mai 2010. À l’issue de cette rencontre, aucune avancée majeure n’a été annoncée. Le spectre de la conclusion dans l’année d’un accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur semble donc perdre en intensité. Au moins peut-on s’avancer à dire qu’il recule dans le temps.


C’est à l’occasion de cette session que devaient être mises sur la table les propositions officielles d’échange des deux parties mais apparemment, cette étape n’a pas encore été abordée. « En fait, les dernières offres datent de 2004 pour l’Union européenne et de 2006 pour le Mercosur, avant le blocage des négociations. À l’époque, l’UE proposait l’ouverture d’un nouveau contingent d’importation de 100 000 tonnes de viande bovine dont 60 % à droit nul, et 40 % avec un droit de douane de 10 % — ces 40000 tonnes entrant dans les volumes à négocier dans le cadre de l’accord multilatéral de l’OMC. La demande du Mercosur portait pour sa part sur l’ouverture d’un nouveau contingent d’importation de 300 000 tonnes à droit nul de muscles nobles », explique Philippe Chotteau de l’Institut de l’élevage.


Finalement pour l’instant, tout reste à négocier, que ce soit le calendrier de la mise en place de contingents supplémentaires d’importation pour la viande bovine, le niveau de ces contingents, ainsi que la nature de la viande bovine concernée. Autant de points sur lesquels la filière pourrait jouer pour se tirer de cet accord annoncé en essayant d’en réduire les nuisances. « Par exemple les industriels européens de la viande préféreraient que s’ouvrent des contingents au moins en partie composés de viande pour la transformation. L’offre en Europe est amenée à se réduire avec la baisse du cheptel laitier alors que les besoins resteront fermes », explique Philippe Chotteau.


TENSIONS ENTRE LE PARLEMENT ET LA COMMISSION


Dans cet apparent piétinement des négociations, la pression des représentants des éleveurs a certainement joué. L’attitude du Parlement européen aussi. Il a en effet vivement critiqué la Commission d’avoir repris les négociations avec le Mercosur, sans en avoir discuté avec le Conseil. Les parlementaires européens demandent aussi à la Commission, dans une résolution adoptée début mars, de protéger les intérêts des agriculteurs et de proposer une évaluation de l’impact des répercussions d’un tel accord, à débattre avant que les discussions soient finalisées. Selon MercoPress (une agence de presse du Mercosur), la politique protectionniste de l’Argentine aurait aussi participé à cet état de fait. La Commission européenne espère obtenir dans cet accord la possibilité de vendre au Mercosur des services, essentiellement dans le domaine des banques et assurances, ainsi que l’accès aux services publics de ces pays dans le domaine de l’eau, l’électricité, le gaz, le téléphone. Les intérêts européens portent aussi sur des biens industriels notamment d’équipement (BTP, machines outils, aviation…).


PROCHAINE RENCONTRE EN MAI


Le cycle suivant de pourparlers se tiendra début mai au Paraguay et c’est à cette occasion que devraient être formulées les positions des deux camps sur des règles d’accès aux marché. Aucune date n’a d’ailleurs été précisée pour leur conclusion malgré l’optimisme avancé par les deux parties

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande