Aller au contenu principal

Nouvelle étape pour la "ferme des 1200 taurillons"

Enième rebondissement, la justice a donné son feu vert, le 29 décembre 2020, au projet d’un atelier d’engraissement de jeunes bovins de 1200 places à Coussay-les-Bois dans la Vienne.

Le 29 décembre 2020, le projet porté par la SCEA Les Nauds d’un atelier d’engraissement de jeunes bovins à Coussay-les-Bois, près de Châtellerault dans la Vienne, a été relancé. La Cour administrative d’appel de Bordeaux a en effet validé les permis de construire et d’exploiter qui avaient été précédemment annulés.

Les travaux pourraient débuter courant 2021. « C’est en tous cas la volonté de l’agriculteur et industriel châtelleraudais, Pierre Liot, et du chargé du suivi technique Christophe Robbe » informe La Vienne Rurale.

Le projet remonte à 2014. Il comprend la construction de trois bâtiments pour une surface totale d’environ 15 000 m2 avec panneaux photovoltaïques, et d’une unité de méthanisation. Chaque bâtiment comporterait près de 400 places pour jeunes bovins. Une trentaine d’animaux entreraient chaque semaine, et ils seraient conduits en ration sèche. L'atelier emploierait trois salariés à temps plein.

Le projet suscite depuis le début des oppositions locales, dont celle du maire de Coussay, de défenseurs de l'environnement, et de certains agriculteurs. Les opposants de 13 associations regroupées en collectif arguent de risques pour la nappe phréatique et pour une zone Znieff, et s’opposent au principe de ce qu’ils appellent une « ferme usine », qu’ils considèrent « déconnecté par rapport aux aspirations actuelles ». Un pourvoi en cassation devant le Conseil d’état est annoncé.

Lire aussi : Les ateliers d'engraissement de jeunes bovins italiens poursuivent leur restructuration et ont un faible pour les génisses

France2 a recueilli la réaction des deux parties dans un reportage de son journal de 13 h du 26 janvier 2021 (à 26 :30)

LREM Grand Châtellerault appelle dans un communiqué du 30 décembre à se retrouver autour d’une table.

 

Lire aussi : La ferme des 1000 vaches ne livrera plus de lait au 1er janvier 2021

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande