Aller au contenu principal

Amérique du Sud
L´Uruguay perce sur les marchés européen et russe

Les exportations de viande bovine uruguayennes continuent leur forte progression engagée depuis 2004.


La production de viande bovine en Uruguay s´est élevée à 645 000 téc de viande bovine en 2006. Situé au sud de la pampa argentine, ce pays est trois fois plus petit que la France et compte seulement 3,4 millions d´habitants. La demande interne est beaucoup moins forte que chez ses voisins : le Brésil et l´Argentine, et pas moins des trois quarts de la production de viande bovine sont exportés, ce qui représente un volume estimé à 490 000 téc en 2006.
« L´Uruguay produit des vaches et des bouvillons à parts égales. Les viandes sont exportées sous forme de viandes désossées non élaborées dont 14 % de viandes fraiches réfrigérées », d´après l´Institut de l´élevage.
Les exportations ont énormément augmenté depuis 2003 avec une croissance de 20 % sur 2004 et sur 2005, et de 9 % sur 2006. Après un épisode de fièvre aphteuse en 2001, le marché très rémunérateur des USA s´est rouvert en 2003 à l´Uruguay, alors qu´il est toujours interdit à l´Argentine et au Brésil. « En conséquence, le niveau de prix en Uruguay est beaucoup plus élevé qu´en Argentine et même qu´au Brésil qui ni l´un ni l´autre n´ont accès aux marchés d´Amérique du Nord pour les viandes crues », note l´Institut de l´élevage.
L´élevage en Uruguay est toujours principalement orienté vers les exportations aux USA. Mais la Russie est devenue en 2006 son second client et l´UE le troisième. ©P. Bourgault

Les USA restent le premier client de l´Uruguay
Pour 2006, les États-Unis restent le premier client de l´Uruguay, même si les volumes exportés sur ce pays sont en diminution. Et vers le Canada, ils restent modestes. Depuis août 2006, les ventes sont à nouveau possibles vers le Mexique mais les échanges tardent à redémarrer.
Par contre, vers la Russie, les volumes exportés ont beaucoup progressé et ce pays est devenu le second client de l´Uruguay. « La demande a été très forte en Russie surtout au début de l´année 2006, du fait de l´absence des viandes brésiliennes pour cause de fièvre aphteuse, et des viandes argentines suites aux limitations imposées par le gouvernement. » Ces mêmes raisons lui ont permis de beaucoup développer ses ventes dans les autres pays d´Amérique du Sud, et surtout au Chili.
L´Union européenne a elle aussi, et pour les mêmes raisons, beaucoup augmenté ses importations d´Uruguay, de 30 % sur l´année 2006 selon l´Institut de l´élevage. Le Royaume-Uni, premier client européen, a maintenu son niveau d´achat et l´Allemagne, les Pays-Bas et l´Espagne ont développé leurs achats.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande