Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

'VIDEO' Les Charolaises favorisent la biodiversité du marais

À l’occasion des journées Made in viande, Olivier Philippe, éleveur de Charolaises, a fait découvrir à près de 300 enfants comment ses vaches et celles de ses collègues favorisent la biodiversité d’une tourbière située dans le sud du département de la Manche.

Légende
Journées "Made in Viande" : Les Charolaises favorisent la biodiversité du marais
© Réussir Bovins Viande

Olivier Philippe s’est installé au début des années 2000 avec un troupeau charolais à Catteville, dans le département de la Manche, au cœur des marais du Bessin et du Cotentin. Il a été le premier éleveur à refaire pâturer des bovins sur les prairies naturelles de marais de la Sangsurière, après plusieurs décennies de déprise. « Au départ, cela a été pour moi le moyen de trouver les surfaces nécessaires à mon installation. C’est 'à l’insu de mon plein gré' que mon élevage a favorisé la biodiversité de ce milieu. Aujourd’hui, je n’ai pas changé mes pratiques mais je vois les choses différemment : je suis heureux de voir l’impact bénéfique que le pâturage et la fauche ont sur le paysage et la biodiversité », confie l’éleveur. L’opération Made in viande est le moyen de faire découvrir ce lien entre élevage et biodiversité. Près de 300 enfants, du CP au bac pro, ainsi que le grand public, ont participé sur une journée. Ce thème avait été anticipé depuis plusieurs années par Interbev dans le cadre du contrat sociétal. Ces manifestations ne pouvaient pas mieux tomber, juste quelques jours après la médiatisation du rapport du GIEC de la biodiversité, la plateforme scientifique mondiale sur la biodiversité (lire encadré).

Sur des prairies de marais, Olivier Philippe fait pâturer une trentaine de gestantes de mai à la fin de l'été. © O. Philippe

 

Sans les vaches, la réserve serait morte

« Les zones humides ont été aménagées par l’Homme depuis des siècles, et une réserve n’est pas un sanctuaire », a fait comprendre au public Olivier Philippe. Dans les milieux tourbeux de la Sangsurière et de l’Adriennerie, sur environ 400 hectares, sont recensées plus de 230 espèces botaniques, dont une cinquantaine sont protégées au niveau national, et une centaine d’espèces d’oiseaux. La zone a été classée réserve naturelle au début des années 90 et sa gestion est organisée en direct entre 25 éleveurs et l’administration. « Sans les vaches, qui ouvrent le milieu, la réserve serait morte m’a dit, quand nous avons commencé à travailler ensemble, Emmanuelle Bouillon, la conservatrice de la réserve naturelle », explique l’éleveur. Il a fallu au début rabattre les saules en particulier, qui ont été valorisés en litière pour les animaux et en bois de chauffage, et les joncs. En contrôlant par le pâturage extensif et la fauche la hauteur du couvert, des espèces rares de petite taille sont réapparues, notamment la drosera, petite plante carnivore, et une quinzaine d’orchidées qui sont protégées au niveau national. Des cigognes sont venues s’installer. En tapant du pied, les vaches font remonter les grenouilles dont elles se nourrissent. Le vanneau huppé pond dans les empreintes de pas des bovins, et l’herbe en repoussant autour assure la grande discrétion qu’il recherche pour son nid. Les hérons garde-bœufs se nourrissent des insectes qui entourent les vaches.

 

Près de 300 enfants, du CP au bac pro, ainsi que le grand public, ont participé à cette journée découverte. © S. Bourgeois

 

Comme une estive pour des vaches gestantes

Ces prairies de marais constituent un milieu très acide, où rien ne pousse à part l’herbe. Celle-ci a un niveau nutritif très faible. Olivier Philippe valorise les 65 hectares dont il dispose comme une estive pour une trentaine de vaches gestantes. « Ces prairies correspondent bien à leur niveau de besoin. Elles pâturent à partir de début mai, quand l’eau a découvert le sol, et arrivent au vêlage en fin d’été avec une note d’état corporel idéale. » C’est pour pouvoir valoriser le marais que l’éleveur a organisé ses vêlages en fin d’été. Il sèvre donc les veaux en avril, ce qui lui a donné l’opportunité, avec la place en bâtiment libérée, d’engraisser des mâles vendus à 14 mois. Les parcelles de marais ne sont pas faciles à exploiter. « On travaille sur une poche d’eau. Il m’arrive encore de temps en temps d’enliser un tracteur. Les prairies sont clôturées mais parfois une vache trouve le moyen de tomber à l’eau, et il faut aller la chercher. » Olivier Philippe partage ses pâturages avec un autre éleveur qui y conduit 14 vaches. « L’aspect sanitaire n’est pas un problème dans notre fonctionnement très simple et régulier. »

Un rapport alarmant sur la biodiversité mondiale

La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) rassemble 145 experts issus de 50 pays. Début mai, elle a approuvé à Paris lors de sa 7e session plénière un rapport qui a été énormément relayé dans les médias. Le communiqué de presse, titré « un taux d’extinction des espèces sans précédent et qui s’accélère », nous dit aussi qu’il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous agissons maintenant et à tous les niveaux, du local au mondial.

En savoir plus

L’Inra de Saint-Laurent-de-la-Prée, en Charente-Maritime, est le support d’un programme intitulé Élevage - prairies - oiseaux. Une expérimentation grandeur nature est menée sur 180 hectares avec le troupeau de vaches de races Maraîchine et Charolaise de l’Inra. La gestion du système vise à améliorer la biodiversité, la qualité de l’eau et des sols, et à augmenter l’autonomie du système d’élevage. L’équipe de l’Inra suit également des éleveurs du marais mouillé des Deux-Sèvres.

Des indicateurs pour évaluer la biodiversité des systèmes d’élevage ont été définis par le Casdar Indibio, conclu en 2014. L’effet croisé des pratiques agricoles et du paysage sur la diversité des espèces floristiques et faunistiques pour trois régions étudiées. C’est à partir de ce jeu de relations qu’un modèle de prédiction de la biodiversité a été mis au point, mais surtout qu’une démarche d’évaluation Biotex a été proposée pour mieux prendre en compte la diversité des espèces dans l’espace agricole.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le porte-biberon doit être légèrement incliné. « Au début, nous l’avions d’équerre et les veaux ne finissaient pas leur biberon. Il restait toujours du lait au fond », note Yves Lagorsse. La légère inclinaison a résolu le problème. Ce dernier permet de nourrir 6 à 7 veaux en même temps, soit deux fois plus qu’avant.  © E. Durand
Des porte-biberons sur rail
En Corrèze, Yves Lagorsse et sa femme Régine, producteurs de veaux de lait sous la mère, ont mis en place un système de porte-…
Viande : définir l’usage du mot steak

Les députés ont adopté la proposition de loi de la majorité soutenue par Jean-Baptiste Moreau, député…

L’outil est disponible à l’adresse suivante : idele.fr/decibov/ © Idele
Décibov simule la faisabilité d’un projet
Ce logiciel de simulation apporte un premier niveau de réponse quant à la faisabilité d’un projet de mise en place d’un atelier…
Romain Planel (à gauche), éleveur, et Jérémy Fraysse (céréalier). « Ce que nous faisons ici peut se faire ailleurs et à n’importe quelle échelle ». © B. Griffoul
Le céréalier accueille les génisses de l’éleveur
Les génisses du Gaec de Rabanet dans l’Aude, sont élevées sur les couverts végétaux de Jérémy Fraysse, céréalier, dans le Tarn-et…
Pesée et classement des carcasses: les réclamations des éleveurs de bovins facilitées
Les éleveurs de bovins disposeront désormais des informations d’abattage de leurs animaux dès le lendemain de l’abattage à 7h, ce…
Le cheptel de vaches allaitantes comptait 3,78 millions de têtes le 1er septembre 2019, soit 2 % de moins qu'il y a un an. © C. Delisle
La décapitalisation s’accélère
Le recul du troupeau allaitant, engagé depuis 2016, se poursuit et s’accentue. Et ce n’est pas la sécheresse de cet été qui va…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande