Aller au contenu principal

Les ateliers d'engraissement de jeunes bovins italiens poursuivent leur restructuration et ont un faible pour les génisses

Souvent de grande dimension, les ateliers d’engraissement italien poursuivent leur restructuration. L’autre évolution majeure de ces cinq dernières années concerne leur choix d’engraisser une plus forte proportion de génisses.

A l’inverse de la situation française, la plupart des unités d’engraissement Italiennes sont situées dans les zones céréalières qui sont aussi les plus fertiles de la péninsule. Cela concerne tout particulièrement la plaine du Pô, laquelle s’étend des Alpes jusqu’à la mer Adriatique et couvre toute la partie nord du pays. C’est là, dans les trois régions du Piémont, de la Lombardie et de la Vénétie que sont situées la plupart des unités d’engraissement italiennes.

Ces dernières ne sont pas toutes forcément de grande dimension même si depuis de nombreuses années, la tendance est clairement à la concentration de la production avec l’arrêt de nombreuses petites unités et le développement des plus grands ateliers. « Le nombre d’élevages a atteint 73 000 unités en 2020 contre 84 000 en 2014 (-13%) et 89 000 en 2009 (-17%). En parallèle, les effectifs de bovins viande ont progressé de + 4% / 2014 à 2,474 millions de têtes en juin 2020. » explique l’Institut de l’élevage dans un récent rapport consacré à ce pays. « D’après l’Anagrafe Nazionale Zootecnica, 73% des bovins viande sont engraissés dans des ateliers de plus de 50 places en 2020. Les 4 800 ateliers de plus de 100 places, soit 7% du parc, regrouperaient 56% des animaux contre 52% en 2014. »

Plus forte proportion de génisses

Parmi les autres évolutions notables constatées ces dernières années, est venue s’ajouter la progression de la proportion de génisses dans ces ateliers d’engraissement laquelle est d’abord liée aux décisions des distributeurs. « A partir de 2015, les grands distributeurs ont été de plus en plus nombreux à développer un segment viande de génisses dans leurs rayons. Il s’agissait d’offrir de la viande garantie tendre, issue de petites carcasses plus faciles à écouler et offrant des découpes de taille réduite. » explique le rapport de l’Institut de l’élevage. La production a suivi, d’autant que ramené à la tête, les broutardes ont l’avantage d’avoir un prix inférieur et moins fluctuant. « La part de femelles parmi les bovins engraissés de moins de 24 mois est ainsi passée de 36% en 2014 à 44% en 2020. Leur nombre a atteint 1,064 millions de têtes en juin 2020 contre 577 000 têtes en 2014. » A côté de la demande accrue des distributeurs, cette progression de la proportion de génisses dans les ateliers va aussi dans le sens des intérêts des engraisseurs. Ces derniers mettent classiquement en avant le prix plus attractif (environ + 10%) des génisses finies comparativement aux taurillons, lequel compense pour partie des niveaux de croissance moins importants sans occulter l’aptitude de ces femelles à déposer du gras plus rapidement avec un coût journalier de ration un peu moins important. L’achat de femelles maigres immobilise aussi un peu moins de trésorerie. « Les génisses sont aussi plus dociles à conduire et leur plus petit gabarit est parfois mieux adapté à des étables anciennes. » précise l’Institut de l’élevage.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande