Aller au contenu principal

« Le marché de la viande bovine bio est dégradé »

Philippe Sellier, président de la commission bio d’Interbev et éleveur de vaches allaitantes en Normandie, fait le point sur le marché de la viande bovine biologique, en pleine perturbation, pour la première fois après vingt ans de croissance.

vaches limousines bio pâturage
© Réussir SA -archives

Comment a évolué la consommation de la viande bovine biologique ?

« Le marché de la viande bovine bio est dégradé »
© Interbev
Philippe Sellier – À partir de septembre 2021, on a constaté un plateau sur le niveau de la consommation de viande bovine biologique. Sur le premier semestre 2022, on a observé une chute de la consommation qui s’est confirmée par la suite. On devrait enregistrer une diminution de 20 % sur l’année 2022 par rapport à 2021. Ce constat interpelle d’autant plus que le marché bio n’a pas l’habitude de cela. Depuis une vingtaine d’années, on est en croissance régulière aussi bien du côté de la production que de la consommation, avec des croissances à deux chiffres quasiment sur les dix dernières années. Et cela bouscule les opérateurs de la filière.

Comment peut-on expliquer cette décroissance ?

P. S. – Nous avons du mal à l’expliquer mais plusieurs paramètres peuvent rentrer en compte. À commencer par l’ambiance médiatique actuelle sur l’inflation et la crise. Les consommateurs s’inquiètent pour leur pouvoir d’achat et préfèrent rogner sur leur budget alimentaire plutôt que sur celui des loisirs ou de la communication. Or, dans leur tête, les produits issus de l’agriculture biologique sont plus chers. Ils reportent donc leurs achats sur d’autres produits.

D’autre part, l’agriculture biologique subit de plein fouet la concurrence de la prolifération de marques privées, de labels, prônant un petit plus sur la protection environnementale mais qui sont loin de correspondre à la bio et à son cahier des charges. Depuis la Covid-19, les gens achètent également davantage local. Bio et local ne s’opposent pourtant pas !

Quel impact sur les abattages, de cette forte baisse de la demande et de la canicule de cet été ?

P. S. – On attend encore les chiffres de 2022. Toutefois, on sait que les volumes d’abattages sont en régression en lien avec la décapitalisation en cours du cheptel bovin français et avec une fraction des abattages partis en conventionnel. De nombreux éleveurs de bovins laitiers ont commercialisé leurs vaches dans la filière conventionnelle, l’écart de prix s’étant resserré.

Du côté de la sécheresse, les exploitants ont anticipé la réduction du cheptel pour assurer leur autonomie fourragère estivale.

Une bonne partie de la viande bio est vendue sous forme de hachés, n’est-ce pas un frein à la valorisation de la viande des carcasses ?

P. S. – Les consommateurs ne sont plus au rendez-vous, mis à part pour la viande hachée qui garde un flux régulier auprès d’une clientèle adepte du bio. C’est un problème en allaitant. Mais c’est la demande du consommateur. Elle évolue et la bio n’y échappe pas.

Une démarche est faite par des opérateurs pour essayer de développer la valorisation bouchère des carcasses. On a l’exemple d’Unébio qui a repris des boucheries pour essayer de développer ce créneau-là. Il y a des opérateurs qui peuvent essayer de donner une plus-value pour des animaux de qualité de bouchère. Après cela dépend beaucoup du lieu de la valorisation. Globalement, 56 % de la viande bio est commercialisée en GMS, lieu où la viande hachée est largement plébiscitée.

Est-ce que des choses sont mises en place pour faire face ?

P. S. – Interbev a lancé une opération de communication sur le mois d’octobre, pour mettre en avant les atouts de la viande bio. On a également accompagné la campagne, pilotée par l’Agence Bio et déployée avec le soutien du ministère de l’Agriculture, la campagne #BioRéflexe.

Au niveau politique, nous devons insister auprès des élus locaux pour que les lois Egalim 1 et 2 soient respectées. Elles imposent à la restauration collective de proposer 20 % de produits bio mais à peine 6 % en viande sont atteints.

On espère que la situation ne va pas perdurer. Toutefois, elle n’est pas spécifique à la viande bio mais touche tous les produits bio, les produits laitiers, les fruits et légumes…

Tous les produits bio sont touchés par la crise

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande