Aller au contenu principal

Étude Inra
Le JB Blond d´aquitaine valorise les rations très concentrées

Le jeune bovin blond d´Aquitaine vient de confirmer son potentiel de valorisation de rations très concentrées suite à une expérimentation de l´Inra.


Pour « quantifier les effets de différentes rations sur les processus digestifs, l´ingestion et la croissance » de jeunes bovins blonds d´Aquitaine, trente jeunes bovins ont été divisés en deux lots. « Vingt-quatre animaux ont été répartis en stabulation libre et en contrôle individuel selon les trois rations expérimentales suivantes, distribuées à volonté : foin et concentrés, ensilage de maïs et concentrés, maïs grain broyé et paille. » Ces rations, rééquilibrées par la quantité adéquate de tourteau de soja, mais contrastées en termes de composition et de valeurs énergétiques, ne comportaient aucun régulateur de la digestion ou du métabolisme. En revanche, un complément minéral et vitaminique adapté à chacune a été rajouté systématiquement. « Les six animaux restants ont permis d´effectuer des mesures de digestibilité. » A un poids commun de 420 kilos de carcasse, après environ huit mois d´engraissement, ils ont tous été abattus.
Cette comparaison des trois régimes pour la finition de JB blonds d´Aquitaine confirme leur bonne valorisation des rations très concentrées. ©S. Bourgeois

Cette comparaison à mis en évidence des niveaux de croissance et d´efficacité alimentaire élevés pour ces animaux. Bien que les valeurs énergétiques des rations augmentent de 0,95 à 1,15 UFV/kg de MS, « les quantités totales ingérées sont quasi identiques. »
Des productions de méthane allant du simple au triple ont été aussi constatées. Mais « les émissions de méthane les plus faibles ont été observées avec le régime le plus riche en concentrés », ce qui est à relier avec les faibles valeurs de pH ruminal. Le pH a été bien régulé malgré la diversité des rations.
Par ailleurs, pour un même poids final, les « vitesses de croissance augmentent avec la concentration énergétique des rations et la durée de finition diminue donc d´autant. » Visiblement, « l´efficacité alimentaire augmente et se stabilise à 200 g de grain par UFV. » Dernier aspect intéressant : même si chaque régime se distingue par des valeurs d´ingestion différentes, la réduction de l´efficacité des rations très concentrées à cause d´intéractions digestives n´a pas dépassé 5 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande