Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Coronavirus] Le commerce franco-italien du bétail maigre interroge mais demeure fluide

Ce sont d’habitude les crises sanitaires liées aux maladies du bétail qui font tousser le commerce franco-italien du bétail maigre. Le 10 mars, le coronavirus faisait planer des menaces mais ne bloquait pas les flux entre les deux pays.

Déchargement d’un camion de maigre français en Italie. Au 10 mars, il n’y avait en Italie aucune restriction sur le transport d'animaux vivants, d'aliments pour animaux et de produits agroalimentaires et halieutiques.
© F. d'Alteroche

Giuseppe Conte président du Conseil italien a annoncé lundi 9 mars au soir la mise en quarantaine de toute l’Italie. Cette mesure est effective jusqu’au 3 avril prochain afin de tenter de freiner la progression du coronavirus. Tout le pays est donc confiné. Ce décret interdit tous les rassemblements. Il appelle les 60 millions d'Italiens rester le plus possible chez eux et à limiter leurs déplacements au strict nécessaire. Ils doivent donc ”éviter les déplacements” sauf pour aller travailler, se ravitailler ou se faire soigner. Le mardi 10 mars, le ministère de l'Agriculture italien a confirmé que l'activité des opérateurs de transport était reconnue comme "une exigence professionnelle" et qu'à ce titre, "le personnel conduisant les moyens de transport pouvait entrer et sortir des territoires concernés et s'y déplacer, en se limitant aux exigences de livraison et enlèvement". Sauf nouvel ordre, il n’y a donc aucune restriction pour le transport d'animaux vivants, d'aliments pour animaux et de produits agroalimentaires.

Impossible de prédire l'impact sur la consommation

Impossible de prédire -alors même que les limitations de mouvement viennent d’être mises en place- quel sera l’impact de ces restrictions de déplacement sur les niveaux de consommation de viande bovine comme sur les autres produits alimentaires. Mais coronavirus ou pas les italiens ne vont pas s’arrêter de manger du jour au lendemain avec forcément de possibles reports de consommation d’une catégorie d’aliment à une autre. Mais à l’heure où ces lignes sont écrites (le 11 mars) il est évidemment prématuré de s’avancer sur ces sujets.

Alors que leur profession est parfois accusés de profiter du contexte anxiogène du moment pour chercher à tirer les prix vers le bas dans les cours de ferme, la Fédération Française des Commerçants en Bestiaux s’inscrit en faux face à ces accusations. « Le Covid-19 est un sujet à prendre au sérieux et l’actualité nous le confirme tous les jours. Les acteurs du commerce du bétail s’inscrivent de façon responsable dans ce contexte de consignes et de restrictions mises en œuvre par les autorités compétentes et risquent malheureusement tôt ou tard d’en subir, comme tous, les impacts. » souligne la FFCB. Et cette fédération de déplorer certains propos hâtifs et pas forcément fondés. « Ils sont vecteurs de psychose chez les éleveurs et présentent une image négative de la profession. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Cédric Mandin, en Gaec avec son frère François à Sainte-Cécile, en Vendée. © C. Mandin
Cédric Mandin : "nos vaches attendent dans la stabulation"
Pour manifester sa colère face à la baisse du prix des bovins finis, Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la…
Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
steak et saucisse
Les mots « saucisses » et « steaks » réservés aux seuls produits carnés
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande