Aller au contenu principal

[Coronavirus] Le commerce franco-italien du bétail maigre interroge mais demeure fluide

Ce sont d’habitude les crises sanitaires liées aux maladies du bétail qui font tousser le commerce franco-italien du bétail maigre. Le 10 mars, le coronavirus faisait planer des menaces mais ne bloquait pas les flux entre les deux pays.

Déchargement d’un camion de maigre français en Italie. Au 10 mars, il n’y avait en Italie aucune restriction sur le transport d'animaux vivants, d'aliments pour animaux et de produits agroalimentaires et halieutiques.
© F. d'Alteroche

Giuseppe Conte président du Conseil italien a annoncé lundi 9 mars au soir la mise en quarantaine de toute l’Italie. Cette mesure est effective jusqu’au 3 avril prochain afin de tenter de freiner la progression du coronavirus. Tout le pays est donc confiné. Ce décret interdit tous les rassemblements. Il appelle les 60 millions d'Italiens rester le plus possible chez eux et à limiter leurs déplacements au strict nécessaire. Ils doivent donc ”éviter les déplacements” sauf pour aller travailler, se ravitailler ou se faire soigner. Le mardi 10 mars, le ministère de l'Agriculture italien a confirmé que l'activité des opérateurs de transport était reconnue comme "une exigence professionnelle" et qu'à ce titre, "le personnel conduisant les moyens de transport pouvait entrer et sortir des territoires concernés et s'y déplacer, en se limitant aux exigences de livraison et enlèvement". Sauf nouvel ordre, il n’y a donc aucune restriction pour le transport d'animaux vivants, d'aliments pour animaux et de produits agroalimentaires.

Impossible de prédire l'impact sur la consommation

Impossible de prédire -alors même que les limitations de mouvement viennent d’être mises en place- quel sera l’impact de ces restrictions de déplacement sur les niveaux de consommation de viande bovine comme sur les autres produits alimentaires. Mais coronavirus ou pas les italiens ne vont pas s’arrêter de manger du jour au lendemain avec forcément de possibles reports de consommation d’une catégorie d’aliment à une autre. Mais à l’heure où ces lignes sont écrites (le 11 mars) il est évidemment prématuré de s’avancer sur ces sujets.

Alors que leur profession est parfois accusés de profiter du contexte anxiogène du moment pour chercher à tirer les prix vers le bas dans les cours de ferme, la Fédération Française des Commerçants en Bestiaux s’inscrit en faux face à ces accusations. « Le Covid-19 est un sujet à prendre au sérieux et l’actualité nous le confirme tous les jours. Les acteurs du commerce du bétail s’inscrivent de façon responsable dans ce contexte de consignes et de restrictions mises en œuvre par les autorités compétentes et risquent malheureusement tôt ou tard d’en subir, comme tous, les impacts. » souligne la FFCB. Et cette fédération de déplorer certains propos hâtifs et pas forcément fondés. « Ils sont vecteurs de psychose chez les éleveurs et présentent une image négative de la profession. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
bâtiment quarantaine en élevage jeunes bovins charolais
Le sénateur Jean Bizet appelle la filière viande bovine à sortir de l’immobilisme
Un rapport présenté à la presse le 24 septembre propose de redonner la primauté à l'agriculture sur le droit à la concurrence au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande