Aller au contenu principal

La Rouge des Prés restructure son organisation

Un audit a été mené en 2017 sur les structures raciales de la Rouge des Prés et de l’AOP Maine-Anjou. Une nouvelle organisation sera rodée à partir de fin 2018.

Hervé Ménard (à droite) , président de la Sica Domaine Rouge des Prés et Nicolas Espalier, chef de projet. « Nous travaillons au plus près de nos éleveurs, et une nouvelle organisation se met en place sur la fin de l’année 2018."
© S. Bourgeois

L’audit mené en 2017 nous a permis de remettre à plat toutes les spécificités, les attentes, les cohérences, les incohérences, les forces, les faiblesses qui pouvaient exister entre nos Sica, syndicat, et Adema », a expliqué dans son rapport moral Hervé Ménard, président de la Sica Domaine Rouge des Prés, lors de l’assemblée générale en juin. « Nous travaillons au plus près de nos éleveurs et une nouvelle organisation se met en place sur la fin de l’année 2018. Le souhait est de simplifier nos fonctionnements et d’ouvrir le plus largement possible nos structures. »

En attendant le fruit de ces efforts d’organisation, la Rouge des Prés maintient ses effectifs avec 7 500 vaches inscrites. Un syndicat normand se structure de façon dynamique, à l’image de celui de l’Est. La station d’évaluation permet de vendre entre 20 et 25 taureaux contrôlés en avril puis en octobre, à un prix moyen qui oscille autour de 2800 à 3000 euros. À noter que la vente d’avril 2018 s’est très bien passée, avec un prix moyen de 3 365 euros. La prochaine aura lieu le 17 octobre 2018.

Les non porteurs du gène culard de plus en plus recherchés

Ces ventes en station d’évaluation s’orientent vers les animaux non porteurs du gène culard. C’est aussi très net pour l’insémination, avec 80 % des IA faites avec des taureaux non porteurs. Et sur les cinq taureaux en testage cette année, un seul est porteur du gène culard. Les éleveurs testent aussi de plus en plus de femelles sur le gène culard. La gestion du gène tourneur se poursuit mais pose question. « Depuis que le test est disponible, on est passé de 14 % de prévalence en 2013 et 2014 à 10 %. Mais le niveau stagne depuis deux ans, ce qui nécessite de chercher à comprendre pourquoi. »

Le nombre d’inséminations en race Rouge des Prés est plutôt orienté à la baisse, surtout en dehors du berceau de race. « Pour une race qui fait de 8 à 9 000 IAP par an, il devient compliqué de gérer le schéma », a alerté Albéric Valais, directeur de la Sica Domaine Rouge des Prés. « Pour qu’un taureau de testage soit rentable, il doit faire environ 2 000 IAP. Il faut être conscient de ce modèle économique. » Trois nouveaux taureaux de testage seront disponibles en fin d’été cette année : Marquis, Myosotis et Micmac.

La Rouge des Prés moteur de la recherche sur la tendreté

Le programme Quafima, de recherche sur des protéines marqueurs de la tendreté de la viande, est terminé. « Nous avons une liste assez courte de protéines, à partir de laquelle on peut au laboratoire identifier post mortem à 100 % la viande des animaux qui sera dure, a résumé Albéric Valais. Mais les éleveurs ont besoin d’un test sur animaux vivants, pour pouvoir adapter en fonction du résultat la conduite de l’engraissement et anticiper la commercialisation. Nous ne l’avons pas pour l’instant. » Pour le volet génomique du programme, qui vise à pouvoir sélectionner des taureaux sur le caractère tendreté de la viande, il faut beaucoup de données. Apis Gene a lancé un programme multirace dont la Rouge des Prés est partenaire. « La Rouge des Prés se positionne en leader sur la recherche sur la tendreté de la viande. Il faut se donner une carte à jouer. »

Un effort demandé sur la paratuberculose

Le statut par rapport à la paratuberculose est le premier motif de refus pour les veaux candidats à l’entrée en station d’évaluation. Une étude a été réalisée par la Sica Domaine Rouge des Prés parmi les sélectionneurs, et des échanges ont eu lieu avec les GDS. Il sera demandé aux éleveurs pour l’entrée en station d’évaluation et pour les concours, de faire des analyses sur mélange au moment de la prophylaxie ; et si le test est positif, d’entrer en plan paratuberculose. « Dans un second temps, nous pensons à appliquer un seuil de nombre de vaches positives à ne pas dépasser, a expliqué Nicolas Espalier, chef de projet pour la Sica. Cela permettrait à la station d’évaluation d’être un vecteur pour réduire la pression de la paratuberculose au sein de nos élevages. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Matthieu Fages achète une moyenne d’un taureau salers par an dont certain en copropriété en accordant une importance particulière au caractère à l’image de Milan, 6 ans, (Fervent/Odon/Onyx) indexé à 115 en Isevr. Il est né au Gaec de la colline d’Urfé dans la Loire et acheté à la station de Saint Bonnet de Salers. © F. d'Alteroche
[De conseiller à éleveur ] « J’applique chez moi mes conseils pratiques »
Aux confins du Cantal et de l’Aveyron, Matthieu Fages a repris l’exploitation familiale en 2011 après avoir été salarié à Bovins…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
Ces bœufs âgés de 20 mois ont été hivernés en plein air avec une ration essentiellement pâturée et seront mis à l’engrais en cours d’été pour être abattus à partir de décembre.  © F. d'Alteroche
« L’herbe est pâturée le plus longtemps possible »
Avec 57 vêlages par an et la finition en bœufs de 30 mois de tous ses mâles, Jean-Pierre Bousseau mise d’abord sur le pâturage…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande