Aller au contenu principal

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application

Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles sont mises en place pour les gros bovins sous signe officiel de qualité et pour les animaux bio.

© S.Bourgeois

C'est l'aboutissement d'un travail engagé en mai 2019. Un arrêté publié le 20 juillet 22 a officialisé la réforme des cotations des "gros bovins entrée abattoir". 

Les cotations "gros bovins entrée abattoir" sont désormais organisées en trois segments de marché : les animaux standards, les animaux "Label Rouge et autres signes de qualité" (SIQO), et les animaux bio.

Pour les animaux standards, la publication reste hebdomadaire - toujours le mardi - nationale et régionales. Elle interviendra chaque second mercredi du mois pour les deux autres segments, à partir du 10 août pour les animaux sous SIQO, et a partir de début octobre pour les animaux bio.

Les frais d’approche incluant le transport, pouvant être intégrés aux cotations, seront précisés par voie de circulaire. Une étude de FranceAgriMer a permis de lister les types de frais pouvant être considérés comme des frais d'approche.

Le seuil de publication est relevé. Ces cotations seront diffusées sur le site VISIONet de FranceAgriMer sous réserve que le nombre d’animaux abattus pour chaque élément de cotation soit supérieur à 80. C'était 20 jusqu'à présent.

Une phase d'expérimentation de deux ans

"Cette réforme permettra de disposer de cotations hebdomadaires pour les animaux standards et de cotations mensuelles pour les animaux bio et les animaux sous SIQO (signes et indications de qualité et d’origine), au terme de deux années d’expérimentation permettant de garantir la fiabilité et la représentativité des données transmises par les abattoirs" expliquait FranceAgriMer a l'issue de son conseil spécialisé ruminants de juin 2022.

La FNB estime avoir pu obtenir de réelles avancées avec cette réforme, en cohérence avec le plan de filière bovins viande avec ces trois segments de marché. "La cotation hebdomadaire pour les animaux standards répond au mieux aux variations de marché, et la publication mensuelle pour les SIQO et les bio correspond aux circuits de distribution sur du plus long terme. Le seuil de publication relevé à 80 animaux évite les effets de marché ponctuels qui faussaient les variations d'une semaine à l'autre, comme par exemple les sorties d'animaux de concours. Et les frais d'approche sont clarifiés." 

 

 

 

Par ailleurs, une  réforme des grilles de cotation des "gros bovins maigres" est également en cours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application
Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles…
[Maïs ensilage] Valoriser au mieux les parcelles touchées par la sécheresse et la canicule
Arvalis Institut du Végétal donne des clés d’orientations pour la conduite des chantiers de maïs ensilage dans les parcelles plus…
Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022
L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de…
Les coproduits peuvent avoir différentes voies de valorisation comme l’alimentation animale, la valorisation comme matière première dans une autre industrie, la valorisation agronomique (compostage, fertilisation) et les valorisations énergétiques (méthanisation, combustion).
Coproduits pour l'alimentation des bovins : un gisement de plus en plus convoité
La valorisation des coproduits issus des industries agroalimentaires a longtemps permis aux éleveurs du Grand Est de bénéficier…
[Sécheresse] "Une situation inédite et très préoccupante pour les éleveurs"
Julien Tuffery, éleveur d'aubracs et vice-président de la Chambre d'agriculture de Lozère, évoque les difficultés rencontrées par…
Des stimuli aversifs, audio ou électriques sont générés par un appareil fixé sur le cou de chaque animal, en lien avec la position de ce dernier.
Clôtures virtuelles : premiers résultats intéressants en fermes expérimentales
Arvalis et l’Institut de l’élevage livrent les premiers résultats des essais scientifiques menés dans leurs stations…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande