Aller au contenu principal

"Je suis raisonnablement optimiste pour notre AOP fin gras du Mézenc"

Bernard Bonnefoy, éleveur avec son épouse Cathy aux Estables en Haute-Loire et président de l’AOP fin gras du Mézenc, explique que le développement de la filière se poursuit. La campagne du fin gras se déroule de début février à fin mai.

Bernard Bonnefoy, éleveur avec son épouse Cathy aux Estables en Haute-Loire et également président de l’AOP fin gras du Mézenc. © F. d'Alteroche
Bernard Bonnefoy, éleveur avec son épouse Cathy aux Estables en Haute-Loire et également président de l’AOP fin gras du Mézenc.
© F. d'Alteroche

" Pour notre AOP fin gras du Mezenc, dont la zone de production est à cheval sur l’Ardèche et la Haute-Loire, le premier confinement a perturbé notre campagne de commercialisation. Notre produit est saisonnier. Les animaux sont finis en hiver et commercialisés de début février à fin mai. Nous avons obtenu l’an dernier une modification temporaire du cahier des charges pour prolonger de deux mois la période d’abattage. Au final, 1 201 génisses et 21 bœufs ont été commercialisés dans 139 boucheries et une petite cinquantaine de restaurants majoritairement situés en Rhônes-Alpes-Auvergne. La production a doublé depuis 2013.

 

 

 

Le développement se poursuit et cette démarche est devenue un des piliers de l’économie du Mézenc. Pour pouvoir garantir la traçabilité de la viande, une boucle spécifique qui permet un microprélèvement d’ADN est apposée sur chaque animal agréé. Dans le cadre de l’AOP nous n’intervenons pas dans la commercialisation des animaux mais nous réalisons un suivi des tarifs. D’après les retours des éleveurs, le prix moyen a été l’an dernier de 5,85 euros du kilo carcasse et 67 % des animaux ont été vendus de 5,5 à 6,10 euros. Ils pèsent en moyenne 371 kg de carcasse avec une moyenne d’un peu plus de 33 mois quand ils sont abattus.

Pensée particulière pour les restaurateurs

Avec mon épouse Cathy, nous avons 40 mères aubracs en système naisseur engraisseur. Tous nos mâles sont castrés et nous complétons cette activité par des gîtes, une ferme pédagogique et des balades à poney. Lors des visites de l’exploitation, quand j’explique la qualité du foin utilisé pendant la finition avec son odeur, sa couleur et la multitude de plantes qui le composent, les visiteurs reconnaissent que notre viande ne peut qu’être bonne. Je suis raisonnablement optimiste pour 2021 en ayant une pensée particulière pour les restaurateurs qui subissent de plein fouet les restrictions imposées par cette pandémie."

Le fin gras du Mézenc est l’une des quatre AOP existantes en viande bovine.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Une enchère record à 15 400 € pour un futur reproducteur Charolais prometteur
Une vente aux enchères conjointement organisée par Charolais Expansion et le herd book charolais à l’occasion du dernier concours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande