Aller au contenu principal

Max Chaume, président du Label « Charolais Terroir »
« Il faut que l’État remette de l’ordre »

L’érosion des ventes en boucherie et dans la grande distribution n’a pas épargné le Label Rouge Charolais Terroir. La progression de l’activité est liée à l’ouverture de nouveaux points de vente.

Max Chaume est le président du Label Rouge Charolais Terroir. Ce dernier est commercialisé sous deux identifiants : « Charolais Terroir » pour la boucherie traditionnelle et « Les Saveurs du Bœuf Charolais» pour la grande distribution. 629 élevages essentiellement situés en régions Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes étaient engagés dans cette démarche en janvier dernier.
© F. d'Alteroche
Comment a évolué la consommation dans les différents points de vente « Charolais Terroir » au cours des deux dernières années ?

Max Chaume - 2018 a été une année difficile car synonyme de profondes transformations dans la filière. Pour Charolais Terroir, à l’image de ce qui s’est passé pour les autres signes de qualité, la consommation a diminué dans la plupart des points de vente, mais nous n’avons pas encore tous les chiffres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande