Aller au contenu principal
Font Size

Entrepreneur et éleveur multicasquette

L’optimisation économique est au centre des préoccupations de cet engraisseur et éleveur laitier qui souhaite rester anonyme. Cet entrepreneur multicasquette exerce son activité à Binéfar, haut lieu de l’élevage intensif (porcs et bovins) d’Aragon, avec son abattoir, ses fabricants d’aliment et d’équipements d’élevage, ses constructeurs de bâtiments… Tout autour des terres cultivées, ponctuées de lacs d’irrigation et un foncier qui se négocie entre 20 000 et 30 000 euros par hectare ! Notre interlocuteur est à la fois engraisseur et producteur de lait. Il est également à la tête d’une entreprise qui œuvre dans tous les domaines proches de l’élevage bovin et porcin (aliments et conseil en nutrition, construction, matériel…). Avec le nouveau bâtiment qu’il finit de construire, il détiendra 1 400 places d’engraissement. Le nombre nécessaire pour optimiser le travail de ses deux salariés, dit-il. L’optimisation économique est, chez lui aussi, le maître mot. Il engraisse des broutards français (principalement Limousins) et des veaux Holstein (français et espagnols). Les premiers arrivent autour de 225 kilos et sont abattus vers 550-560 kilos, à destination de l’Italie. Ils sont engraissés sur un cycle de huit mois à huit mois et demi. Ils sont pesés tous les deux mois et demi pour contrôler leur GMQ. « Je cherche des croissances de 1,8 kilo par jour. S’ils sont à 1,7, je ne suis pas satisfait. » Ceux qui ne font pas les performances voulues sont traités si nécessaire ou supplémentés avec des levures. Les veaux laitiers français et espagnols, achetés prêts à engraisser, sont abattus, respectivement, à 400 et 450 kilos, entre 12 et 14 mois. La ration, distribuée à la mélangeuse, est à base d’ensilage de maïs (4 kg/veau/jour), de maïs grain humide (4 kg), de drêche de brasserie (4 kg), d’aliment concentré (3 kg) et de paille (300 grammes).

Bâtiments ouverts et litière compostée

Les nouveaux bâtiments — le premier en service depuis trois ans, le second en cours de construction — sont réduits à leur plus simple expression mais parfaitement adaptés au climat local : une simple toiture monopente ouverte aux quatre vents. Le coût de revient du premier bâtiment est de 700 euros par place. « Le second coûtera moins cher parce que les infrastructures (eau…) sont déjà financées », explique l’engraisseur. L’eau d’abreuvement est récupérée sur la toiture et traitée au chlore. L’installation permet d’administrer des médicaments dans l’eau de boisson.

Les animaux sont logés sur litière compostée. "Une technique vue en Israël", précise l’engraisseur. Le fumier est mélangé deux fois par semaine avec un matériel à griffe type canadien. Ainsi aéré, il poursuit son processus de compostage. Une partie du fumier est enlevée une fois par an, juste avant le semis du maïs. Une pelle ouvre un chemin sur une largeur de 2,50 mètres. Le reste est mélangé et étalé sur toute la surface. De petits apports de sciure sont effectués en hiver lorsque la litière est plus humide. Une technique qui procure un gain de temps important.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
« Les vaches boivent beaucoup plus naturellement dans les bacs collectifs de la nouvelle stabulation », observe l’éleveur. © R. Corneloup
Rémy Corneloup : "des abreuvoirs collectifs et un compteur d'eau"
Rémy Corneloup, éleveur à Curbigny en Saône-et-Loire, a opté pour un système d’abreuvement collectif, afin d’offrir une eau en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande