Aller au contenu principal

Elivia en difficulté

Le site d’Eloyes, dans les Vosges, et celui du Mans ferment. Elivia présente son projet pour retrouver son équilibre et repositionner son offre d’ici 2020.

Le 24 janvier, Elivia a annoncé son projet de fermeture des sites d’Eloyes et du Mans. La direction a fait des propositions concrètes pour favoriser les discussions avec les partenaires sociaux et un accord de méthode a été signé le 13 février entre direction et organisations syndicales. Ce type d’accord permet d’aller au-delà de la réglementation pour favoriser les discussions. Au total, 90 salariés sont concernés.

« Les difficultés rencontrées par l’entreprise ont de multiples causes : la décroissance de la consommation de viande bovine, la forte compétition entre opérateurs, et la structure du marché. Aujourd’hui, la grande distribution qui mène une perpétuelle guerre des prix représente 70 % de nos débouchés » explique Elivia. Pour faire face, l'entreprise spécialise et rénove ses sites. Le plan d’investissement engagé depuis plusieurs années porte sur environ 70 millions d’euros. Son point fort était les pièces découpées, et Elivia s’adapte à l’évolution des modes de consommation et s’oriente sur de nouveaux types de produits. Le site du Lion d’Angers est aussi l’un des deux outils français agréés pour exporter en Chine. Cette annonce de fermeture de deux sites s’inscrit dans un repositionnement plus global d’Elivia. « Nous avons réduit les pertes de moitié entre 2017 et 2018, mais il reste 10 millions d’euros à économiser. Il a été décidé de fermer deux sites pour rationaliser le fonctionnement de l’entreprise. »

Environ 400 éleveurs en vente directe impactés pour la production de steaks hachés surgelés

Le site d’Eloyes dans les Vosges a été choisi car il a les coûts logistiques les plus élevés. Elivia dispose d’un autre site à cinquante kilomètres, à Mirecourt. Le site d’Eloyes produit en particulier des steaks hachés surgelés. Environ 400 éleveurs travaillant en vente directe sont concernés. Elivia s’est engagé à poursuivre la prestation pour la vente directe jusqu’en décembre 2019 aux mêmes coûts qu’actuellement. C’est une solution provisoire – la viande sera traitée en Normandie -  mais Elivia a mandaté le cabinet Altedia, spécialisé dans la revitalisation des sites industriels, afin d’accompagner l’entreprise dans la recherche de repreneurs. « Elivia étudiera avec les porteurs de projets toutes les propositions qui lui parviendront, et ce dans l’intérêt exclusif de la consolidation du maximum d’emplois et de la continuité de l’activité de prestations aux services des producteurs régionaux. »

La chambre d’agriculture des Vosges, en partenariat avec la FDSEA et JA, a décidé d'organiser un tour de table réunissant les interlocuteurs de la filière locale afin d'étudier les différents scenarii économiquement acceptables pour la poursuite d'une activité répondant aux attentes des éleveurs en vente directe. Un recensement des besoins est proposé et une réunion est organisée le 6 mars 2019.

Pour ce qui concerne le site du Mans, l’impact pour les éleveurs n’est pas sensible. "Ce site a été choisi car sa zone de chalandise chevauche celle de site d’Alençon, qui a des activités similaires et est distant de 55km" explique Elivia.

L’industriel irlandais Dawn Meats détient actuellement 49 % du capital d’Elivia. « Rien ne bouge pour l’instant de ce côté-là. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande