Aller au contenu principal

Elivia en difficulté

Le site d’Eloyes, dans les Vosges, et celui du Mans ferment. Elivia présente son projet pour retrouver son équilibre et repositionner son offre d’ici 2020.

Le 24 janvier, Elivia a annoncé son projet de fermeture des sites d’Eloyes et du Mans. La direction a fait des propositions concrètes pour favoriser les discussions avec les partenaires sociaux et un accord de méthode a été signé le 13 février entre direction et organisations syndicales. Ce type d’accord permet d’aller au-delà de la réglementation pour favoriser les discussions. Au total, 90 salariés sont concernés.

« Les difficultés rencontrées par l’entreprise ont de multiples causes : la décroissance de la consommation de viande bovine, la forte compétition entre opérateurs, et la structure du marché. Aujourd’hui, la grande distribution qui mène une perpétuelle guerre des prix représente 70 % de nos débouchés » explique Elivia. Pour faire face, l'entreprise spécialise et rénove ses sites. Le plan d’investissement engagé depuis plusieurs années porte sur environ 70 millions d’euros. Son point fort était les pièces découpées, et Elivia s’adapte à l’évolution des modes de consommation et s’oriente sur de nouveaux types de produits. Le site du Lion d’Angers est aussi l’un des deux outils français agréés pour exporter en Chine. Cette annonce de fermeture de deux sites s’inscrit dans un repositionnement plus global d’Elivia. « Nous avons réduit les pertes de moitié entre 2017 et 2018, mais il reste 10 millions d’euros à économiser. Il a été décidé de fermer deux sites pour rationaliser le fonctionnement de l’entreprise. »

Environ 400 éleveurs en vente directe impactés pour la production de steaks hachés surgelés

Le site d’Eloyes dans les Vosges a été choisi car il a les coûts logistiques les plus élevés. Elivia dispose d’un autre site à cinquante kilomètres, à Mirecourt. Le site d’Eloyes produit en particulier des steaks hachés surgelés. Environ 400 éleveurs travaillant en vente directe sont concernés. Elivia s’est engagé à poursuivre la prestation pour la vente directe jusqu’en décembre 2019 aux mêmes coûts qu’actuellement. C’est une solution provisoire – la viande sera traitée en Normandie -  mais Elivia a mandaté le cabinet Altedia, spécialisé dans la revitalisation des sites industriels, afin d’accompagner l’entreprise dans la recherche de repreneurs. « Elivia étudiera avec les porteurs de projets toutes les propositions qui lui parviendront, et ce dans l’intérêt exclusif de la consolidation du maximum d’emplois et de la continuité de l’activité de prestations aux services des producteurs régionaux. »

La chambre d’agriculture des Vosges, en partenariat avec la FDSEA et JA, a décidé d'organiser un tour de table réunissant les interlocuteurs de la filière locale afin d'étudier les différents scenarii économiquement acceptables pour la poursuite d'une activité répondant aux attentes des éleveurs en vente directe. Un recensement des besoins est proposé et une réunion est organisée le 6 mars 2019.

Pour ce qui concerne le site du Mans, l’impact pour les éleveurs n’est pas sensible. "Ce site a été choisi car sa zone de chalandise chevauche celle de site d’Alençon, qui a des activités similaires et est distant de 55km" explique Elivia.

L’industriel irlandais Dawn Meats détient actuellement 49 % du capital d’Elivia. « Rien ne bouge pour l’instant de ce côté-là. »

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Le travail, sujet très personnel n’est pas facile à aborder. Pourtant, il est un point de tension de plus en plus fort pour les…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande