Aller au contenu principal

Elivia en difficulté

Le site d’Eloyes, dans les Vosges, et celui du Mans ferment. Elivia présente son projet pour retrouver son équilibre et repositionner son offre d’ici 2020.

Le 24 janvier, Elivia a annoncé son projet de fermeture des sites d’Eloyes et du Mans. La direction a fait des propositions concrètes pour favoriser les discussions avec les partenaires sociaux et un accord de méthode a été signé le 13 février entre direction et organisations syndicales. Ce type d’accord permet d’aller au-delà de la réglementation pour favoriser les discussions. Au total, 90 salariés sont concernés.

« Les difficultés rencontrées par l’entreprise ont de multiples causes : la décroissance de la consommation de viande bovine, la forte compétition entre opérateurs, et la structure du marché. Aujourd’hui, la grande distribution qui mène une perpétuelle guerre des prix représente 70 % de nos débouchés » explique Elivia. Pour faire face, l'entreprise spécialise et rénove ses sites. Le plan d’investissement engagé depuis plusieurs années porte sur environ 70 millions d’euros. Son point fort était les pièces découpées, et Elivia s’adapte à l’évolution des modes de consommation et s’oriente sur de nouveaux types de produits. Le site du Lion d’Angers est aussi l’un des deux outils français agréés pour exporter en Chine. Cette annonce de fermeture de deux sites s’inscrit dans un repositionnement plus global d’Elivia. « Nous avons réduit les pertes de moitié entre 2017 et 2018, mais il reste 10 millions d’euros à économiser. Il a été décidé de fermer deux sites pour rationaliser le fonctionnement de l’entreprise. »

Environ 400 éleveurs en vente directe impactés pour la production de steaks hachés surgelés

Le site d’Eloyes dans les Vosges a été choisi car il a les coûts logistiques les plus élevés. Elivia dispose d’un autre site à cinquante kilomètres, à Mirecourt. Le site d’Eloyes produit en particulier des steaks hachés surgelés. Environ 400 éleveurs travaillant en vente directe sont concernés. Elivia s’est engagé à poursuivre la prestation pour la vente directe jusqu’en décembre 2019 aux mêmes coûts qu’actuellement. C’est une solution provisoire – la viande sera traitée en Normandie -  mais Elivia a mandaté le cabinet Altedia, spécialisé dans la revitalisation des sites industriels, afin d’accompagner l’entreprise dans la recherche de repreneurs. « Elivia étudiera avec les porteurs de projets toutes les propositions qui lui parviendront, et ce dans l’intérêt exclusif de la consolidation du maximum d’emplois et de la continuité de l’activité de prestations aux services des producteurs régionaux. »

La chambre d’agriculture des Vosges, en partenariat avec la FDSEA et JA, a décidé d'organiser un tour de table réunissant les interlocuteurs de la filière locale afin d'étudier les différents scenarii économiquement acceptables pour la poursuite d'une activité répondant aux attentes des éleveurs en vente directe. Un recensement des besoins est proposé et une réunion est organisée le 6 mars 2019.

Pour ce qui concerne le site du Mans, l’impact pour les éleveurs n’est pas sensible. "Ce site a été choisi car sa zone de chalandise chevauche celle de site d’Alençon, qui a des activités similaires et est distant de 55km" explique Elivia.

L’industriel irlandais Dawn Meats détient actuellement 49 % du capital d’Elivia. « Rien ne bouge pour l’instant de ce côté-là. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande