Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

Le sorgho a de beaux jours devant lui

 © Semental

Le sorgho fourrager monocoupe n'est plus une culture de second plan dans notre contexte climatique. La génétique a progressé, et certaines difficultés techniques sont aujourd'hui dépassées.

Au sommaire de ce dossier

 © Semental
Le sorgho a de beaux jours devant lui
Le sorgho fourrager monocoupe n’est plus une culture de second plan dans notre contexte climatique.
En 2019, dans une des parcelles à potentiel où un maïs serait possible sans irrigation, le sorgho cultivé sans ray-grass avant lui a donné 10,8 tMS/ha. © Chambre d'agriculture de la ...
« Du sorgho dans mes parcelles séchantes »
Gilles Baboin, installé dans la Drôme, a une grande expérience du sorgho.
Joël et Sébastien Boudot du Gaec de la Palisse. "Le sorgho est semé derrière un RGI de deuxième année." © Gaec de la Palisse
« Du sorgho dans de bonnes terres pour les mères »
Au Gaec de la Palisse, le sorgho a trouvé sa place sur des terres à bon potentiel, en complément de maïs, ray-grass et prairies naturelles.
Mathieu Fromaget. "Les Charolaises passent l’hiver au foin de prairies naturelles et une autre source de stock est recherchée pour sécuriser le système." © S. Bourgeois
« Le sorgho ne convient pas dans notre système »
Avec 30 hectares de prairies naturelles et le reste de la SAU en cultures de vente, le sorgho est semé trop tard pour réussir à l’EARL du petit Sevrea
Samuel Voyer. "Avec six ou sept hectares par an, le sorgho fournit de quoi assurer environ un tiers de la ration de base des 150 vaches et de celle des 70 jeunes bovins." © S. Bourgeois
« Le sorgho complète le maïs irrigué et l’ensilage d’herbe »
Dans les Deux-Sèvres, Samuel Voyer et ses parents cultivent du sorgho depuis une dizaine d’années pour sa très bonne valeur alimentaire et le tonnage
Publicité