Aller au contenu principal

Des facteurs logistiques affectent les broutards en engraissement

Une étude d’Oniris et Inrae sur une base de données de Ter’élevage montre le rôle important de la distance parcourue par les broutards entre l’élevage naisseur et l’élevage engraisseur sur le risque de maladies respiratoires en début d’engraissement.

Sur une base de données de Ter’élevage — 15 735 jeunes bovins charolais mis en place dans 740 lots — ont été étudiés les facteurs de risque pour le développement de maladies respiratoires en début d’engraissement. « Une analyse statistique a montré que le poids moyen du lot, la variation de poids au sein du lot et la variation d’âge au sein du lot ont assez peu d’effet en ce qui concerne les facteurs de risque au niveau du passage en centre de tri », a présenté Thibaut Morel-Journel de l’unité de recherche BIOEPAR (Oniris/Inrae à Nantes), lors des journées 3R en décembre 2020. « En revanche, la distance moyenne parcourue par les broutards s’est révélée être un facteur de risque. » Deux autres facteurs de risque liés à la mise en lot ont été identifiés : la proportion d’animaux vaccinés chez le naisseur, et le taux d’origine (nombre d’élevages naisseurs différents à l’origine de la constitution du lot chez l’engraisseur ramené à un pourcentage).

D’après cette analyse statistique, les broutards perdent en moyenne 1 gramme par jour (g/j) de GMQ à l’engraissement par tranche de 10 kilomètres de trajet parcourue entre l’élevage naisseur et l’engraisseur.

Ils gagnent en revanche 28 g/j de GMQ si 50 à 100 % d’animaux du lot sont vaccinés chez le naisseur contre les maladies respiratoires.

Un OAD pour assigner les lots à un centre de tri

« Nous avons développé un algorithme pour assigner les lots à un des centres de tri en minimisant les distances parcourues par les broutards entre les élevages des naisseurs et ceux des engraisseurs », explique Thibaut Morel-Journel. Cet algorithme, qui a permis de construire un outil d’aide à la décision (OAD), a été testé sur 134 060 broutards et 13 centres de tri. Il a permis une réduction importante des distances de transports, et il a induit une redistribution des animaux dans les centres de tri. « On a constaté une augmentation du nombre de trajets courts, et des trajets longue distance un peu moins nombreux mais surtout d’une distance réduite », précise Thibaut Morel-Journel. Les centres de tri de grande dimension ont été un peu moins utilisés, et en revanche les petits centres de tri ont été davantage employés. Presque aucun lot n’a été affecté au centre de tri qui était le deuxième de l’organisation de producteurs par sa taille (avec près de 15 000 broutards y passant par an). « L’algorithme permet d’évaluer l’intérêt relatif des centres dans le but de minimiser les durées de trajet. Il serait à coupler avec un algorithme qui prend en compte les facteurs de risque liés à l’élevage naisseur, pour la formation de lots en amont du centre de tri. »

Ces travaux font partie du projet PSDR 4 SANT’Innov.

Impact des facteurs de risques pour les maladies respiratoires liés à la mise en lot

Les broutards perdent en moyenne 1 g/j de GMQ à l’engraissement par tranche de 10 km de trajet parcourue entre l’élevage naisseur et l’engraisseur.

Sources : Oniris et Ter’élevage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande